Harbin : Festival de neige et de glace

Chine, Harbin

Mi-janvier, je suis partie avec Albane pour un week-end à Harbin à l’occasion du 2019 Harbin International Ice and Snow Sculpture Festival (Festival sur glace et sur neige).

Avant ça, je m’étais bien préparée à affronter des températures assez … rudes (on nous annonçait du -30°).

Avec l’aide de taobao, votre Alibaba français, je me suis donc achetée manteau et pantalon de ski, après ski et collants chauds. J’étais parée !

À part qu’il y faisait froid et qu’il y avait le Festival des neiges une fois par an, Harbin m’était totalement inconnue.

Quelques infos qui vous seront utiles… ou pas…

Harbin (du mandchou : ᡥᠠᡵᠪᡳᠨ et en chinois simplifié : 哈尔滨 ), est la capitale de la province du Sahaliyan Ula (Heilongjiang), province la plus septentrionale de Chine, située en Mandchourie. Elle se situe sur les rives méridionales du fleuve Songhua.

Harbin est une ville industrielle florissante, c’est aussi le plus important centre politique, économique, scientifique, culturel et le nœud de communications de la Chine du nord-est.

Elle porte le surnom de « Perle du cou (du cygne) » en raison de la forme générale du Heilongjiang (en forme de cygne) mais également de « Moscou d’Orient » ou de « Paris d’Orient », en raison de l’architecture de la ville. Mais elle est également surnommée Ville de Glace en raison du long hiver qui y règne.

La ville s’est développée à la fin du XIXe siècle, suite à l’arrivée en masse d’ingénieurs russes venus construire la portion est du Transsibérien. Parmi les édifices typiques de l’architecture russe figure la cathédrale Sainte-Sophie, une église orthodoxe orientale au dôme vert qui fait office aujourd’hui de musée sur l’histoire locale. [source : Wikipedia]

Après avoir passé une courte nuit suite au changement d’hôtel (le premier réservé étant vraiment tout pourri et tout glauque) et aux paperasses dans le deuxième hôtel qui ont bien duré une heure, notre première journée à Harbin commençait sous le soleil !

Nous avons arpenté la rue piétonne d’Harbin, et nous nous sommes retrouvées entourées de restaurants et d’échoppes russes.

Nous nous sommes ensuite aventurées dans un petit musée éphémère rempli de lumières qui « suivaient » nos mouvements.

Après cette petite pause, nous avons repris notre chemin et sommes arrivées sur la rivière. Là, c’est un véritable parc d’attractions de neige et de glace qui nous attendait.

Des grosses barres de rires !

J’avais juste l’impression d’être retournée en enfance.

Les bouées luges étaient EXCELLENTES ! À chaque nouvelle descente me prenait un nouveau fou rire. Rien que pour ces quelques minutes de laisser aller total, j’encourage TOUT le monde à aller un weekend à Harbin !

En milieu d’après-midi, nous nous sommes décidées à traverser
la rivière gelée pour rejoindre « Ice and Snow World », le parc avec les sculptures de bâtiments de glace.

Bon, j’avoue que je faisais pas forcément la fière parce que l’on pouvait vraiment voir les craquelures de la glace…

Ice and snow world

Quel kiffe ! Quel paysage ! Quelle atmosphère !

J’ai préféré les sculptures de jour. La lumière du coucher de soleil se reflétant sur les briques de glace rendait le lieu absolument magique.

Ensuite, nous sommes passés aux lumières artificielles, voire kitsch…

Mais franchement, c’était TOP ! Les sculptures sont incroyables.

J’aurais aimé tomber sur le process de construction, pour voir comment les bâtiments de glace sont montés… J’avais vu des sculpteurs à la tronçonneuse électrique et leurs réalisations au Canada mais rien à voir avec le Festival d’Harbin.

Le soir, nous nous sommes réchauffées, accompagnés de Jordane et de Guillaume, des copains de Shanghai, dans un petit restaurant russe.

Première fois de ma vie que j’allais dans un restau russe et honnêtement, ça m’a donné envie d’aller visiter Moscou !

On le sent bien le froid là

Et le lendemain : rebelotte pour la technique « de l’oignon », celle où on accumule les couches de vêtements. Bénéficiant de seulement un week-end, il n’était pas temps de s’attarder trop longtemps à l’hôtel – et dans ses lits SI CONFORTABLES.

Nous avons pris le taxi direction Sun Island.

Encore une fois, c’était exceptionnel.

Les sculptures étaient toutes plus belles les unes que les autres. Et que dire de leurs tailles !

Ia des zeeeeeeeeeeeeeeeeux !!

En plus, le parc était équipé de plein de jeux différents : luges, vélos sur glace, etc. Que du bonheuuuuur !!

Donc bon… on était un peu comme des enfants profitant du dernier jour des vacances avant de devoir reprendre le chemin de l’école !

À SAVOIR

1. Sortez couverts ! Je pense que je n’aurais pas autant profité du week-end si je n’y avais pas été aussi préparée.

2. C’était très dépaysant – et assez agréable – de se retrouver dans un environnement russe !

3. Budget ! Les parcs sont assez chers (environ 250rmb). Une fois l’entrée payée par contre, toutes les attractions sont gratuites.

4. Essayez de voir les sculptures de jour et de nuit. Ça vaut vraiment le coup !

5. N’oubliez pas qu’Harbin est une ville très polluée. Ça m’avait fait un petit choc en arrivant !

RESSENTI

TOP TOP TOP pour un week-end ! La neige, le ciel bleu, la neige, les sculptures, la folie des grandeurs, etc. J’ai vraiment adoré ce week-end. C’était une petite pause dans la course de Shanghai qui fût vraiment très appréciable

Rando dans la montagne Qing Liang – Chine

Articles, Chine, Qing Liang, Shanghai, Zhejiang

Juin 2018, je pars avec des amis pour un week-end de randonnées à Qing Liang.

Voici le texte de Marie-Astrid, une amie de Shanghai qui tient également un blog de voyages, sur ce superbe séjour !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 1.

image

Nous sommes en Juin, il fait beau, il fait chaud.

Déjà presque une année d’écoulée en Chine avec plein d’expériences top, des gens formidables, des voyages extra, une année scolaire à l’université de Shanghai qui touche à sa fin.

Pour clôturer cette année scolaire chinoise, j’ai fait une dernière escapade avec mes amis de la troupe d’improvisation au moment du Dragon Boat festival.

Le Dragon Boat festival est la fête des bateaux dragons, qui rend hommage à un poète chinois qui s’est suicidé car le roi de son royaume n’a pas écouté ses conseils pour sauver le pays d’une guerre fatale. Depuis, en son nom, une fête est organisé où les gens font des courses de bateaux dragons et mangent des Zongzi (riz gluant avec des légumes ou de la viande enveloppé dans une feuille de bambou).

Fête dit weekend prolongé ! C’est ainsi qu’avec les coupains, on part en weekend organisé faire une randonnée dans le Zhejiang avec M2 Adventure. Ambiance colo garantie !

3 jours de randonnée. Jour 1 = 18Km. Jour 2 = 25Km. Jour 3 = 5Km.

image

JOUR 1:

Avec tout ce beau monde, nous sommes partis tôt afin de faire les 18Km de randonnée sauvage.

Nous sommes arrivés la veille de Shanghai vers 1h du matin dans la province d’Anhui.

Le but de la randonnée est d’emprunter une vieille route – Huihang Ancient Path – qu’utilisaient les marchands pour accéder au à la province du Zhejiang. Elle avait un rôle important dans la route de la soie et du thé.

image
image
image
image

Arrêt rafraichissement. C’est vrai que ça ne paie pas de mine mais c’est ça qui est super ! Ce n’est pas l’une de ces nombreuses échoppes pour touristes que l’on trouve partout lorsque l’on se balade dans une réserve naturelle. Cette randonnée est l’une des rares à n’avoir pas été reconvertie en parc à touristes comme HuangShan (les montagnes jaunes) qui se trouvent aussi dans la province du Zhejiang.

image
image
image

Nous sommes entre le province de l’Anhui et la province du Zhejiang. La fin du parcours nous fait arriver au village de Yonglai, là où un mini van nous attend pour nous emmener à l’auberge pour les 2 prochaines nuits.

image
image

Régime d’eau fraîche et d’air pur… Mmmm… Nettoyage et décrassage intensif des poumons.

image
image
image
image

Après une bonne journée de marche on arrive tous en un seul morceau à Yonglai village. Je dis ça car le 2e jour nous ramènera pas tout le monde en un seul morceau ahah !

Direction l’auberge à quelques Km d’ici.

image

Notre hébergement est perdue dans cette verdure escarpée. Ce qui est un mal pour un bien puisque qu’il n’y a pas une horde de touristes chinois, on peut donc être réveillé par le chant du coq.

image
image

Avec les coupains et les autres membres du groupe, on a passé la soirée autour d’un feu de camp à griller des chamallows (comme dans les films américains) et à jouer aux loups garous.

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 2.

JOUR 2:

Ascension de la montagne QingLiang, 2e plus haute montagne (1787m) de la Chine de l’Est après les montages jaune (même province).

Réveil à 6h30 avec baozis nature à foison et l’énorme pot de Nutella de 1kg qui fait plaisir aux grands enfants que nous sommes !

image

Petit déjeuner: Ok   –  Séance de stretch matinal: Ok

image

Maintenant il est temps de partir sur des chemins sauvages à la conquête du mont où les limites physiques seront poussés au maximum pendant 24Km (ahah ça sent le vécu ! Eh oui je n’en suis pas sortie indemne de cette ascension…)

image

Petit à petit à travers les arbres, la lumière monte, et il n’est que 9h du matin. J’ai l’impression d’être debout depuis des heures et de grimper depuis un certain temps sans vraiment avancer. Comme ce sont des sentiers sauvages, il faut plus ou moins faire sa route, trouver son rythme et ne pas lâcher. Mes genoux en ont très vite décidé autrement à cause des marches en pierres complètement irrégulière, à moitié fendues etc…

C’est ainsi qu’avec Gaëlle, une copine et le guide qui ferme la marche, nous étions les trois bons derniers du groupe.

image

C’est-il pas beau ? Une mer de nuage se noyant dans diverses nuances de bleu. On est presque arrivé au pic le plus élevé, restant toujours bonne dernière.

Entre temps ça ne m’a pas empêché de me casser la figure, de tomber, d’avoir le genou sanguinolent, et par la même occasion un bon bain de boue intégral. Ah c’est certain qu’il ne faut pas avoir peur de se salir les mains lorsque l’on part à l’aventure.

image
image
image

image

Marie-Astrid et son beau sourire

image

Enfin la récompense de l’effort après 4h-4h30 de montée ! Cette vue sans téléphériques et ses câbles, sans un parcours bétonné pour touristes, sans personnes à part de vrais randonneurs, un ciel non pollué, un silence accompagné du sifflement du vent.

Pour le déjeuner on s’installe au niveau du pic avant d’entamer la descente et… C’est là ! Que les choses deviennent intéressantes.

Notre animatrice nous propose 2 options pour redescendre: 

1- on reprend le même chemin qu’à l’allée

2- on descend par un autre chemin qui nous fait faire une boucle et met “1h” de plus.

Avec Gaëlle, on avait déjà bien galéré à l’aller, dans mon esprit faire une boucle correspondait à un chemin plus facile avec juste une heure de plus (que nenni !). C’est donc avec une grande joie qu’on a pris la 2e option. Ce fut un très mauvais choix.

image

Cette photo n’est qu’un vague aperçu du parcours retour. Juste après cette photo, ça a été la plus longue descente de ma vie haha ! Une pente non loin de 90° d’inclinaison faite de pierres blanches, pas vraiment de prises, et oh glissante. C’est ainsi que je commença ma longue descente avec un papi guide à l’agilité d’un bouquetin chaussé seulement d’une paire de converse.

Faisant très attention, je n’ai pas eu trop le temps d’apprécier le paysage, le peu de ce que j’ai pu voir était très beau et dépaysant. Au cours de la descente, la nature est changeante, tantôt boisée, tantôt rocailleuse, tantôt découverte, tantôt submergée par les herbes montantes à la Rambo ou Indiana Jones.

image

Je resta bonne dernière du groupe avec papi bouquetin. Les genoux ont commencé à faire la grève, je m’arrêtais de plus en plus, papi bouquetin aussi vu qu’il se calait sur mon rythme.

C’était un prétexte pour lui de fumer sa cigarette.

Comment un papi vieux de 70 ans au moins, avec des converses et fumant comme un pompier peut emprunter ces chemins normalement comme si il marchait sur une route parfaitement normale …

Petit à petit je voyais la lumière descendre, les copains étaient déjà tous en bas et moi encore en haut. Les genoux ne voulaient plus avancés (ça c’est très embêtant), pas possible d’appeler un hélico de secours, il me restait plus qu’à descendre sur les fesses. Je dis ça car je tombais assez souvent et la plupart du temps j’entrainais pauvre papi bouquetin avec moi.

C’est ainsi qu’après moult péripéties, avec plus de 5h de descente, j’arrivais en bas en un presque seul morceau exténuée.

image

Après l’effort, une bonne bière pour soulager les courbatures à venir et un bon repas avec les copains pour finir cette journée riche en émotions.

Qui ce soir au coin du feu avec les chamallows va survivre aux loups garous ? Qui sera le loup garou qui va tuer la voyante que je suis ? Qui va gagner ? Les loups garous ou les villageois ?

Observation du ciel étoilée près du feu de camp, réflection, philosophie sur la vie, des blagues, des délires qui nous ont bien faire rire.

Une vraie colo avec de grands enfants !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 3.

JOUR 3:

Repos dans les cascades. Ce sera juste 5 petits Kms à parcourir dans le parc des 18 cascades du dragon.

image

Avec deux genoux bien gonflés après l’étape d’hier, un bain bien froid dans une cascade me fera le plus grand bien !

image
image
image
image
image
image

Après avoir passé la matinée au frais dans les cascades, à plonger tête la première dans l’eau fraîche, retour à l’auberge pour un dernier repas, boucler le sac et prendre la route pour Shanghai.

image

En résumé, au cours de ce weekend, les chamallows, le pot de Nutella et les genoux ne sont plus. J’avoue que c’est la première fois que je faisais une vraie randonnée de ce type.

Depuis si vous cherchez sur M2 adventure le compte officiel, il y a un message écrit en gras et rouge au sujet des genoux haha dans le post dédié au weekend à QingLiang Peak qui est régulièrement proposé.

Spéciale dédicace à papi bouquetin, spéciale dédicace aux copains à qui j’en ai fait voir de toutes les couleurs, parce que oui, j’ai un côté casse-cou hihi.

Texte : Marie-Astrid Fieux – http://la-petite-baroudeuse.tumblr.com/ 

Chengdu et les pandas

Chine, Sichuan

Le panda est aux Chinois ce que le coq est aux Français…

Pour la Golden Week, la semaine de vacances annuelles des Chinois, je me suis décidée à aller faire une randonnée dans le Sichuan avec M2Travel, un organisme de séjour organisé sur Shanghai.

Pas peu fière d’avoir fait cinq jours de randonnée dans le Ladakh il y a déjà deux mois (vous aussi vous trouvez que le temps passe extrêmement vite? #onvieillit), je me suis chauffée toute seule à partir à la découverte du Sichuan en laissant à M2travel la peine de tout organisé.

La veille du départ (pourquoi s’y prendre en avance?), je me rends à Decathlon (THE magasin) pour m’acheter un matelas gonflable. Parce que oui, en plus de faire près de 6h de marche par jour dans les montagnes, je vais aussi y camper. Loin sont les promenades familiales ou je me plaignais de marcher plus de 20 minutes… Avant ce séjour en Inde, jamais je n’aurais pensé faire une rando complète avec nuitées dans la nature. Je suis plutôt Booking.com, peu importe le confort, tant qu’il y a un matelas qui ne doit pas se gonfler.

Mais je bifurque…

Je me retrouve donc à Decath’ avec comme objectif l’achat d’un matelas gonflable confortable. À l’entrée du magasin sont exposés tentes et matériels de camping (c’est la mode en octobre ou quoi?). Pendant 30 minutes, je m’interroge, j’interroge les vendeurs, je fais le tour des rayons, je contacte l’organisme de voyages pour finalement être convaincue de mon premier choix et prendre un matelas une personne.

Pendant ces 30 minutes, j’ai eu le temps de mettre près d’une 15aine d’articles dans mon panier : paires de chaussettes (c’est important!), compotes (ça aussi !), lumière frontale (on ne sait jamais), deux pantalons (pour me sentir vraiment randonneuse), un petit sac à dos de 10 litres (essentiel!!), des piles (pour aller avec la lampe frontale), une gourde (bah oui, je n’en avais qu’une), un coussin gonflable (pour être confortable dans la tente), …

BREF! Je suis fin prête…

Ai-je mentionné que je n’aimais pas particulièrement camper? Manque de sommeil, manque de confort, manque de calme, … Après bon… J’ai quand même déjà vécu dans une tente pendant deux mois en Australie et j’ai survécu.

En route pour Chengdu

Il est 4h du matin ce samedi 29 septembre. Je me réveille presque en pleine forme. Comme à chaque fois que je pars en voyage, je suis super réveillée et peu importe les quelques heures de sommeil, je suis prête à démarrer une nouvelle aventure.

J’ai choisi de voyager tôt à cause de la foule de la Golden Week. Je suis dans le premier métro demarrant le service de la journée. Et je ne suis pas seule. Il suffit de regarder les images résultants de la recherche « Golden Week » sur Google pour comprendre de quoi je parle.

Trois heures de vol plus tard, j’atterris à Chengdu.

On dirait Hanoi!

Je fais le check-in dans une auberge de jeunesse vraiment sympa, située à côté de la ligne 3, le HI Chengdu.

Après avoir déposé les affaires, je pars à la découverte de la ville. L’atmosphère est plus reposante que Shanghai.

Je fais à peu près 15 kilomètres lors de cette première journée. C’est un prélude assez soft pour me préparer à ce qui m’attend.

De ma première journée à Chengdu, j’ai visité le temple de Wenshu, je me suis rendue à la place avec la statue de Mao et Tianliu Square. J’ai egalement été testé une spécialité du Sichuan: le Mao Po Tofu.

Je termine la journée d’excursion dans le plus vieux restaurant de Mao Po Tofu de la ville: le Chen’s Mao Po Tofu.

Je n’ai JAMAIS mangé aussi épicé de ma vie ! Je n’arrive même pas à finir le plat tellement je le trouve épicé !

Rencontre avec les pandas

Départ de mon auberge de jeunesse à 6h30 pour être dans le premier métro pour aller à Panda Avenue où je prends un taxi pour me rendre à la base des pandas. Ce n’est pas un zoo, ni un lieu ou les pandas vivent en pleine liberté. Comme il se définit: c’est une solution trouvée par l’homme pour contrer un problème créé par l’homme.

Je suis donc à 7h15 dans la file à attendre que les portes du centre ouvrent. Et je ne suis pas la seule. Celui qui n’a jamais fait la queue en Chine ne peut pas comprendre cette sensation, ce sentiment d’accepter de voir son espace personnel réduit à néant. À vivre en Chine, on réalisé ce que veulent dire surpopulation… Et patience.

Dès que les portes ouvrent, je vois fes dizaines de Chinois courir pour être les premiers à rentrer dans le parc. Ces pandas sont vraiment les super stars du Sichuan et leurs groupies sont impatients de les voir.

Je me demande si je vais réussir à en voir ou si je vais juste piétiner pour rien.

Mais je suis tres vite rassurée en m’a percevant que les Chinois se sont précipites pour être les premiers à faire la queue pour les navettes…

Je m’aventure donc dans le parc, à mon rythme, prenant les grimpettes comme des entraînements à la randonnée future.

J’arrive à l’espace des pandas au bout d’une dizaine de minutes.Je les trouve TELLEMENT MIGNONS!!! Drôles et à la fois impressionnants.

Mon coeur fond totalement lorsque je me retrouve face à leurs progénitures.

Plus mignons que des peluches, j’ai juste envie d’en prendre un dans les bras juste pour les papouiller. On comprend mieux l’importance des vitres.

Je passe à peu près deux heures dans le parc avant de me décider à rentrer à l’auberge de jeunesse.

O

n dirait Hanoi

Sur le retour, je m’aventure dans une petite ruelle en suivant une horde de Chinois accompagnés de leurs sacs de courses.

J’ai l’impression de me retrouver dans les marchés de Hanoï. Personne ne me parle en anglais et c’est très appréciable.

Je peux enfin mettre mes rudiments de chinois en avant.

Les gens me regardent en se demandant bien ce qu’une Laowai (= étrangère) peut bien foutre par ici.

Je rentre à l’auberge de jeunesse avec un immense pomelos et m’effondre de sommeil. Les nerfs de la vie trépidante de Shanghai lâchent complètement.

C’est les vacances après tout

Je m’accorde une jolie grasse mat le lendemain matin avant de déménager dans l’hôtel réservé par M2. Vers 14h, je me motive à explorer le reste de Chengdu et me rends au Quartier tibetain, à la rue JinLi (construite selon le style ancien chinois) et au temple de WuHou.

En début de soirée, je pars me faire les ongles et les cils.

Ce sont les vacances après tout!

Et puis… Autant être prête pour les trois jours de rando!

Séjour à Agra

Agra - Taj Mahal, Articles, Inde

La visite d’Agra m’a enchantée à plusieurs niveaux : quitter le tourbillon de Delhi, se retrouver dans un hôtel de luxe simple et chaleureux mais surtout admirer le Taj Mahal !

AVENTURE DANS LE TRAIN

Nous sommes donc parties avec le train de 11h25 (« le seul train à être à l’heure car il part de Delhi ») pour Agra.

Nous avions plusieurs options pour le train:

– le train à 2000 roupies aller retour, avec la clim, avec un voyage tranquille et safe, destiné aux touristes et à la classe aisée

– le train à 230 roupies, sans clim, avec les locaux

– l’aller avec les locaux, le retour avec les « riches »

Nous avons pris la troisième solution. À 11h00, notre train nous attendait déjà sur le quai 3 et notre wagon était juste en face des marches que nous venions de prendre: parfait!

Deux hommes nous disent que le train ne va pas à Agra. Bon… Petite vérification et confirmation que nous sommes dans le bon train. Nous remontons donc et nous installons. Les regards sont assez nombreux, pas très agréables mais Audrey ne semble pas stressée et je suis donc naturellement rassurée.

À 11h25 pile, le train démarre et c’est parti pour 3h à 4h de route pour Agra:

Dans le train, des vendeurs de thé et de gâteaux, ainsi que des enfants réalisant de petites performances (chansons ou danses) passent de temps en temps quémander quelques pièces ou billets s’ils sont chanceux.

Très vite, nos voisins s’installent confortablement. Certains s’installent dans les couchettes au-dessus de nous.

Audrey arrive à faire une micro sieste et je me dis que tout est sous-contrôle même si la vigilance ne tombe pas. Nous sommes malgré tout en Inde, pays qui connaît des exactions importantes et qui ne s’est apparemment pas calmé depuis le viol collectif qui a marqué les esprits en 2012.

Le trajet continue cependant sans encombres. À notre premier stop, de nouveaux passagers viennent rejoindre notre wagon et un de nos nouveaux voisins essaie de rentrer en communication avec nous mais il se trouve face à un mur. Alors qu’il insiste (il veut que nous balancions nos detritus par terre), notre voisin présent depuis le début du séjour lui sort quelques mots d’hindi qui le font se calmer immédiatement.

Arrivées à Agra, nous trouvons un rickshaw qui nous amène à notre hôtel pour 100 roupies. Il nous propose d’être notre chauffeur pour les deux jours qui vont suivre pour 900 roupies. Je refuse et nous tentons de négocier mais il ne veut rien savoir… Et nous non plus.

GATEWAY HOTEL

Notre arrivée à « l’hôtel de luxe de notre séjour » est quelque peu chaotique puisque le bâtiment est en pleine rénovation.

Mais l’accueil est absolument charmant et tout le personnel est au petit soin avec nous. Nous oublions donc l’aspect de la façade extérieure.

Le rooftop de l’hôtel nous permet de voir le Taj Mahal pour la première fois. Il est loin mais déjà je me sens incroyablement chanceuse de n’être qu’à quelques kilomètres de cette merveille architecturale.

Baby Taj

Quelques minutes plus tard, nous sommes déjà en route pour ne pas perdre trop de temps (nous n’avons que deux jours – une nuit pour profiter d’Agra) et nous retrouvons un nouveau rickshaw d’accord pour nous faire 600 roupies les deux jours. Nous acceptons car nous avons déjà négocié et aucune de nous deux n’aime marchander.

Le chauffeur nous amène donc à Itimad-ud-Daulah ou Baby Taj.

Premier bâtiment moghol construit entièrement en marbre, l’endroit est absolument charmant.

Il fut commandé en 1622 par Nur Jahan, l’épouse persane de l’empereur Jahangir, pour son père.

Mehtab Bagh

Notre chauffeur nous conduit ensuite sur la rive opposée de la Yamuna River, dans le paisible jardin où Shah Jahan voulait se faire construire un mausolée afin d’être en face de son épouse. Il n’arriva pas à ses fins car il se fit emprisonner par son fils… dans le Fort Rouge où il pouvait voir le tombeau de sa bien aimée… de sa cellule… Merci fiston!

e

Lors de notre promenade, nous acceptons de nous faire prendre en photo avec une famille indienne:

Chouette résultat et moment plutôt sympa entre nos deux cultures.

Le rickshaw nous a ensuite conduit chez des amis à lui pour notre dîner. Encore une fois: super bon repas indien!!!

Notre deuxième jour en Inde en vidéo ici ou sur la page Facebook du blog que je vous invite à suivre 😉

Taj Mahal

Réveillée à 4h45 pour être au Taj Mahal dès son ouverture, j’ai été très vite calmée par l’orage…

Je me suis même dit qu’il fallait peut-être remettre le mausolée à un autre jour et j’aurais eu tort.

Nous avons retrouvé notre chauffeur à 5h30, pris nos billets à 5h50 et sommes rentrées dans l’enceinte du Taj Mahal à 6h00.

Cette expérience était incroyable !

Même ressenti qu’aux chutes du Niagara, ou qu’aux temples d’Angkor!

J’ai mitraillé l’endroit et les images resteront gravées dans ma petite tête.

Red fort

Après un petit retour à l’hôtel pour prendre un petit-déjeuner copieux, nous sommes reparties avec notre chauffeur pour le Fort rouge d’Agra, beaucoup plus impressionnant que son cousin de Delhi.

Édifié au milieu du XVIe siècle, le Fort Rouge d’Agra est le palais des empereurs moghols. Ses puissants remparts de grès rouge défendaient la cité impériale. Le Fort Rouge connut son heure de gloire lors de la révolte des Cipayes en 1857. Cette énorme forteresse abrite une enfilade de palais de marbre, de mosquées et de jardins. Le Fort Rouge offre une superbe vue sur le Taj Mahal, sur l’autre rive de la Yamuna. (source : Routard)

Le Fort Rouge est également chargé d’histoire : quatre générations d’empereurs y ont régné et ont, dès 1565, apporté leur touche personnelle.