Rando dans la montagne Qing Liang – Chine

Articles, Chine, Qing Liang, Shanghai, Zhejiang

Juin 2018, je pars avec des amis pour un week-end de randonnées à Qing Liang.

Voici le texte de Marie-Astrid, une amie de Shanghai qui tient également un blog de voyages, sur ce superbe séjour !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 1.

image

Nous sommes en Juin, il fait beau, il fait chaud.

Déjà presque une année d’écoulée en Chine avec plein d’expériences top, des gens formidables, des voyages extra, une année scolaire à l’université de Shanghai qui touche à sa fin.

Pour clôturer cette année scolaire chinoise, j’ai fait une dernière escapade avec mes amis de la troupe d’improvisation au moment du Dragon Boat festival.

Le Dragon Boat festival est la fête des bateaux dragons, qui rend hommage à un poète chinois qui s’est suicidé car le roi de son royaume n’a pas écouté ses conseils pour sauver le pays d’une guerre fatale. Depuis, en son nom, une fête est organisé où les gens font des courses de bateaux dragons et mangent des Zongzi (riz gluant avec des légumes ou de la viande enveloppé dans une feuille de bambou).

Fête dit weekend prolongé ! C’est ainsi qu’avec les coupains, on part en weekend organisé faire une randonnée dans le Zhejiang avec M2 Adventure. Ambiance colo garantie !

3 jours de randonnée. Jour 1 = 18Km. Jour 2 = 25Km. Jour 3 = 5Km.

image

JOUR 1:

Avec tout ce beau monde, nous sommes partis tôt afin de faire les 18Km de randonnée sauvage.

Nous sommes arrivés la veille de Shanghai vers 1h du matin dans la province d’Anhui.

Le but de la randonnée est d’emprunter une vieille route – Huihang Ancient Path – qu’utilisaient les marchands pour accéder au à la province du Zhejiang. Elle avait un rôle important dans la route de la soie et du thé.

image
image
image
image

Arrêt rafraichissement. C’est vrai que ça ne paie pas de mine mais c’est ça qui est super ! Ce n’est pas l’une de ces nombreuses échoppes pour touristes que l’on trouve partout lorsque l’on se balade dans une réserve naturelle. Cette randonnée est l’une des rares à n’avoir pas été reconvertie en parc à touristes comme HuangShan (les montagnes jaunes) qui se trouvent aussi dans la province du Zhejiang.

image
image
image

Nous sommes entre le province de l’Anhui et la province du Zhejiang. La fin du parcours nous fait arriver au village de Yonglai, là où un mini van nous attend pour nous emmener à l’auberge pour les 2 prochaines nuits.

image
image

Régime d’eau fraîche et d’air pur… Mmmm… Nettoyage et décrassage intensif des poumons.

image
image
image
image

Après une bonne journée de marche on arrive tous en un seul morceau à Yonglai village. Je dis ça car le 2e jour nous ramènera pas tout le monde en un seul morceau ahah !

Direction l’auberge à quelques Km d’ici.

image

Notre hébergement est perdue dans cette verdure escarpée. Ce qui est un mal pour un bien puisque qu’il n’y a pas une horde de touristes chinois, on peut donc être réveillé par le chant du coq.

image
image

Avec les coupains et les autres membres du groupe, on a passé la soirée autour d’un feu de camp à griller des chamallows (comme dans les films américains) et à jouer aux loups garous.

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 2.

JOUR 2:

Ascension de la montagne QingLiang, 2e plus haute montagne (1787m) de la Chine de l’Est après les montages jaune (même province).

Réveil à 6h30 avec baozis nature à foison et l’énorme pot de Nutella de 1kg qui fait plaisir aux grands enfants que nous sommes !

image

Petit déjeuner: Ok   –  Séance de stretch matinal: Ok

image

Maintenant il est temps de partir sur des chemins sauvages à la conquête du mont où les limites physiques seront poussés au maximum pendant 24Km (ahah ça sent le vécu ! Eh oui je n’en suis pas sortie indemne de cette ascension…)

image

Petit à petit à travers les arbres, la lumière monte, et il n’est que 9h du matin. J’ai l’impression d’être debout depuis des heures et de grimper depuis un certain temps sans vraiment avancer. Comme ce sont des sentiers sauvages, il faut plus ou moins faire sa route, trouver son rythme et ne pas lâcher. Mes genoux en ont très vite décidé autrement à cause des marches en pierres complètement irrégulière, à moitié fendues etc…

C’est ainsi qu’avec Gaëlle, une copine et le guide qui ferme la marche, nous étions les trois bons derniers du groupe.

image

C’est-il pas beau ? Une mer de nuage se noyant dans diverses nuances de bleu. On est presque arrivé au pic le plus élevé, restant toujours bonne dernière.

Entre temps ça ne m’a pas empêché de me casser la figure, de tomber, d’avoir le genou sanguinolent, et par la même occasion un bon bain de boue intégral. Ah c’est certain qu’il ne faut pas avoir peur de se salir les mains lorsque l’on part à l’aventure.

image
image
image

image

Marie-Astrid et son beau sourire

image

Enfin la récompense de l’effort après 4h-4h30 de montée ! Cette vue sans téléphériques et ses câbles, sans un parcours bétonné pour touristes, sans personnes à part de vrais randonneurs, un ciel non pollué, un silence accompagné du sifflement du vent.

Pour le déjeuner on s’installe au niveau du pic avant d’entamer la descente et… C’est là ! Que les choses deviennent intéressantes.

Notre animatrice nous propose 2 options pour redescendre: 

1- on reprend le même chemin qu’à l’allée

2- on descend par un autre chemin qui nous fait faire une boucle et met “1h” de plus.

Avec Gaëlle, on avait déjà bien galéré à l’aller, dans mon esprit faire une boucle correspondait à un chemin plus facile avec juste une heure de plus (que nenni !). C’est donc avec une grande joie qu’on a pris la 2e option. Ce fut un très mauvais choix.

image

Cette photo n’est qu’un vague aperçu du parcours retour. Juste après cette photo, ça a été la plus longue descente de ma vie haha ! Une pente non loin de 90° d’inclinaison faite de pierres blanches, pas vraiment de prises, et oh glissante. C’est ainsi que je commença ma longue descente avec un papi guide à l’agilité d’un bouquetin chaussé seulement d’une paire de converse.

Faisant très attention, je n’ai pas eu trop le temps d’apprécier le paysage, le peu de ce que j’ai pu voir était très beau et dépaysant. Au cours de la descente, la nature est changeante, tantôt boisée, tantôt rocailleuse, tantôt découverte, tantôt submergée par les herbes montantes à la Rambo ou Indiana Jones.

image

Je resta bonne dernière du groupe avec papi bouquetin. Les genoux ont commencé à faire la grève, je m’arrêtais de plus en plus, papi bouquetin aussi vu qu’il se calait sur mon rythme.

C’était un prétexte pour lui de fumer sa cigarette.

Comment un papi vieux de 70 ans au moins, avec des converses et fumant comme un pompier peut emprunter ces chemins normalement comme si il marchait sur une route parfaitement normale …

Petit à petit je voyais la lumière descendre, les copains étaient déjà tous en bas et moi encore en haut. Les genoux ne voulaient plus avancés (ça c’est très embêtant), pas possible d’appeler un hélico de secours, il me restait plus qu’à descendre sur les fesses. Je dis ça car je tombais assez souvent et la plupart du temps j’entrainais pauvre papi bouquetin avec moi.

C’est ainsi qu’après moult péripéties, avec plus de 5h de descente, j’arrivais en bas en un presque seul morceau exténuée.

image

Après l’effort, une bonne bière pour soulager les courbatures à venir et un bon repas avec les copains pour finir cette journée riche en émotions.

Qui ce soir au coin du feu avec les chamallows va survivre aux loups garous ? Qui sera le loup garou qui va tuer la voyante que je suis ? Qui va gagner ? Les loups garous ou les villageois ?

Observation du ciel étoilée près du feu de camp, réflection, philosophie sur la vie, des blagues, des délires qui nous ont bien faire rire.

Une vraie colo avec de grands enfants !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 3.

JOUR 3:

Repos dans les cascades. Ce sera juste 5 petits Kms à parcourir dans le parc des 18 cascades du dragon.

image

Avec deux genoux bien gonflés après l’étape d’hier, un bain bien froid dans une cascade me fera le plus grand bien !

image
image
image
image
image
image

Après avoir passé la matinée au frais dans les cascades, à plonger tête la première dans l’eau fraîche, retour à l’auberge pour un dernier repas, boucler le sac et prendre la route pour Shanghai.

image

En résumé, au cours de ce weekend, les chamallows, le pot de Nutella et les genoux ne sont plus. J’avoue que c’est la première fois que je faisais une vraie randonnée de ce type.

Depuis si vous cherchez sur M2 adventure le compte officiel, il y a un message écrit en gras et rouge au sujet des genoux haha dans le post dédié au weekend à QingLiang Peak qui est régulièrement proposé.

Spéciale dédicace à papi bouquetin, spéciale dédicace aux copains à qui j’en ai fait voir de toutes les couleurs, parce que oui, j’ai un côté casse-cou hihi.

Texte : Marie-Astrid Fieux – http://la-petite-baroudeuse.tumblr.com/ 

Rando dans le Sichuan

Chine, Sichuan

Voilà: challenge accepted et relevé avec force! Pendant 4 jours, du mercredi 3 au samedi 6 octobre, j’ai affronté les montagnes du Sichuan lors d’une randonnée épique.

PLANNING – October 1st to 7th
➔ D1: Gather & visit Chengdu
➔ D2: Chengdu →Maoxian county & Chuanzhu temple
➔ D3: Chuanzhu temple→Kaka Valley→ Long Lake (16km, 8h)
➔ D4: Long Lake → Fish Lake (10km, 8h)
➔ D5: Fish Lake → Redstar Lake → Fish Lake (16km, 8h)
➔ D6: Fish Lake → Maoxian county (12km, 4h) → Chengdu
➔ D7: Departure or optional excursion

1er jour

Our trip will start in Chengdu, the capital city of Sichuan province, famous for its pandas 😉 Depending on your arrival time, you can visit Chengdu a bit or just chill. We can go for a group dinner and get to know each other over some
delicious Sichuan food. Overnight stay in Chengdu hotel.
* Acco: Hotel
* Altitude: 500m

En gros, la première journée, c’était un peu à chacun de se débrouiller et de décider de vivre sa vie. J’ai vécu ma vie et j’ai été voir les pandas (découvrez l’article ici). Je n’ai retrouvé les gens que le lendemain matin.

2ème jour

Today, we will drive to Chuanzhu temple, which is really close to the starting point of our Kaka Valley hiking.
We will drive through the Mao County and pass many small villages on the way. There, 90% of the population is from the Qiang Minority. If time allow, we will stop at one of those villages to meet some local Qiang people.
Overnight stay in the local hotel of Chuanzhu temple, which is at an altitude of 3500m above sea level.
*Food: Breakfast, lunch & dinner
*Acco: Hotel
*Altitude: 3500m

L’hôtel que M2 adventures nous avait réservé était vraiment très bien, très clean, très propre. Ma colocatrice – je ne sais pas ce qui s’est passé – n’est en fait jamais venue me rejoindre dans ma chambre donc j’ai eu la chance d’avoir la pièce pour moi toute seule.

Le séjour a commencé à se corser quand on nous a appris que nous n’aurions pas le petit déjeuner de l’hôtel (WHAAAAAAAAAAAAT !!) mais un sac à emporter…

Déception…

C’est quand même ce qu’il y a de mieux dans les hôtels les PDJ…

Mais bon, on accepte et on part pour l’aventure en bus.

Comme c’était la Golden Week – période de vacances nationales -, on s’attendait à avoir plein de monde sur la route. Mais ça n’a bouchonné que deux fois.

La route m’a permis de faire connaissance avec Lina, une Chinoise ayant passé sa jeunesse en Australie et qui travaille à présent à Shanghai.

J’ai pu aussi découvrir les montagnes du Sichuan: rocailleuses, abritant des pins et des arbustes, offrant parfois des chemins sinueux. Des montagnes imposantes mais pas forcément très accueillantes…

À ma sortie du bus, j’ai tout de suite compris pourquoi un sac de couchage acceptant des températures jusqu’à -20 degrés était recommandé… J’ai bien connu le froid au Canada mais en Chine, je ne me serais pas attendue à trouver des températures si froides… Sans y être préparée…

Pas que je pensais partir au soleil ou quoi que ce soit, mais je ne m’attendais tout de même pas à ça… Heureusement que j’étais passé chez Uniqlo quelques jours avant pour m’acheter une doudoune à manches courtes… Je n’aurais pas tenu avec mon tee-shirt et mon sweat sinon…

Check-in à l’hôtel fait et après avoir fait la connaissance de ma coloc de chambre, Beatrice, une Italienne de 25 ans vivant à Shenzhen, je retrouvai le groupe pour le dîner.

Nous formions donc un groupe assez éparse: 6 couples de tout âge, des randonneurs émérites, des amis, des randonneurs novices. Je faisais bien sûr partie de la dernière catégorie. Ma motivation? Le challenge, réaliser quelque chose que je n’aurais pas pensé réussir il y a quelques années.

Repas pris, derniers conseils donnés, prise de tension effectuée, il était temps de se reposer. Réveil à 6h20 le lendemain pour remplir les gourdes et prendre le petit déjeuner.

3ème jour

After breakfast, we will meet our horse team and give them our gears
to carry. Now, our Adventure can start 🙂 The beginning of this hike is a big grassland, full of horses and yaks. We will start hiking uphill to slowly go into the forest area. In autumn, leaves start turning red, it’s absolutely stunning. We will keep going through the narrow valley surrounded by mountain peaks.
We will be arriving at the camping site around 5pm. If times allow, we can have a walk to the Green Lake nearby, about 2000 meters long 80 meters wide. This lake water comes from the snow melting water.
*Food: Breakfast and dinner
*Acco: Camping
*Distance: 16 kilometers
*Altitude: 3500m > 3700m

À 20 minutes de notre hôtel en bus se trouvait le départ de notre première journée de randonnée. Arrivés sur le lieu, nous avons attendu encore 30 bonnes minutes avant de pouvoir démarrer la randonnée. 

Pour qui pour quoi… aucune idée… c’est tout le fun… apparemment, si on comprenait quoi ce soit à l’organisation, ce ne serait plus aussi drôle…

Super… J’avais déjà froid… L’aventure je vous dis !

30 minutes de marche plus tard, je pensais déjà à la pause dejeuner qui allait marquer la moitié du trajet ou presque…

et je commençais à me réchauffer !

Lina et moi

Il est vrai que les paysages étaient chouettes. Au moins, on ne m’avait pas vendu du rêve pour rien.

Marchant dans le groupe de tête, je me rendais à l’évidence déjà rencontrée en Inde : je suis une bonne marcheuse.

Je ne pense pas être une sportive de très haut niveau mais lorsqu’il s’agit de marche, je m’accroche, marchant assez vite pour que le « supplice » dure moins longtemps… À chacun sa motivation!

L’heure de la pause déjeuner enfin atteinte, il ne devait rester que « quelques » heures avant l’arrivée à notre campement.

FAUX!

Nous n’avions parcouru que deux heures lorsque notre guide nous annonça que nous y étions arrivés !

Bien évidemment, j’étais SUPER HEUREUSE d’être arrivée en tête de peloton.

Malheureusement mon bonheur fût de courte durée. Assez rapidement, je réalisais qu’il n’y avait AUCUN ENDROIT pour se réchauffer ou s’abriter de la neige (de la neigette ok mais quand même !! Elle a bien réussi à me glacer les os cette CONN#&€!*) ! AUCUN ENDROIT non plus pour se nettoyer ou faire ses besoins et AUCUNE POMPE pour mon matelas gonflable…

Zen….

« Et est-ce que l’on pourrait avoir de l’eau chaude pour se réchauffer ? »

Bah non… Bu keyi… Pas d’eau chaude pour les braves…

Zen version 2…

Niveau organisation assez pourrie pour cette première jour où les guides locaux n’ont pas eu l’air d’être au courant de ce qu’on nous avait promis sur le chemin…

Mais bon… La vue est quand même belle et je m’attelle donc au montage de la tente… Que je réussis (trop fière!) toute seule.

La nuit est fraîche (et courte). Mais on rigole bien avec Beatrice. Et tant que le moral va, tout va !

4ème jour

After breakfast, we will start hiking and cross the Green Lake Pass (a low point where 2 mountains cross each other), which is about 4200 meters high.
Today will be about 3km uphill (the distance is short but with a 500m elevation, it will be a good cardio workout 😉 followed by 7 km downhill ; a lot of wild animals and birds can be seen in this area, sometimes even big animals (like deer) in winter season.
We will then reach the Fish Lake, our campsite for the night. This Lake is famous for growing a rare fish that is considered a holy fish and therefore is forbidden to fish.
*Food : Breakfast and dinner
*Accomodation : Camping
*Distance : 10km
*Altitude : 3700m > 4200m > 3300m

Réveil 7h. On range les affaires dans la tente. On prend le PDJ et c’est parti pour la deuxième journée de randonnée. Pas la plus facile…

Au bout de quelques temps (minutes ? heures ? aucune idée, j’avais perdu la notion du temps ^^), nous arrivons à un lac de toute beauté ! Plus proche de l’image que l’on se fait du Montana que de la Chine !

Au début, tout se passait plutôt bien je dois dire : le groupe de tête ne m’avait pas prévenu et était parti sans moi… Ah bah… merci les gars…

La balade est malgré tout sous le soleil et ma coloc italienne est avec moi.

Puis j’ai pris de la distance, tout en marchant à mon rythme. 

Et c’est lors d’un escarpement que j’ai pris de la distance avec le groupe. 

Chaque pas était plus dur que le précédent mais je m’occupais l’esprit en m’hydratant énormément.

Et puis… quelle vue encore une fois !

J’ai passé la plus grande partie de la randonnée seule, en tête à tête avec moi-même. J’ai beaucoup aimé – comme à chaque rando – laisser aller mes petites idées…

On nous avait promis deux montées assez dures. Il ne s’agissait en fait que d’une seule montée super hard où mes cuisses et mes poumons ont pris chers…

Alors bien sûr, aucune possibilité d’abandonner et pas l’envie de « louer » un cheval pour esquiver la marche. J’ai pris mon mal en patience et un pas après l’autre j’ai grimpé ce qui m’a semble ne jamais s’arrêter…

Les paysages, grandioses, m’ont permis de surmonter la difficulté ; mais surtout, toujours cette phrase « tu peux y arriver ».

Et le soleil etait présent! Après avoir eu de la pluie et de la neige, quel bonheur que de se faire arroser de soleil!

Je suis au final arrivée au campement vers 15h. TELLEMENT contente d’avoir fait plus de la moitié de cette semaine randonnée et en sachant qu’il ne me restait plus qu’une journée !

Et puis, les GO avaient appris de leurs erreurs puisque nous attendait eau chaude et tente pour nous abriter.

5ème jour

After breakfast, we will head to the Redstar Lake. This hike is about 600m total elevation with some steep parts (70 degrees) along peaks and forests which makes it the most challenging part of the entire trip.
But your efforts will be rewarded! After crossing the Pass is the most magnificent view on the Redstar lake.
If you don’t feel like it, no worry, this hike is optional 🙂 You can also choose to have a chill day and walk around the campsite.
We will be back to campsite around 4pm
*Food: Breakfast and dinner
*Acco: Camping
*Distance: 16km
*Altitude: 3300m > 3900m > 3300m

Le manque de la douche chaude commence à se faire sentir…

Mais bon, la routine s’est presque installée… Et ma haine des tentes commence à s’adoucir.

On se lève, on se change, on petit déjeune. On prend le bâton de marche et c’est parti!

On commence la randonnée tranquillement par des sentiers cachés dans des chemins boisés. C’est assez agréable. Il faut éviter les branches en pleine face, éviter de se prendre les pieds dedans également. Puis ne pas glisser sur les cailloux, passer des ruisseaux en s’accrochant aux branches alentours ou en traversant à l’aide de rondins de bois qui servent de ponts.

Puis on arrive au bout de quelques kilomètres sur une vaste plaine. Là sont arrêtés des chevaux, prêts à embarquer les randonneurs fatigués ou les cavaliers. J’hésite un peu mais je continue à marcher.

Je n’ai pas monté à cheval depuis l’Australie il me semble…

Ensuite commence une montée à 70 degrés où mes jambes se demandent ce qu’elles font là. C’est comme si je marchais sur une plage de galets où l’élévation aurait été biaisée. Chaque pas risque de me faire glisser…

Le bâton de marche m’encourage à continuer. De toute manière, maintenant que je suis là…

Vient ensuite un chemin rempli de petits buissons parmi lesquels il faut se frayer un chemin. Ça dure…

Puis je dois à nouveau traverser un ruisseau en passant deux rondins accrochés ensemble. Je me vois déjà finir à l’eau mais non… Tout se passe bien et je continue à m’accrocher et à avancer.

Je pense à « Wilde », le film avec Reese Witherspoon, tiret d’une histoire vraie où héroïne part seule dans la nature américaine… Très peu pour moi… J’ai de plus en plus hâte de me retrouver la tête sous la douche chaude…

J’arrive à une nouvelle galère, une nouvelle pente à confronter…

C’est avec un peu de blase que je m’y attaque. Mes cuisses le détestent mais savent qu’elles n’ont pas le choix.

De toute manière, j’arrive bientôt en haut de la montagne. Bientôt je verrai le lac et pourrai me reposer.

QUE DALLE!

Arrivée en haut de mon calvaire, j’aperçois les randonneurs en amont en train de littéralement grimper la crête de la montagne….

Je ne suis donc pas encore au bout de mes peines.

Je traverse la plaine me séparant des grimpeurs et c’est parti. J’avance au ralenti. J’en chie vraiment…

Une fois arrivée en haut, j’étais gelée… mais la vue en valait la peine.

J’ai regardé le lac dix secondes et j’ai commencé la descente. Trop froid.

J’ai fait le chemin du retour beaucoup plus vite qu’à l’aller. J’avais tellement hâte d’être sur le campement et de quitter l’altitude.

6ème jour

Today after the breakfast, we will be going downhill following a nice river, the more we going down, the more forest we can see, the valley becomes wider.
Around 2pm will reach to SongPan ancient town, we will walk around before heading back to Chengdu.
We will then drive back to Chengdu. We will arrive in Chengdu relatively late, around 19h30. Overnight in Chengdu hotel.
*Food: Breakfast and lunch
*Acco: Hotel
*Distance:12km
*Altitude: 3300m > 500m

Quelle joie de savoir que c’est le dernier jour de cette randonnée mêlant froid, neige, tente, sans sanitaires…

Comme on dit « Ça fait du bien quand ça s’arrête ».

Je retrouve donc le sourire même si la peau de mon visage est défoncée à cause du soleil de la montagne et mes lèvres complètement gercées.

Beatrice et moi

Je vous laisse imaginer mon soulagement et ma fierté (bah oui quand même !) lorsque nous sommes arrivés à Chengdu.

À SAVOIR

1. Pour la très mauvaise organisation de ce séjour complètement à l’arrache (et qui nous a couté 3 fois le montant payé par d’autres randonneurs rencontrés sur la route), M2 adventures nous a offert un voucher de 1000rmb. On a donc accepté les excuses

2. Ne pas oublier la crème solaire et les chauffettes quand on part dans le Sichuan en octobre !!!

3. C’est bien de retrouver un environnement plus naturel mais c’est un peu compliqué au début de se défroquer quand il neige …

RESSENTI

Les paysages étaient absolument fabuleux ! Quel bonheur de se retrouver en pleine nature, dans des montagnes extraordinaires, remplies de contrastes et de couleurs sublimes. Quelle joie !

Le Sichuan est une région à découvrir si vous venez en Chine ! Elle en vaut vraiment le détour !

Chengdu et les pandas

Chine, Sichuan

Le panda est aux Chinois ce que le coq est aux Français…

Pour la Golden Week, la semaine de vacances annuelles des Chinois, je me suis décidée à aller faire une randonnée dans le Sichuan avec M2Travel, un organisme de séjour organisé sur Shanghai.

Pas peu fière d’avoir fait cinq jours de randonnée dans le Ladakh il y a déjà deux mois (vous aussi vous trouvez que le temps passe extrêmement vite? #onvieillit), je me suis chauffée toute seule à partir à la découverte du Sichuan en laissant à M2travel la peine de tout organisé.

La veille du départ (pourquoi s’y prendre en avance?), je me rends à Decathlon (THE magasin) pour m’acheter un matelas gonflable. Parce que oui, en plus de faire près de 6h de marche par jour dans les montagnes, je vais aussi y camper. Loin sont les promenades familiales ou je me plaignais de marcher plus de 20 minutes… Avant ce séjour en Inde, jamais je n’aurais pensé faire une rando complète avec nuitées dans la nature. Je suis plutôt Booking.com, peu importe le confort, tant qu’il y a un matelas qui ne doit pas se gonfler.

Mais je bifurque…

Je me retrouve donc à Decath’ avec comme objectif l’achat d’un matelas gonflable confortable. À l’entrée du magasin sont exposés tentes et matériels de camping (c’est la mode en octobre ou quoi?). Pendant 30 minutes, je m’interroge, j’interroge les vendeurs, je fais le tour des rayons, je contacte l’organisme de voyages pour finalement être convaincue de mon premier choix et prendre un matelas une personne.

Pendant ces 30 minutes, j’ai eu le temps de mettre près d’une 15aine d’articles dans mon panier : paires de chaussettes (c’est important!), compotes (ça aussi !), lumière frontale (on ne sait jamais), deux pantalons (pour me sentir vraiment randonneuse), un petit sac à dos de 10 litres (essentiel!!), des piles (pour aller avec la lampe frontale), une gourde (bah oui, je n’en avais qu’une), un coussin gonflable (pour être confortable dans la tente), …

BREF! Je suis fin prête…

Ai-je mentionné que je n’aimais pas particulièrement camper? Manque de sommeil, manque de confort, manque de calme, … Après bon… J’ai quand même déjà vécu dans une tente pendant deux mois en Australie et j’ai survécu.

En route pour Chengdu

Il est 4h du matin ce samedi 29 septembre. Je me réveille presque en pleine forme. Comme à chaque fois que je pars en voyage, je suis super réveillée et peu importe les quelques heures de sommeil, je suis prête à démarrer une nouvelle aventure.

J’ai choisi de voyager tôt à cause de la foule de la Golden Week. Je suis dans le premier métro demarrant le service de la journée. Et je ne suis pas seule. Il suffit de regarder les images résultants de la recherche « Golden Week » sur Google pour comprendre de quoi je parle.

Trois heures de vol plus tard, j’atterris à Chengdu.

On dirait Hanoi!

Je fais le check-in dans une auberge de jeunesse vraiment sympa, située à côté de la ligne 3, le HI Chengdu.

Après avoir déposé les affaires, je pars à la découverte de la ville. L’atmosphère est plus reposante que Shanghai.

Je fais à peu près 15 kilomètres lors de cette première journée. C’est un prélude assez soft pour me préparer à ce qui m’attend.

De ma première journée à Chengdu, j’ai visité le temple de Wenshu, je me suis rendue à la place avec la statue de Mao et Tianliu Square. J’ai egalement été testé une spécialité du Sichuan: le Mao Po Tofu.

Je termine la journée d’excursion dans le plus vieux restaurant de Mao Po Tofu de la ville: le Chen’s Mao Po Tofu.

Je n’ai JAMAIS mangé aussi épicé de ma vie ! Je n’arrive même pas à finir le plat tellement je le trouve épicé !

Rencontre avec les pandas

Départ de mon auberge de jeunesse à 6h30 pour être dans le premier métro pour aller à Panda Avenue où je prends un taxi pour me rendre à la base des pandas. Ce n’est pas un zoo, ni un lieu ou les pandas vivent en pleine liberté. Comme il se définit: c’est une solution trouvée par l’homme pour contrer un problème créé par l’homme.

Je suis donc à 7h15 dans la file à attendre que les portes du centre ouvrent. Et je ne suis pas la seule. Celui qui n’a jamais fait la queue en Chine ne peut pas comprendre cette sensation, ce sentiment d’accepter de voir son espace personnel réduit à néant. À vivre en Chine, on réalisé ce que veulent dire surpopulation… Et patience.

Dès que les portes ouvrent, je vois fes dizaines de Chinois courir pour être les premiers à rentrer dans le parc. Ces pandas sont vraiment les super stars du Sichuan et leurs groupies sont impatients de les voir.

Je me demande si je vais réussir à en voir ou si je vais juste piétiner pour rien.

Mais je suis tres vite rassurée en m’a percevant que les Chinois se sont précipites pour être les premiers à faire la queue pour les navettes…

Je m’aventure donc dans le parc, à mon rythme, prenant les grimpettes comme des entraînements à la randonnée future.

J’arrive à l’espace des pandas au bout d’une dizaine de minutes.Je les trouve TELLEMENT MIGNONS!!! Drôles et à la fois impressionnants.

Mon coeur fond totalement lorsque je me retrouve face à leurs progénitures.

Plus mignons que des peluches, j’ai juste envie d’en prendre un dans les bras juste pour les papouiller. On comprend mieux l’importance des vitres.

Je passe à peu près deux heures dans le parc avant de me décider à rentrer à l’auberge de jeunesse.

O

n dirait Hanoi

Sur le retour, je m’aventure dans une petite ruelle en suivant une horde de Chinois accompagnés de leurs sacs de courses.

J’ai l’impression de me retrouver dans les marchés de Hanoï. Personne ne me parle en anglais et c’est très appréciable.

Je peux enfin mettre mes rudiments de chinois en avant.

Les gens me regardent en se demandant bien ce qu’une Laowai (= étrangère) peut bien foutre par ici.

Je rentre à l’auberge de jeunesse avec un immense pomelos et m’effondre de sommeil. Les nerfs de la vie trépidante de Shanghai lâchent complètement.

C’est les vacances après tout

Je m’accorde une jolie grasse mat le lendemain matin avant de déménager dans l’hôtel réservé par M2. Vers 14h, je me motive à explorer le reste de Chengdu et me rends au Quartier tibetain, à la rue JinLi (construite selon le style ancien chinois) et au temple de WuHou.

En début de soirée, je pars me faire les ongles et les cils.

Ce sont les vacances après tout!

Et puis… Autant être prête pour les trois jours de rando!

5 jours dans la vallée de Markah

Inde, Laddakh, Markha Valley

1ère journée

Nous sommes parties de Leh à 7h avec l’agence « Ladhaki Women’s Travel ». Dans la voiture, sur les routes endommagées pour nous mener à Chilling, notre guide, Diskit, nous raconte les différents paysages et l’histoire de la région.

Près de deux heures après, nous arrivons à Chilling. Nous traversons un pont plutôt moderne et nous retrouvons entourées d’ânes et de chevaux chargés… commes des mûles.

De là, nous partons pour notre randonnée de cinq jours, parcourant des chemins de rocs et de poussière.

Nous prenons une heure et demie pour arriver à la maison de la tante de Diskit qui tient une petite guesthouse, à Skiu (3350 mètres d’altitude). Nous passons la plus grande partie de la journée à dormir. L’altitude sûrement. On nous réveille pour dîner et nous retrouvons les bras de Morphée.

2eme journée

Le lendemain, apres un délicieux petit déjeuner ladhaki, il est temps de partir pour Markha. Ce sera notre plus longue journée avec 7 heures de marche. Les paysages sont les mêmes qu’au départ. Nous nous enfonçons dans la vallée, entourées de montagnes aux formes imposantes.

Le paysage semble mort. Pas beaucoup de végétation, mais un sentier formé par les randonneurs, leurs guides, les ânes et les chevaux qui semble interminable.

Nous rencontrons un couple de Canadiens lors d’une nos pauses thé. Ils viennent du Québec et me rappellent bien évidemment ma vie au Canada, il y a 5 ans déjà, surtout les débuts de mon expérience, alors que je me promenais dans la région francophone en attendant de finalement choisir Toronto pour m’installer.

Ils ont organisé leur séjour en Inde de 3 semaines avec une agence française. Ils font leur randonnée avec plus de confort que nous: ils ont avec eux un guide, un cuisinier, des ânes qui portent leurs affaires et une personne pour s’occuper des ânes.

Nous continuons notre route avec eux. Sur le chemin, nous échangeons sur nos parcours. Très vite, mon voyage dans les Rocheuses canadiennes et ma randonnée à Lake Louise se rappellent à mon souvenir.

Ce qui est bien pendant les randonnées, c’est de pouvoir totalement déconnecté et de laisser ses pensées vagabonder.

Sur la route, j’ai l’impression de faire un pèlerinage, avec mon backpack comme fardeau.

Parfois, surtout lors des ascensions, je me compare mentalement à un petit bousier.

Oui, pas besoin d’être toujours spirituelle …

Les montées sont difficiles physiquement et j’ai l’impression de manquer d’air à chaque pas. Nous sommes à plus de 3770 mètres d’altitude et mes poumons me le font bien sentir.

Je finis mes 3 litres d’eau avant d’arriver à notre guesthouse. Nos amis canadiens sont au campement juste derrière notre maison.

La maison de pierres est composée de quelques chambres, de la cuisine où les ladaks se retrouvent et d’une salle à manger remplie de tapis. C’est là que nous est servi du the à volonté.

Notre chambre est modeste. Il y a trois matelas posés au sol et des couvertures roulées et laissées sur un meuble pour que nous nous servions.

À noter que dans les maisons dans lesquelles nous séjournons pour 1200 roupilles (incluant la nuit, le petit dej, le pique nique pour le déjeuner et le dîner), les toilettes sont à l’extérieur et ne comprennent qu’une pièce au mur de briques avec un trou entre deux planches.

Heureusement, il semble qu’avec la chaleur, les kilomètres de marche, l’altitude; en ajoutant à cela nos 9 kilos sur le dos, nous n’ayons pas de besoins trop importants de ce côté là.

C’est aussi dans ces conditions que l’on se rappelle le confort que nous avons chez nous. Et le gaspillage que nous en faisons également.

La propriétaire nous propose une bassine d’eau chaude pour nous nettoyer. Ces conditions me rappelent mon road trip en Australie, où je me nettoyais plutôt que je ne me lavais.

L’image de ma grand-mère maternelle me revient également en tête. Je me souviens de l’expression sur son visage quand elle me rappelait, à moi, la petite fille gâtée d’avoir une vraie douche moderne chez elle, qu’à son époque on ne se lavait qu’au gant.

Le dîner est absolument merveilleux: la nourriture ladakhi est un vrai régal. C’est très différent de la cuisine indienne. Les légumes sont ceux du jardin et tout est fait maison, même les pâtes.

3ème journée

Nous quittons notre gîte entre 7h30 et 8h, direction Hankar (4240 mètres).

Cette troisième journée nous offre des paysages différents. C’est absolument splendide. Nous oscillons entre montagnes, rivières, champs et les couleurs sont somptueuses.

A

Au bout de 5h de marche, nous arrivons à notre nouveau gîte et retrouvons les Canadiens qui prennent leur pause dans le champ jouxtant notre maison.

Ils ont encore 1h30 de marche à faire pour rejoindre leur campement.

Nous les laissons donc reprendre leur route et nous partons nous laver au baquet, avec de l’eau chaude laissée par la maitresse de maison.

Ensuite, nous avons droit à notre fameux thé.

Nous faisons la connaissance d’un Français résidant en Australie depuis plus de 20 ans, de son pote, un ami Australien et d’un Espagnol. Les deux d’Australie de retrouvent tous les ans dans un nouveau pays pour faire des randonnées ou juste découvrir une culture étrangère. Ils ont également un guide et une femme qui s’occupent des ânes portant leurs affaires pour la randonnée dans la vallée de Marka.

L’Espagnol s’est greffé à eux le second jour de la randonnée.

Nous passons l’après-midi simplement, à boire du thé et à échanger sur les voyages, les differentes expériences de vie et nos styles de vie.

Vers 17h, on s’attelle à la cuisine et vers 19h, nous partageons le repas.