Quoi faire à Abu Dhabi en une journée

Abu Dhabi, Articles, UAE

L’avion en provenance de Shanghai atterrit à 6h30.

Le vol a été long. Je me sens un peu vaseuse et pas très fraîche. 

Peu importe, je suis à Abu Dhabi pour une journée et j’ai bien l’intention d’en faire le plus possible. 

Je dépose ma valise – en prenant soin de prendre une écharpe qui me servira à me couvrir les cheveux – et mon ordinateur à la consigne.

Le bus pour la Grande Mosquée est à 9h, le temps pour moi de ne pas m’endormir et de prendre quelques cafés.

Quelques heures plus tard, nous sommes une dizaine de touristes à faire la queue pour aller visiter cette merveille architecturale.

La grande mosquée

Cette œuvre d’art architectural est l’une des plus grandes mosquées au monde, avec son étonnante capacité d’accueil pour 40 000 fidèles. Elle comprend 80 dômes, environ 1 000 colonnes, des lustres en plaqué or 24 carats, et le plus grand tapis tissé à la main au monde. La salle de prière principale est dominée par l’un des plus larges lustres au monde – 10 mètres de diamètre, 15 mètres de haut et pesant plus de 9 tonnes. La première cérémonie qui y ait eu lieu fût l’enterrement du Cheikh Zayed, qui est enterré sur le site et qui a donné son nom à la mosquée.

https://visitabudhabi.ae/fr/see.and.do/attractions.and.landmarks/iconic.landmarks/sheikh.zayed.grand.mosque.aspx

Les intérieurs sont également magnifiques et j’ai une la bonne idée d’emprunter un audioguide pour écouter les explications, informations, détails liés à ce bâtiment très riche d’uun point de vue architectural.

La visite dure entre 1h et 1h30. Il vaut mieux vous y rendre dès son ouverture pour éviter les masses.

Palais Royal

Bon, ensuite, ça a été un peu galère pour me rendre en ville et rejoindre le Palais Royal.

Le bus 94 devait m’amener au Palais Royal mais il n’avançait pas vraiment : une pause toutes les 30 secondes à peu près…

Ensuite, je me suis rendue compte que j’avais perdu mon ticket de bus. Puis, j’ai eu très faim – en effet, cela n’a peut-être pas de rapport pour vous mais quand j’ai faim, je ne pense à rien -. Ne me jugez pas…

Donc je suis descendue du bus, j’ai pris un taxi et je lui ai demandé de m’amener à un resto pour grignoter un ptit bout.

Il m’a déposé 50 mètres plus loin, dans un resto qui ne me tentait pas. J’ai continué à pied vers un mall et je me suis posée dans un restaurant qui faisait de la nourriture indienne et arabe. En fait, je voulais du humus et des falafels dans du pain naan, le tout accompagné d’un lassi donc c’était parfait ! Forcément, comme je me suis un peu lâchée sur la commande, j’ai eu pas mal de reste que j’ai pris avec moi en pensant au soir. J’avais quand même plus de 20h à tenir dans cette ville.

Puis, j’ai repris ma route. Ça allait nettement mieux mais bon, la fatigue et la chaleur ne me disposaient pas à avoir une énergie de folie.

Puis j’ai repris un taxi pour le Palais Royal. (Que de transports, hein ?)

J’ai été franchement impressionnée par ce palais qui sortait tout droit de l’univers des 1001 nuits.

Jusqu’à ce que je me rends compte que c’était un… hôtel…

Et jusqu`à ce que je me fasse refouler parce que j’avais des boîtes de nourriture avec moi…

Du coup, je suis repartie à pied pour le vrai Palais Royal cette fois.

« C’est à 10 mins d’ici sur un chemin à l’ombre », m’annonce-t-on à l’accueil de l’hôtel.

FAUX

J’ai marché pendant 20 minutes (bon, peut-être un peu moins mais vu que j’ai cru que j’allais crever de déshydratation…) sous un soleil de plomb genre 40 degrés. Honnêtement, je supporte bien la chaleur et les 38 degrés de Shanghai et son humidité ne me font pas peur mais là… J’étais dans un sauna version jetlagée de moi-même…

Tout ça pour qu’au Palais Royal, je me fasse refouler *encore une fois* à cause de mon hummus !!!

MAIS PUTAIN !!! Oui, j’ai un problème d’addiction avec le hummus… Oui, je l’assume totalement alors j’ai préféré me casser avec ma bouffe plutôt que de laisser périr mon bien…

J’ai sorti avec la voix – desséchée – la plus dramatique possible « Désolée, c’est contre ma religion de gâcher de la nourriture » et je me suis cassée… pour le restaurant accolé à l’accueil, il fallait vraiment que je boive et j’ai repris un taxi …

Cette fois, je me suis rendue à Heritage Village, une sorte de village reconstituée à l’ancienne.

Puis je me suis rendue à un immense mall – qui m’avait été recommandé par l’hôtesse de l’air de mon vol Shanghai-Abu Dhabi.

Il devait être 15h ou 16h lorsque j’ai décidé que j’en avais marre et que je voulais rentrer à l’aéroport attendre mon vol pour Zurich pour lequel j’embarquais six heures plus tard.

Je vous raconte pas le bonheur lorsque je suis enfin montée dans l’avion, à bout, et que j’ai compris que j’avais trois sièges pour moi. Je remercie encore l’hôtesse d’accueil à l’aéroport de Shanghai qui a permis que je récupère des heures de sommeil.

Vol Shanghai – Abu Dhabi : voyage et escale avec Etihad

Abu Dhabi, Articles, Shanghai, UAE

Mardi soir.

Nous sommes chez Styx.

C’est mon resto préféré à Shanghai.

Quelques copains autour de cocktails et brochettes. Ça rigole, ça parle, ça vit.

C’est ma dernière soirée à Shanghai avant de partir pour un mois de congés et j’ai bien l’intention d’en profiter.

19h50

C’est l’heure des au revoir.

Bisous à tout le monde.

Il y a ceux que l’on ne reverra pas tout de suite car ils ne reviennent pas forcément à Shanghai après l’été. Et il y a ceux que l’on retrouvera dès le mois d’août.

La voiture pour l’aéroport de Pudong est à 5mins à pied de chez Styx et de chez Gaëlle.

Je partage le taxi qu’elle a réservé pour son fils. Il part en France retrouver ses grands-parents.

Ils sortent du taxi au Terminal 1, je continue pour le Terminal 2.

Mes plans sont différents que la petite famille : ma destination finale est Zurich mais avant ça, j’ai une escale de vingt heures à Abu Dhabi.

Même si je suis à l’aéroport de Pudong plus de trois heures avant l’embarquement, le temps défile à une vitesse folle.

Le temps de faire le check-in, d’aller retirer de l’argent, de le changer – en euros et en francs suisses, sait-on jamais! -, de tomber sur des collègues qui partent en vacances, qu’il est déjà temps d’embarquer.

Vol avec Etihad

J’ai demandé à l’agent une place côté hublot ; il n’ en a plus mais me propose une place près de la sortie d’urgence.

J’accepte sans hésiter : j’aurai plus de place pour mes jambes.
L’avion est grand, le service super, le snack du soir pas top et les films proposés plus qu’ok.
Un film, du dodo et plusieurs tournages et retournages sur mon siège et c’est « déjà » l’heure du petit déjeuner.

Que faire à Abu Dhabi?

Je me renseigne auprès de l’hôtesse de l’air : comme j’ai 20h d’escale, j’ai bien envie d’aller explorer le coin.

Et puis… c’était quand même pour vivre aux UAE (United Arab Emirates) que j’avais choisi d’étudier l’arabe à la fac. C’est une raison de plus qui fait pencher la balance.

L’hôtesse super gentille me conseille plusieurs lieux touristiques : la Grande mosquée Sheikh Zayed, les palais des Émirs, le Souk, le Louvre, la Corniche, etc.

On échange sur les voyages : elle est Brésilienne et habite depuis trois ans à Abu Dhabi.

« La vie de bureau? Je n’y arrive pas. »

On trouve des points en commun et elle finit par me rassurer sur la ville :

« Abu Dhabi? Super cosmopolite, tout est écrit en arabe et en anglais et c’est sans danger. »

Mais pourquoi on a à chaque fois cette parano injustifiée ?? Et je n’y échappe pas… Je me voyais déjà sortir de l’aéroport voilée, couverte de la tête aux pieds, etc. Il n’en est rien. Je suis en tee-shirt basket, blonde et personne n’y voit rien à y redire.

Avant de sortir de l’aéroport

Je me munis d’une carte de la ville, de 1000rmb en monnaie locale, et je demande des infos pour me rendre à la Grande Mosquée.

Ça tombe à pic -ils ont pensé à tout!- : il y a un bus gratuit (le A19 – premier service à 9h00) mis à disposition des voyageurs pour aller faire du tourisme à la Mosquée.

Et c’est parti pour 20h dans Abu Dhabi !

Retour sur le vol d’Etihad

Encore une fois, on entend tout et son contraire sur les compagnies aériennes…

J’ai trouvé le service au top et j’avais de la place pour mes jambes.

J’ai constaté une grande variété de films: films français et blockbusters. Pour l’heure qu’il était, je n’étais de toute manière pas trop exigeante!(je m’y suis prise à deux fois pour mater « Red Sparrow » – était-ce vraiment le nom du film? Et j’ai hâte de continuer « Pupille »)

Nourriture: bof. Mais je crois que je vais vraiment arrêter de compter sur les plats des compagnies aériennes et me préparer mes snacks.

Rappel et tips : pas de liquide dans vos bagages pour passer les contrôles mais prenez avec vous une gourde. C’est souvent possible de la remplir.

Aucun problème pour ramener votre sandwich et vos fruits dans votre sac à main ! Arrêtez de payer plus cher chez Relay 😉

Bagan : palace et montgolfières

Articles, Bagan, Birmanie

Noël 2018, il fait froid sur Shanghai. Plutôt que de rentrer en France, je pars avec une amie, Maéva, pour le soleil birman. Mon voyage (Shanghai > Mandalay – Bagan – Lac Inle – Bagan – Ngapali – Mandalay > Shanghai) durera 15 jours.

JOUR 9 : 24 CHRONO DANS UN PALACE

Nous arrivons au Aureum Palace Hotel & Resort Bagan vers 5h du matin. L' »early check-in » n’est pas possible et nous devons prendre notre mal en patience après avoir passé une nuit dans un van loin d’être VIP.

Nous partons donc pour voir (ENCORE ??!!!) le lever de soleil sur les temples. Les montgolfières sont, cette fois, vraiment très proches de nous.

Une de ces villas sera notre logement pour 24h
Nous ne sommes pas les seules

Nous repartons ensuite à notre hôtel, pour profiter de la piscine et pour rentabiliser notre séjour.


La vue y est absolument incroyable !!

Nous avons juste glandé pendant cette journée, et c’est vrai que ça nous a fait du bien.

On ne s’est pas lassé de la vue sur les temples depuis la piscine de l’hôtel.

Je ne recommande pas forcément d’y passer une nuit mais par contre : allez y prendre un petit déjeuner pour 20$.

La vue est top et la nourriture un régal !

JOUR 10 : RÉVEILLON CALME

Le lendemain, jour de la St-Sylvestre 2018, nous sommes allées marcher dans Bagan une dernière fois.

Puis nous avons passé une soirée plutôt calme et agréable au Maya Bagan, petit hostel vraiment cool et pas cher avec un propriétaire super à l’écoute et super accueillant.

Le lendemain, à 5h, Maéva attendait son pick-up qui l’amenait au port de Bagan. Elle allait rentrer à Mandalay en bateau tandis que je partais pour Ngapali.

Ce que je ne savais pas (avais inconsciemment oublié ? ), c’est que j’allais passer 19 heures de route pour arriver jusqu’à la plage.

À SAVOIR

1.Les trajets en Birmanie prennent énormément de temps. Il vaut mieux vous assurer du confort de votre bus avant de payer votre ticket. Pensez aussi à l’option vol intérieur.

2. Passez sa nuit dans un palace en Birmanie n’a pas vraiment de sens… Je ne regrette pas que nous ayons passé 24h à l’Aureum mais je ne le recommande pas (déjà pour son accueil client pas terrible, et ensuite pour sa démesure par rapport à la vie en Birmanie et les conditions de vie des Birmans)

3. Il faut toujours se prévoir du temps de glandouille en vacances. En tout cas, je sais que j’en ai toujours besoin à un moment donné, le temps de déconnecter et de couper avec l’agitation des grandes villes.

RESSENTI
🔘🔘🔘🔘🔘

Bagan reste ma ville coup de coeur en Birmanie. La vue sur les temples ne m’a jamais lassée. J’ai adoré la vue de l’hôtel qui, avec sa piscine et son lac, vous promette des photos sompteuses et à couper le souffle…

Il y a vraiment un côté magique et majestueux à cette campagne recouverte de temples et de stuppas.

Inle : ce petit lac plein de charmes pour ses pêcheurs sur un pied

Articles, Birmanie, Lac Inle

Noël 2018, il fait froid sur Shanghai. Plutôt que de rentrer en France, je pars avec une amie, Maéva, pour le soleil birman. Mon voyage (Shanghai > Mandalay – Bagan – Lac Inle – Bagan – Ngapali – Mandalay > Shanghai) durera 15 jours.

Jour 6 : toujours cette arrivée bien matinale

Cette fois-ci, nous arrivons au Exotic Inn à 4h du matin. Le réceptionniste accepte notre Early check-in et nous pouvons donc directement aller nous coucher.

Notre journée ne commencera donc que quelques heures plus tard. Pour ma part, je n’aurais pas pu aller bien loin sans cette sieste matinale car impossible de dormir dans le bus surclimé.

C’est donc vers 11h que notre journée a commencé. Nous avons enfourché les vélos de l’hôtel et nous sommes parties pour le lac Inle.

Nous sommes au nord du lac et nous comptons bien le rejoindre en arrivant par son flanc ouest. 

La non-chalance des vacances aura raison de moi puisque nous prenons le bateau avant d’avoir atteint l’embouchure sud du lac. 

Jour 7 : tour organisé sur le lac pour y découvrir l’artisanat local

Ou comment dépenser son argent facilement et rapidement.

Nous sommes parties le matin et sommes rentrées le soir. 

Au programme de cette promenade sur l’eau : atelier de cigares, atelier de laque, atelier de bijoux en argent, atelier de tissages de soie, etc. 

C’était un peu la fête à Neu-Neu de Birmanie.

Mais oui, ça m’a plu.

Rien que pour les pêcheurs, le détour par le lac Inle valait le coup !

Jour 8 : ventre en vrac – soyons softs !

Je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui n’ait pas eu de désordre intestinal en allant en Birmanie. Mon huitième jour était sûrement celui (ça se joue au coude à coude avec le jour 7 cela dit…) qui m’a mis le plus mal. 

Nous avons donc été plus softs, avec moins d’activités prévues. 

Nous avons tout de même retrouver Christophe et Chaolin pour un café (ou une bière pour les motivés) dans la ville !

Pour le reste de la journée, scrabble et jeux de carte (et beaucoup de Coca-Cola – que je boycotte en temps normal) étaient de rigueur.

Le soir, nous reprenions le bus pour Bagan. 

Cette fois, c’est à bord d’un van que nous avons fait le trajet. Je ne connais pas le nombre d’arrêts que nous avons fait mais ils étaient légions !  

Moins confortable et plus roots que le bus couchette à l’aller, le van a pourtant été le transport dans lequel j’ai le plus dormi… Va comprendre… Va savoir..

Vers les 6h du matin, rebelotte (on commence à être habituée), nous prenons un taxi qui nous emmène à notre hôtel : l’Aureum Palace Hotel & Resort Bagan 5-star hotel, un palace que nous avons réservé dans le seul but de glander.

Cette fois-ci, pas de early check-in… mais une belle vue sur les montgolfières de Bagan…

 

À SAVOIR

1. Le tour organisé, ça plaît comme ça déplaît. J’ai la chance d’aimer me laisser porter au fil de l’eau (je ne sais pas s’il est possible de se rendre dans tous les endroits que nous avons vu sans guide)

2. Deux jours sont suffisants pour avoir un bon aperçu d’Inle

3. Déplacez-vous en vélo et partez à la rencontre des locaux

4. Le poisson du lac qui nage entre les excréments humains et les gaz de bateaux ? Merci non, pas dans mon assiette…

RESSENTI

🔘🔘🔘🔘⚪️

À part avoir de la thune à claquer, il n’est pas possible de séjourner sur le lac à proprement parler. C’est donc dans le petit village à côté que vous séjournerez. Pour ma part, j’ai adoré être dépaysée avec ce lac, ses pêcheurs et la beauté du paysage.

Rando dans la montagne Qing Liang – Chine

Articles, Chine, Qing Liang, Shanghai, Zhejiang

Juin 2018, je pars avec des amis pour un week-end de randonnées à Qing Liang.

Voici le texte de Marie-Astrid, une amie de Shanghai qui tient également un blog de voyages, sur ce superbe séjour !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 1.

image

Nous sommes en Juin, il fait beau, il fait chaud.

Déjà presque une année d’écoulée en Chine avec plein d’expériences top, des gens formidables, des voyages extra, une année scolaire à l’université de Shanghai qui touche à sa fin.

Pour clôturer cette année scolaire chinoise, j’ai fait une dernière escapade avec mes amis de la troupe d’improvisation au moment du Dragon Boat festival.

Le Dragon Boat festival est la fête des bateaux dragons, qui rend hommage à un poète chinois qui s’est suicidé car le roi de son royaume n’a pas écouté ses conseils pour sauver le pays d’une guerre fatale. Depuis, en son nom, une fête est organisé où les gens font des courses de bateaux dragons et mangent des Zongzi (riz gluant avec des légumes ou de la viande enveloppé dans une feuille de bambou).

Fête dit weekend prolongé ! C’est ainsi qu’avec les coupains, on part en weekend organisé faire une randonnée dans le Zhejiang avec M2 Adventure. Ambiance colo garantie !

3 jours de randonnée. Jour 1 = 18Km. Jour 2 = 25Km. Jour 3 = 5Km.

image

JOUR 1:

Avec tout ce beau monde, nous sommes partis tôt afin de faire les 18Km de randonnée sauvage.

Nous sommes arrivés la veille de Shanghai vers 1h du matin dans la province d’Anhui.

Le but de la randonnée est d’emprunter une vieille route – Huihang Ancient Path – qu’utilisaient les marchands pour accéder au à la province du Zhejiang. Elle avait un rôle important dans la route de la soie et du thé.

image
image
image
image

Arrêt rafraichissement. C’est vrai que ça ne paie pas de mine mais c’est ça qui est super ! Ce n’est pas l’une de ces nombreuses échoppes pour touristes que l’on trouve partout lorsque l’on se balade dans une réserve naturelle. Cette randonnée est l’une des rares à n’avoir pas été reconvertie en parc à touristes comme HuangShan (les montagnes jaunes) qui se trouvent aussi dans la province du Zhejiang.

image
image
image

Nous sommes entre le province de l’Anhui et la province du Zhejiang. La fin du parcours nous fait arriver au village de Yonglai, là où un mini van nous attend pour nous emmener à l’auberge pour les 2 prochaines nuits.

image
image

Régime d’eau fraîche et d’air pur… Mmmm… Nettoyage et décrassage intensif des poumons.

image
image
image
image

Après une bonne journée de marche on arrive tous en un seul morceau à Yonglai village. Je dis ça car le 2e jour nous ramènera pas tout le monde en un seul morceau ahah !

Direction l’auberge à quelques Km d’ici.

image

Notre hébergement est perdue dans cette verdure escarpée. Ce qui est un mal pour un bien puisque qu’il n’y a pas une horde de touristes chinois, on peut donc être réveillé par le chant du coq.

image
image

Avec les coupains et les autres membres du groupe, on a passé la soirée autour d’un feu de camp à griller des chamallows (comme dans les films américains) et à jouer aux loups garous.

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 2.

JOUR 2:

Ascension de la montagne QingLiang, 2e plus haute montagne (1787m) de la Chine de l’Est après les montages jaune (même province).

Réveil à 6h30 avec baozis nature à foison et l’énorme pot de Nutella de 1kg qui fait plaisir aux grands enfants que nous sommes !

image

Petit déjeuner: Ok   –  Séance de stretch matinal: Ok

image

Maintenant il est temps de partir sur des chemins sauvages à la conquête du mont où les limites physiques seront poussés au maximum pendant 24Km (ahah ça sent le vécu ! Eh oui je n’en suis pas sortie indemne de cette ascension…)

image

Petit à petit à travers les arbres, la lumière monte, et il n’est que 9h du matin. J’ai l’impression d’être debout depuis des heures et de grimper depuis un certain temps sans vraiment avancer. Comme ce sont des sentiers sauvages, il faut plus ou moins faire sa route, trouver son rythme et ne pas lâcher. Mes genoux en ont très vite décidé autrement à cause des marches en pierres complètement irrégulière, à moitié fendues etc…

C’est ainsi qu’avec Gaëlle, une copine et le guide qui ferme la marche, nous étions les trois bons derniers du groupe.

image

C’est-il pas beau ? Une mer de nuage se noyant dans diverses nuances de bleu. On est presque arrivé au pic le plus élevé, restant toujours bonne dernière.

Entre temps ça ne m’a pas empêché de me casser la figure, de tomber, d’avoir le genou sanguinolent, et par la même occasion un bon bain de boue intégral. Ah c’est certain qu’il ne faut pas avoir peur de se salir les mains lorsque l’on part à l’aventure.

image
image
image

image

Marie-Astrid et son beau sourire

image

Enfin la récompense de l’effort après 4h-4h30 de montée ! Cette vue sans téléphériques et ses câbles, sans un parcours bétonné pour touristes, sans personnes à part de vrais randonneurs, un ciel non pollué, un silence accompagné du sifflement du vent.

Pour le déjeuner on s’installe au niveau du pic avant d’entamer la descente et… C’est là ! Que les choses deviennent intéressantes.

Notre animatrice nous propose 2 options pour redescendre: 

1- on reprend le même chemin qu’à l’allée

2- on descend par un autre chemin qui nous fait faire une boucle et met “1h” de plus.

Avec Gaëlle, on avait déjà bien galéré à l’aller, dans mon esprit faire une boucle correspondait à un chemin plus facile avec juste une heure de plus (que nenni !). C’est donc avec une grande joie qu’on a pris la 2e option. Ce fut un très mauvais choix.

image

Cette photo n’est qu’un vague aperçu du parcours retour. Juste après cette photo, ça a été la plus longue descente de ma vie haha ! Une pente non loin de 90° d’inclinaison faite de pierres blanches, pas vraiment de prises, et oh glissante. C’est ainsi que je commença ma longue descente avec un papi guide à l’agilité d’un bouquetin chaussé seulement d’une paire de converse.

Faisant très attention, je n’ai pas eu trop le temps d’apprécier le paysage, le peu de ce que j’ai pu voir était très beau et dépaysant. Au cours de la descente, la nature est changeante, tantôt boisée, tantôt rocailleuse, tantôt découverte, tantôt submergée par les herbes montantes à la Rambo ou Indiana Jones.

image

Je resta bonne dernière du groupe avec papi bouquetin. Les genoux ont commencé à faire la grève, je m’arrêtais de plus en plus, papi bouquetin aussi vu qu’il se calait sur mon rythme.

C’était un prétexte pour lui de fumer sa cigarette.

Comment un papi vieux de 70 ans au moins, avec des converses et fumant comme un pompier peut emprunter ces chemins normalement comme si il marchait sur une route parfaitement normale …

Petit à petit je voyais la lumière descendre, les copains étaient déjà tous en bas et moi encore en haut. Les genoux ne voulaient plus avancés (ça c’est très embêtant), pas possible d’appeler un hélico de secours, il me restait plus qu’à descendre sur les fesses. Je dis ça car je tombais assez souvent et la plupart du temps j’entrainais pauvre papi bouquetin avec moi.

C’est ainsi qu’après moult péripéties, avec plus de 5h de descente, j’arrivais en bas en un presque seul morceau exténuée.

image

Après l’effort, une bonne bière pour soulager les courbatures à venir et un bon repas avec les copains pour finir cette journée riche en émotions.

Qui ce soir au coin du feu avec les chamallows va survivre aux loups garous ? Qui sera le loup garou qui va tuer la voyante que je suis ? Qui va gagner ? Les loups garous ou les villageois ?

Observation du ciel étoilée près du feu de camp, réflection, philosophie sur la vie, des blagues, des délires qui nous ont bien faire rire.

Une vraie colo avec de grands enfants !

La montagne QingLiang – Up & Down. Part 3.

JOUR 3:

Repos dans les cascades. Ce sera juste 5 petits Kms à parcourir dans le parc des 18 cascades du dragon.

image

Avec deux genoux bien gonflés après l’étape d’hier, un bain bien froid dans une cascade me fera le plus grand bien !

image
image
image
image
image
image

Après avoir passé la matinée au frais dans les cascades, à plonger tête la première dans l’eau fraîche, retour à l’auberge pour un dernier repas, boucler le sac et prendre la route pour Shanghai.

image

En résumé, au cours de ce weekend, les chamallows, le pot de Nutella et les genoux ne sont plus. J’avoue que c’est la première fois que je faisais une vraie randonnée de ce type.

Depuis si vous cherchez sur M2 adventure le compte officiel, il y a un message écrit en gras et rouge au sujet des genoux haha dans le post dédié au weekend à QingLiang Peak qui est régulièrement proposé.

Spéciale dédicace à papi bouquetin, spéciale dédicace aux copains à qui j’en ai fait voir de toutes les couleurs, parce que oui, j’ai un côté casse-cou hihi.

Texte : Marie-Astrid Fieux – http://la-petite-baroudeuse.tumblr.com/ 

Séjour à Agra

Agra - Taj Mahal, Articles, Inde

La visite d’Agra m’a enchantée à plusieurs niveaux : quitter le tourbillon de Delhi, se retrouver dans un hôtel de luxe simple et chaleureux mais surtout admirer le Taj Mahal !

AVENTURE DANS LE TRAIN

Nous sommes donc parties avec le train de 11h25 (« le seul train à être à l’heure car il part de Delhi ») pour Agra.

Nous avions plusieurs options pour le train:

– le train à 2000 roupies aller retour, avec la clim, avec un voyage tranquille et safe, destiné aux touristes et à la classe aisée

– le train à 230 roupies, sans clim, avec les locaux

– l’aller avec les locaux, le retour avec les « riches »

Nous avons pris la troisième solution. À 11h00, notre train nous attendait déjà sur le quai 3 et notre wagon était juste en face des marches que nous venions de prendre: parfait!

Deux hommes nous disent que le train ne va pas à Agra. Bon… Petite vérification et confirmation que nous sommes dans le bon train. Nous remontons donc et nous installons. Les regards sont assez nombreux, pas très agréables mais Audrey ne semble pas stressée et je suis donc naturellement rassurée.

À 11h25 pile, le train démarre et c’est parti pour 3h à 4h de route pour Agra:

Dans le train, des vendeurs de thé et de gâteaux, ainsi que des enfants réalisant de petites performances (chansons ou danses) passent de temps en temps quémander quelques pièces ou billets s’ils sont chanceux.

Très vite, nos voisins s’installent confortablement. Certains s’installent dans les couchettes au-dessus de nous.

Audrey arrive à faire une micro sieste et je me dis que tout est sous-contrôle même si la vigilance ne tombe pas. Nous sommes malgré tout en Inde, pays qui connaît des exactions importantes et qui ne s’est apparemment pas calmé depuis le viol collectif qui a marqué les esprits en 2012.

Le trajet continue cependant sans encombres. À notre premier stop, de nouveaux passagers viennent rejoindre notre wagon et un de nos nouveaux voisins essaie de rentrer en communication avec nous mais il se trouve face à un mur. Alors qu’il insiste (il veut que nous balancions nos detritus par terre), notre voisin présent depuis le début du séjour lui sort quelques mots d’hindi qui le font se calmer immédiatement.

Arrivées à Agra, nous trouvons un rickshaw qui nous amène à notre hôtel pour 100 roupies. Il nous propose d’être notre chauffeur pour les deux jours qui vont suivre pour 900 roupies. Je refuse et nous tentons de négocier mais il ne veut rien savoir… Et nous non plus.

GATEWAY HOTEL

Notre arrivée à « l’hôtel de luxe de notre séjour » est quelque peu chaotique puisque le bâtiment est en pleine rénovation.

Mais l’accueil est absolument charmant et tout le personnel est au petit soin avec nous. Nous oublions donc l’aspect de la façade extérieure.

Le rooftop de l’hôtel nous permet de voir le Taj Mahal pour la première fois. Il est loin mais déjà je me sens incroyablement chanceuse de n’être qu’à quelques kilomètres de cette merveille architecturale.

Baby Taj

Quelques minutes plus tard, nous sommes déjà en route pour ne pas perdre trop de temps (nous n’avons que deux jours – une nuit pour profiter d’Agra) et nous retrouvons un nouveau rickshaw d’accord pour nous faire 600 roupies les deux jours. Nous acceptons car nous avons déjà négocié et aucune de nous deux n’aime marchander.

Le chauffeur nous amène donc à Itimad-ud-Daulah ou Baby Taj.

Premier bâtiment moghol construit entièrement en marbre, l’endroit est absolument charmant.

Il fut commandé en 1622 par Nur Jahan, l’épouse persane de l’empereur Jahangir, pour son père.

Mehtab Bagh

Notre chauffeur nous conduit ensuite sur la rive opposée de la Yamuna River, dans le paisible jardin où Shah Jahan voulait se faire construire un mausolée afin d’être en face de son épouse. Il n’arriva pas à ses fins car il se fit emprisonner par son fils… dans le Fort Rouge où il pouvait voir le tombeau de sa bien aimée… de sa cellule… Merci fiston!

e

Lors de notre promenade, nous acceptons de nous faire prendre en photo avec une famille indienne:

Chouette résultat et moment plutôt sympa entre nos deux cultures.

Le rickshaw nous a ensuite conduit chez des amis à lui pour notre dîner. Encore une fois: super bon repas indien!!!

Notre deuxième jour en Inde en vidéo ici ou sur la page Facebook du blog que je vous invite à suivre 😉

Taj Mahal

Réveillée à 4h45 pour être au Taj Mahal dès son ouverture, j’ai été très vite calmée par l’orage…

Je me suis même dit qu’il fallait peut-être remettre le mausolée à un autre jour et j’aurais eu tort.

Nous avons retrouvé notre chauffeur à 5h30, pris nos billets à 5h50 et sommes rentrées dans l’enceinte du Taj Mahal à 6h00.

Cette expérience était incroyable !

Même ressenti qu’aux chutes du Niagara, ou qu’aux temples d’Angkor!

J’ai mitraillé l’endroit et les images resteront gravées dans ma petite tête.

Red fort

Après un petit retour à l’hôtel pour prendre un petit-déjeuner copieux, nous sommes reparties avec notre chauffeur pour le Fort rouge d’Agra, beaucoup plus impressionnant que son cousin de Delhi.

Édifié au milieu du XVIe siècle, le Fort Rouge d’Agra est le palais des empereurs moghols. Ses puissants remparts de grès rouge défendaient la cité impériale. Le Fort Rouge connut son heure de gloire lors de la révolte des Cipayes en 1857. Cette énorme forteresse abrite une enfilade de palais de marbre, de mosquées et de jardins. Le Fort Rouge offre une superbe vue sur le Taj Mahal, sur l’autre rive de la Yamuna. (source : Routard)

Le Fort Rouge est également chargé d’histoire : quatre générations d’empereurs y ont régné et ont, dès 1565, apporté leur touche personnelle.

Le fort d’Agra recouvre une surface de 38 hectares, c’est le plus grand fort de l’Inde. Il a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. Les murs d’enceinte, en grès rouge, sont hauts de 21 mètres et longs de 2,5 km.

Cette fois, je me suis laissée prendre en photo (sauf par les hommes qui voulaient me forcer à poser avec eux) et j’ai pu jouer un peu les stars.

Après ces deux dernières visites sur Agra, il nous fallait déjà repartir pour Delhi.

De Delhi, nous prenons l’avion pour Leh, dans la région du Ladakh, pour l’Inde himalayenne.