Séjour à Agra

Agra - Taj Mahal, Articles, Inde

La visite d’Agra m’a enchantée à plusieurs niveaux : quitter le tourbillon de Delhi, se retrouver dans un hôtel de luxe simple et chaleureux mais surtout admirer le Taj Mahal !

AVENTURE DANS LE TRAIN

Nous sommes donc parties avec le train de 11h25 (« le seul train à être à l’heure car il part de Delhi ») pour Agra.

Nous avions plusieurs options pour le train:

– le train à 2000 roupies aller retour, avec la clim, avec un voyage tranquille et safe, destiné aux touristes et à la classe aisée

– le train à 230 roupies, sans clim, avec les locaux

– l’aller avec les locaux, le retour avec les « riches »

Nous avons pris la troisième solution. À 11h00, notre train nous attendait déjà sur le quai 3 et notre wagon était juste en face des marches que nous venions de prendre: parfait!

Deux hommes nous disent que le train ne va pas à Agra. Bon… Petite vérification et confirmation que nous sommes dans le bon train. Nous remontons donc et nous installons. Les regards sont assez nombreux, pas très agréables mais Audrey ne semble pas stressée et je suis donc naturellement rassurée.

À 11h25 pile, le train démarre et c’est parti pour 3h à 4h de route pour Agra:

Dans le train, des vendeurs de thé et de gâteaux, ainsi que des enfants réalisant de petites performances (chansons ou danses) passent de temps en temps quémander quelques pièces ou billets s’ils sont chanceux.

Très vite, nos voisins s’installent confortablement. Certains s’installent dans les couchettes au-dessus de nous.

Audrey arrive à faire une micro sieste et je me dis que tout est sous-contrôle même si la vigilance ne tombe pas. Nous sommes malgré tout en Inde, pays qui connaît des exactions importantes et qui ne s’est apparemment pas calmé depuis le viol collectif qui a marqué les esprits en 2012.

Le trajet continue cependant sans encombres. À notre premier stop, de nouveaux passagers viennent rejoindre notre wagon et un de nos nouveaux voisins essaie de rentrer en communication avec nous mais il se trouve face à un mur. Alors qu’il insiste (il veut que nous balancions nos detritus par terre), notre voisin présent depuis le début du séjour lui sort quelques mots d’hindi qui le font se calmer immédiatement.

Arrivées à Agra, nous trouvons un rickshaw qui nous amène à notre hôtel pour 100 roupies. Il nous propose d’être notre chauffeur pour les deux jours qui vont suivre pour 900 roupies. Je refuse et nous tentons de négocier mais il ne veut rien savoir… Et nous non plus.

GATEWAY HOTEL

Notre arrivée à « l’hôtel de luxe de notre séjour » est quelque peu chaotique puisque le bâtiment est en pleine rénovation.

Mais l’accueil est absolument charmant et tout le personnel est au petit soin avec nous. Nous oublions donc l’aspect de la façade extérieure.

Le rooftop de l’hôtel nous permet de voir le Taj Mahal pour la première fois. Il est loin mais déjà je me sens incroyablement chanceuse de n’être qu’à quelques kilomètres de cette merveille architecturale.

Baby Taj

Quelques minutes plus tard, nous sommes déjà en route pour ne pas perdre trop de temps (nous n’avons que deux jours – une nuit pour profiter d’Agra) et nous retrouvons un nouveau rickshaw d’accord pour nous faire 600 roupies les deux jours. Nous acceptons car nous avons déjà négocié et aucune de nous deux n’aime marchander.

Le chauffeur nous amène donc à Itimad-ud-Daulah ou Baby Taj.

Premier bâtiment moghol construit entièrement en marbre, l’endroit est absolument charmant.

Il fut commandé en 1622 par Nur Jahan, l’épouse persane de l’empereur Jahangir, pour son père.

Mehtab Bagh

Notre chauffeur nous conduit ensuite sur la rive opposée de la Yamuna River, dans le paisible jardin où Shah Jahan voulait se faire construire un mausolée afin d’être en face de son épouse. Il n’arriva pas à ses fins car il se fit emprisonner par son fils… dans le Fort Rouge où il pouvait voir le tombeau de sa bien aimée… de sa cellule… Merci fiston!

e

Lors de notre promenade, nous acceptons de nous faire prendre en photo avec une famille indienne:

Chouette résultat et moment plutôt sympa entre nos deux cultures.

Le rickshaw nous a ensuite conduit chez des amis à lui pour notre dîner. Encore une fois: super bon repas indien!!!

Notre deuxième jour en Inde en vidéo ici ou sur la page Facebook du blog que je vous invite à suivre 😉

Taj Mahal

Réveillée à 4h45 pour être au Taj Mahal dès son ouverture, j’ai été très vite calmée par l’orage…

Je me suis même dit qu’il fallait peut-être remettre le mausolée à un autre jour et j’aurais eu tort.

Nous avons retrouvé notre chauffeur à 5h30, pris nos billets à 5h50 et sommes rentrées dans l’enceinte du Taj Mahal à 6h00.

Cette expérience était incroyable !

Même ressenti qu’aux chutes du Niagara, ou qu’aux temples d’Angkor!

J’ai mitraillé l’endroit et les images resteront gravées dans ma petite tête.

Red fort

Après un petit retour à l’hôtel pour prendre un petit-déjeuner copieux, nous sommes reparties avec notre chauffeur pour le Fort rouge d’Agra, beaucoup plus impressionnant que son cousin de Delhi.

Édifié au milieu du XVIe siècle, le Fort Rouge d’Agra est le palais des empereurs moghols. Ses puissants remparts de grès rouge défendaient la cité impériale. Le Fort Rouge connut son heure de gloire lors de la révolte des Cipayes en 1857. Cette énorme forteresse abrite une enfilade de palais de marbre, de mosquées et de jardins. Le Fort Rouge offre une superbe vue sur le Taj Mahal, sur l’autre rive de la Yamuna. (source : Routard)

Le Fort Rouge est également chargé d’histoire : quatre générations d’empereurs y ont régné et ont, dès 1565, apporté leur touche personnelle.

Le fort d’Agra recouvre une surface de 38 hectares, c’est le plus grand fort de l’Inde. Il a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. Les murs d’enceinte, en grès rouge, sont hauts de 21 mètres et longs de 2,5 km.

Cette fois, je me suis laissée prendre en photo (sauf par les hommes qui voulaient me forcer à poser avec eux) et j’ai pu jouer un peu les stars.

Après ces deux dernières visites sur Agra, il nous fallait déjà repartir pour Delhi.

De Delhi, nous prenons l’avion pour Leh, dans la région du Ladakh, pour l’Inde himalayenne.

Delhi – My First Time in India

Articles, Delhi, Inde

Il y a quelques mois déjà, nous décidons avec Audrey, une copine rencontrée à Hanoi il y a un an déjà et qui est également fan de voyages (nous avons été ensemble à Nha Trang et Mu Cang Chai – Vietnam), de nous retrouver en Inde et d’y visiter le Nord (Delhi, Agra pour le Taj Mahal et l’Inde himalayenne).

E-visa en poche (80$ environ) et vacances posées, prendre le billet d’avion (300$ pour un vol direct Shanghai-Delhi) et se projeter en Inde pour 3 semaines n’auront été qu’une formalité.

Je suis partie de Shanghai avec un backpack rempli du minimum: une 10aine de slips, une 10aine de paire de chaussettes, 4 pantalons, une serviette, un pull chaud et une trousse de toilettes.

N’ayant pas de balance mais ayant un objectif d’un poids inférieur à 10 kilos, afin de pouvoir porter mon sac lors de nos futures randonnées ou de le faore porter, j’espère et croise les doigts pour que ça passe.

Avant de me diriger vers la ligne 2 qui mène à l’aéroport international de Pudong, je prends le soin d’imprimer mon visa électronique (je ne pensais vraiment pas le faire mais, à la dernière minute, je me suis dit qu’il valait mieux prendre des précautions). Du coup, cette pause de 15 minutes me laisse le temps de stresser suffisamment – comme à chaque fois – et de penser que je vais louper mon avion.

Mais comme à chaque fois, j’ai prévu tellement de marge que je suis laaaarge.

À l’aéroport, la femme au guichet regarde dans tous les sens les deux feuilles que je viens de faire imprimer et qui contiennent mon numéro d’e-visa avant d’accepter de prendre mon sac qui ne fait que … 6,5 kilos !! Objectif atteint !!! Laaaargement !

Hallelujah!! Dans quelques heures, je serai en Inde, dans ce pays qui me fascine, surtout par les on-dit, les histoires et expériences que l’on m’a racontées et l’univers qui s’y rattache (« Slumdog Millionaire » et « Lion » étant mes références).

C’était sans compter les 5h de retard de mon avion (je le savais qu’il ne fallait pas que je sois trop sûre de moi tant que je n’étais pas dans l’avion !!).

J’étais donc VRAIMENT laaaarge question temps… J’aurais même eu le temps de me faire un ciné quand on y pense… Et en 5h de retard, j’ai eu bien le temps d’y penser…

J’envoie quelques messages à Audrey pour la prévenir de ne pas m’attendre à l’aéroport de Delhi et d’aller directement à l’hôtel mais je sais en même temps qu’elle doit être déjà dans son vol Londres-Delhi…

Je croise donc les doigts, impuissante, en espérant que tout aura bien été pour elle.

Une fois – ENFIN – installée dans l’avion à 00h30 (vol initialement prévu à 21h15), je ne pense qu’à une chose : dormir.

Je prends la peine de manger et de regarder un film mais pour le reste des 6h de vol, je n’ai pas arrêté de me tourner et de me retourner sur mon siège.

Jai ho

Arrivée à Delhi, je me dirige vers le comptoir des e-visas. Aucune queue d’attente, c’est parfait! L’homme derrière le guichet me donne quelques ordres sans sourire : regarde la caméra pour la photo, mets tes doigts sur la machine pour la prise des empreintes digitales et hop, deux coups de tampon plus tard et j’ai mon visa !! Oh fierté ! Oh joie !!

Je pars récupérer ma valise et je reçois un texto d’Audrey qui m’explique qu’elle est rentrée à l’hôtel (elle a reussi à trouver le chauffeur de taxi réservé à l’avance) et que le chauffeur m’attendra à mon arrivée. Oh bonheur !

Je récupère mon backpack, je retrouve le chauffeur et ce dernier m’amène à l’hôtel « The prime Balaji » situé près de l’ancienne gare.

Sur la route, première impression: où sont les femmes? Les rues et trottoirs sont remplis d’hommes. Sur les 20 à 30 minutes de taxi, j’ai dû voir en tout 5 femmes…

Deuxième impression : je me fais dévisager malgré les fenêtres du taxi. Je suis trop fatiguée pour émettre un jugement ou gromeler quoi que ce soit et j’essaie de me reposer.

Arrivée à l’hôtel, je passe le portique de sécurité avant de me rendre à la réception:

« Bonjour Madame, votre amie est là depuis longtemps. Elle vous attend dans votre chambre. »

Parfait!

En effet, quelques minutes plus tard, je retrouve Audrey et après quelques brèves mots échangés, nous nous écroulons toutes les deux dans le lit.

Hello maam

Nous nous retrouvons le lendemain matin pour « affronter » notre première journée à Delhi.

Avant de nous rendre à la gare, nous faisons un petit tour par le « Travel Agency » de l’hôtel qui nous recommande une voiture privée pour aller et revenir d’Agra, pour la somme de 6000 roupies. On y réfléchira car l’offre est tentante mais ce n’est pas la solution que nous choisirons.

Nous prenons donc le chemin pour la gare située à 5 mins de notre hôtel.

À peine arrivée à la gare pour acheter notre billet du lendemain pour Agra, qu’un homme nous annonce qu’il faut faire le tour, que nous marchons sur l’accès aux taxis. Heureusement que le Routard et le Lonely nous ont prévenues de ne pas écouter / croire ce que l’on nous dit. Nous continuons notre chemin et trouvons très vite et très facilement l’entrée de la gare.

Première étape: après avoir fait la queue avec la population indienne (où l’on remarque que les femmes peuvent doubler et se rendre directement au guichet), la femme au comptoir nous annonce que nous devons nous rendre au guichet réservé aux étrangers, au premier étage.

C’est reparti pour un petit tour.

On arrive au guichet où nous sommes très bien reçues, on explique ce que l’on veut et la femme nous demande si nous avons bien nos passeports sur nous. Eh bien non! Il nous faudra donc revenir plus tard.

J’ai faim et nous partons, sur les conseils de nos guides, pour le « Brown Bread café ». Sur la route, on se fait souvent interpeller et on ne répond quasiment jamais. Prudence avant tout. Les guides ont réussi à nous rendre (plus que?) précautionneuses.

On met donc des vents à tous les hommes que l’on croise : simples passants, vendeurs, chauffeurs de rickshaws, etc.

Après notre petite pause (j’ai presque honte mais en fait j’assume complètement avoir mangé des fallafels et du humus), nous partons en rickshaw pour le fort rouge. Nous étions motivées et prêtes à faire les quelques 5 kilomètres de marche mais les « hello maam », « taxi maam », « where are you from maam », « where are you going maam », etc. toutes les 15 secondes ont eu raison de ma patience.

Red fort / Lal Qila

Bâtiment imposant par sa taille et sa beauté, le Red fort date du XVIIème siècle et est un must see de Delhi.

Nous faisons donc une promenade très agréable dans les jardins et les bâtiments, en refusant de nous faire prendre en photo, sauf avec une adolescente. Encore une fois, nous refusons tout échange avec un homme.

C’est particulier et dommage mais peut-être serons-nous plus « ouvertes »

au cours de notre séjour.

Nous partons ensuite vers la mosquée. Sur notre route, nous nous faisons notre propre passage, en évitant tout contact masculin.

On fait mine d’éviter les regards insistants et nous continuons notre route jusqu’à la « Jama Masjid ».

Jama Masjid

On nous demande de retirer nos chaussures et de nous couvrir et de payer 300 roupies.

Alors déjà ça m’énerve… Je suis déjà habillée en pouilleuse et on nous force à nous accoutrer d’une sorte de tunique dégueu et qui pue… Nous couvrir de quoi en plus?! Je porte déjà un tee-shirt ample et un pantalon. Je ne savais pas que mes avant-bras étaient impurs à ce point…

Bref, après avoir ralouillé, j’accepte les haillons et nous visitons l’endroit en 15 minutes.

Nous repartons vers notre hôtel, prenons nos passeports et retournons à la gare pour prendre les billets les moins chers (230 roupies par personne) pour environ 3h (mais nous sommes déjà averties des retards en Inde) de route.

Agra, nous (Inch’Allah), nous voyons bientôt !