Travailler à Toronto dans un call center

Poster un commentaire Par défaut

Les jours passent et ne se ressemblent pas à Toronto. Depuis quelques semaines, j’ai commencé mon nouvel emploi de « Bilingual Customer service representative » en call center pour un groupe financier.

Le temps passe très  très vite : me voici déjà arrivée à 3 semaines de training/formation. Au Canada, il n’est en effet pas rare que l’on te demande de faire une formation avant de rentrer dans le vif du sujet.

« So far, so good »

Pour le moment, le travail se passe bien. Il se résume à des cours d’anglais sur le pourquoi du comment des achats avec cartes bancaires. C’est un peu… « compliqué »? Imaginez quand la prof explique en anglais. Car oui, pour le moment, je suis en classe, ordinateur devant les yeux, avec des collègues/élèves.

À Toronto, le bilinguisme est rare et assez recherché et même si je suis la seule Française de métropole, la moitié de ma classe est francophone : Guyane, Afrique, et Canada. Bon, tout le reste se poursuit en anglais. Et être payée pour améliorer mon anglais, je ne me plains vraiment pas!

Mais pourquoi ce training?

Oui, oui, je vous entends vous poser cette petite question!! À moins que ce soit moi qui me la pose tous les jours?! … Oui, il y a de ça aussi!

Réponse :  Parce que nous avons besoin d’être formés à TOUTES les opérations qu’un marchant peut être amené à faire, à TOUTES les questions qu’il peut se poser, à TOUT le processus qu’un achat par carte bancaire  entraîne, etc. Et OUI, étant « bilingue », je recevrais des appels de Canadiens francophones et de Canadiens anglophones… Et OUI, ça va être chaud! Lire la suite

Publicités

26 ans à Toronto

Commentaires 3 Par défaut

Quand on vient d’emménager avec 5 mecs, on se dit qu’ils n’ont pas forcément envie de fêter l’anniversaire de « la nouvelle qui vient d’arriver, la seule fille de la coloc, la Française qui plus est et celle qui va pas nous casser les couilles quand on veut mater du foot et boire de la bière ».

Faux. Quand on vit avec 5 Irlandais, on se dit que la vie n’a jamais été aussi facile en colocation. Les mecs boivent plus de thé que de bière… à part lorsqu’il faut faire la fête.

Petit retour sur samedi soir.

La veille de mon anniversaire, j’avais réussi à inviter tous mes amis (entre ceux rencontrés à l’auberge et ceux du boulot, ça a été très facile pour moi de me faire rapidement des amis) et tous les colocs pour célébrer le jour de mes 26 ans.

Rendez-vous donné à tous les convives à 23h00 dans un bar du centre ville pas trop loin de la maison.

 » Et avant, tu as prévu que les gens viennent ici? me demande un de mes colocs.

– Oh bah peut-être quelques-uns mais pas beaucoup vu que vous m’avez dit que le voisin pouvait appeler les flics s’il y avait une soirée.

– On l’emmerde le voisin. On fait la fête. C’est ton annif. On va bien fêter ça!
(= « Fuck this fucking neighbour, let’s fucking celebrate for your fucking birthday! Fuck yeah! ») Lire la suite

Voilà, ça fait deux mois.

Commentaires 2 Par défaut

Cupcakes canadiensNo comment

Il y a deux mois, mes parents et ma soeur m’amenaient à l’aéroport et me laissaient m’envoler pour mon rêve. Lire la suite