Tam Cốc ou l’Halong Bay terrestre

Commentaires 2 Par défaut

Il y a déjà quelques week-ends, j’ai eu la chance de partir avec des amies pour une excursion sur Tam Coc, à quelques kilomètres de Ninh Binh, elle-même située à deux heures de Hanoï.

Arrivées le vendredi soir dans un petit hôtel charmant, nous n’avons pas perdu de temps et sommes partis pour Bai Dinh Pagoda dès le lendemain matin en moto.

Rouler en dehors de la folie de Hanoï était une vraie joie de petite bikeuse.

Bai Dinh Pagoda

Arrivées au temple, nous avons pu découvrir une vue splendide sur les pains de sucre, ces montagnes qui sortent de la terre ou de la mer et qui ont toutes des formes différentes les unes des autres.

20151128_112055

Ce complexe de temples bouddhistes est considéré comme le plus grand au Vietnam et est composé de l’ancien temple situé dans les montagnes et du nouveau temple.

Dans ce complexe où nous sommes restées quelques heures, il y avait de quoi voir et de quoi se muscler : nous avons monté et descendu plusieurs marches et nous avons grimpé dans des grottes construites dans des montagnes.

Puis nous avons repris nos bolides et nous sommes partis visiter une autre pagoda.

Bich Dong

Après avoir garé nos motos et avoir fait face à une horde de vietnamiennes qui voulaient nous servir de guide, nous sommes parties toutes les quatre pour le sommet du temple de Bich Dong.

Nous avons grimpé dans les montagnes pour arriver à une vue extraordinaire.

Le fait d’arriver en moto, puis de marcher toujours plus haut dans la montagne, puis de passer à une partie escalade était une combination d’activités plus ou moins intenses qui m’ont procuré une sensation de joie, de fierté et d’accomplissement.

Il a quand même fallu quitter ce bout de montagne pour retrouver Tam Coc.

Le lendemain, une autre journée chargée nous attendait avant de rentrer sur Hanoï!

Hang Mua

Hang Mua est une montagne sur laquelle un temple a été construit. À voir les escaliers qui s’enfoncent dans la montagne, on se doutait déjà que la randonnée n’allait pas être qu’une partie de plaisirs.

En arrivant au sommet, je me suis sentie super heureuse d’avoir été au bout de cette grimpette assez intense.

Et quelle vue!

Encore une fois, la magie des lieux a perdu son combat contre le temps qui passe et nous avons dû retrouver nos motos pour la dernière pagoda de ce court séjour.

Thai Vi

Nous avons fini ce week-end par le temple de Thai Vi.

Un joli petit temple qui vaut le coup d’oeil.

Pour conclure, ce week-end a été un véritable bol d’air frais qui m’a permis de retrouver mes esprits face à des tragédies arrivées il y a déjà plus d’un mois.

La magie du Vietnam se retrouve vraiment dès qu’on quitte la ville et j’ai hâte de pouvoir repartir le temps d’un week-end ou de plusieurs jours explorer la nature et ressentir ses bienfaits.

Et vous, c’est pour quand le voyage?

Publicités

Damned! Je me remets à écrire

Commentaires 10 Par défaut

Expérience 1 : les rencontres fortuites

C’est bon, j’ai retrouvé la motivation d’écrire. C’est assez dur de rester constant dans un planning de rédaction et de trouver la volonté…
Lire la suite

Ha Noi : visites culturelles de la ville

Commentaires 2 Par défaut

J’ai eu la chance lors de mon séjour au Vietnam de partager mon temps entre détente et culture. À Ha Noi, j’ai notamment pu visiter une ancienne maison traditionnelle, la prison Hỏa Lò et d’aller visiter de magnifiques temples.

Maison traditionnelle d’Ha Noi

La vie est faite de rencontres et c’est encore plus vrai en voyage. Pour mon première après-midi à Ha Noi, j’avais suivi les conseils du réceptionniste de mon auberge de jeunesse et j’étais donc partie dans le restaurant qu’il m’avait conseillé. Lire la suite

Ha Noi : visite de Perfume Pagoda

Commentaires 3 Par défaut

Lorsque j’étais sur Hanoi, j’ai demandé au réceptionniste de l’hostel où je me trouvais de m’indiquer un endroit sympa où je pourrais aller avant que ma meilleure amie me rejoigne au Vietnam.

Il m’a proposé Sapa et ses merveilleuses rizières ou Perfume Pagoda, respectivement 15h de bus ou 2h de bus.

Voilà, nous y sommes, j’ai pris la décision d’aller à Perfume Pagoda.

Me voilà donc partie le lendemain dans une navette où j’étais, avec un Chinois, la seule étrangère (à comprendre : la seule blanche et la seule blonde).

Sur la route, le guide faisait pas mal de blagues. Enfin… surement vu que tout le monde autour de moi rigolait.

Deux heures de minibus plus tard, le guide m’explique en anglais que nous allons prendre un bateau pour la Pagoda (=pagode =temple) et que si j’ai besoin, il vaut mieux que j’aille aux toilettes maintenant parce que le trajet va durer une heure.

Trajet en bateauBateau pour Perfume Pagoda

Assise dans le rafiot, je me suis sentie super rassurée dans mon petit poncho en plastique violet. Quand je mets rassurée, c’est pas vraiment le mot. Juste plutôt soulagée de ne pas être tombée dans l’eau en grimpant dans l’embarcation.

Imaginez le fou rire général si la blanche s’était retrouvée à l’eau dans un costume ressemblant bien à une capote géante…

Bateau Perfume PagodaOn ressemblait en fait tous à des capotes géantes… Second soulagement…

Perfume Pagoda boat HanoiLe trajet d’une heure était magique, un peu un avant goût de la baie d’Halong.

Des rameurs, plus ou moins âgés, conduisaient les petits groupes vers une sorte de pélerinage. Voilà pourquoi l’endroit était si peuplé. Nous étions un jour spécial du calendrier et les Vietnamiens avaient décidé d’en profiter pour aller rendre un hommage à Boudha.
Perfume Pagoda Vietnam

Arrivés à l’embarcadère, le guide est parti nous acheter des tickets pour les télécabines pendant que nous profitions d’une pause déjeuner. Encore une fois, je ne sais pas ce que nous avons mangé, mais c’était très bon, alors j’étais contente.

Perfume Pagoda Vietnam

Un pélerinage « busy »

Après le repas, la montée vers les télécabines a commencé.

J’ai vraiment apprécié me retrouver entourée de Vietnamiens et me suis sentie plutôt spéciale d’être la seule blanche. Ca faisait un peu « Lost in Translation » en pélerinage à Lourdes. Oui, vous avez bien lu…

Mais pour une fois, soyez surs que je n’exagère pas : l’endroit était bondé! Vraiment noir de monde!
Perfume Pagoda Vietnam crowded Perfume Pagoda VietnamParquée pire que du bétail, je me suis sentie observée/dévisagée/déshabillée du regard plusieurs fois mais comme j’étais avec une Vietnamienne de mon groupe, je ne me sentais pas génée (j’avoue que je m’imaginais être une star mondialement admirée) et faire la causette avec ma nouvelle copine a aidé à faire passer le temps.

Pendant l’attente, les gens nous poussaient. Cela doit être culturel. Personne ne s’en étonne, ni ne s’en offusque. Tout le monde te pousse dans tous les sens, on se colle les uns aux autres, mais aucun regard noir, pas de geste abusif, ni de pression. C’est tout à fait normal.

J’avais du mal à ne pas penser à la même scène si elle s’était passée sur Paris en heure de pointe…

Après 10 minutes dans l’oeuf mécanique, le piétinade a repris pendant à peu près une heure. Ca n’avançait pas, ça se bousculait et tout le monde était pressé d’arriver au temple pour rendre hommage à Boudha.

J’avoue que pour ma part, j’avais juste envie de faire demi-tour et de retrouver mon espace et mon confort.

Le pire est que sur le chemin se trouvaient des stands dans lesquels les pélerins pouvaient acheter pas mal de niaiseries (sans déconner!) pour Boudha : huiles essentielles, couverts à l’effigie de Mao, parapluie, décoration, …

J’ai au début cru que les stands étaient pour attirer les touristes mais que nenni! c’était tout pour Boudha!
Perfume Pagoda VietnamMais au final, j’ai soupiré, inspiré, expiré, et j’ai réussi à parvenir jusqu’à la grotte dans laquelle se trouve le temple.Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda Vietnam

C’était assez incroyable de se retrouver sur ce lieu de cultes où tous les Vietnamiens étaient en train de se recueillir et d’assister à un événement auquel je ne comprenais pas grand chose mais qui représentait énormément aux yeux des personnes avec qui j’étais.

Retour express à pied

Après être restée dans la grotte une quinzaine de minutes (nous étions déjà en retard par rapport à l’emploi du temps du guide et trop de bousculade tue la bousculade), j’ai préféré rentrer à pied et descendre la montagne pour retourner en bas.
Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamJ’ai retrouvé plus ou moins les mêmes stands qu’à l’aller (des gadgets un peu stupides) mais cette fois, j’ai décidé de m’y arrêter pour les prendre en photo.

De toute manière, je n’étais pas si pressée que ça puisque les autres de mon groupe étaient toujours au sommet.

Il m’a quand même bien fallu 30 minutes pour tout redescendre, sous la pluie, toujours couverte de mon super Kway capote.Perfume Pagoda Vietnam Pauline

Arrivée en bas

Quand j’ai enfin retrouvé le guide, ce dernier m’a annoncé que j’étais loin d’être la dernière arrivée (ah bah merci! je me suis pressée pour rien!) et que si je voulais, je pouvais aller voir les autres temples à côté (ah bah merci! ça a l’air bien cool ça!)!Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamC’était tellement spirituel de se retrouver à ces temples, vidés de monde, au calme, à observer l’architecture et à savourer le sentiment de plénitude qu’ils me procuraient.Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamEntourée de tous ces symboles boudhistes, j’ai vraiment pu apprécier et prendre le temps de contempler et de réaliser où j’étais et ce que je venais juste de voir.

J’avais eu la chance de rentrer au coeur de la culture vietnamienne, lors d’un pélerinage que les Vietnamiens eux-mêmes faisaient.

Du bonheur, c’est ça. C’est ce sentiment de bonheur et de liberté que je retrouvais. Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamHanoi Bridge VietnamEt j’étais presque seule, à me retrouver à sillonner ces temples, à prendre des photos sans me faire dévisager, sans me faire pousser, moi et ma culture d’occidentale.

Sans être religieuse, ni croyante pour deux sous, c’était mon propre moment de reccueillement.Hanoi Bridge Vietnam

Des amies vietnamiennes

Après avoir pris plein de longues bouffées d’oxygène, je me suis décidée à retrouver mon guide et à attendre le reste du groupe qui n’étaient (toujours!!) pas là.

C’est aussi ça la culture vietnamienne : on prend le temps de prendre son temps.

Ce n’est pas forcément un mal, mais quand tu es habituée aux horaires, c’est dur de s’en défaire.

Les autres revenus, nous sommes retournés à notre bateau. Les Vietnamiennes avec qui je m’étais retrouvée avaient les bras chargés de gateaux et de gadgets.

Lorsque l’une d’entre elles m’a offert une bière, je lui ai d’abord dit de la garder pour elle. Elle m’a répondu qu’elle n’aimait pas ça (WHAT! Comment quelqu’un peut ne pas aimer la bière?!). Je lui ai donc demandé pourquoi elle l’avait achetée (Bah oui… Pourquoi acheter un truc que tu n’aimes pas?). C’était en fait une offrande pour Boudha. Maintenant qu’elle l’avait offerte à Boudha, et qu’il l’avait du coup bénie, elle pouvait la reprendre (et du coup me l’offrir).

J’ai forcément pas craché sur une bière bénite (trop cool cette religion au passage) et j’ai continué à discuter avec les filles.

Elles m’ont appris, avec le guide, qu’au Vietnam, il y a deux groupes de personnes : ceux qui boivent trop et ceux qui ne boivent pas du tout. Pas de demi-mesure.

Nous avons aussi pu parler de leurs études et de la chance que les Européens avaient d’accéder à l’éducation car elle n’était pas très bonne dans leur pays et que c’était dur d’étudier, et dur de trouver un travail en rapport avec ces études.

C’était vraiment intéressant d’avoir un échange sur la culture vietnamienne, les différents modes de vie et la vision de l’Occident qu’ils avaient. Mais comme dans chaque bonne chose, le périple touchait à sa fin et nous devions rentrer sur Hanoi.

Jamais je n’oublierai cette journée à Perfume Pagoda et les chouettes rencontres que j’ai pu y faire.

En espérant que je reverrai les filles! Mais bon… Qui sait? Le monde est plutôt petit en fin de compte.

Vietnamiennes With Minhh

Ha Noi : un bordel charmant

Commentaires 2 Par défaut

La capitale du Vietnam, Ha Noi, – et non pas Ho Chi Minh comme il me semblait! – offrent à tous les sens un plaisir exquis.

Plaisir des yeux

La vue est bien sur sans cesse solicitée. Il n’y a pas cinq secondes où je n’ai pas été fascinée, intéressée, surprise, intriguée, amusée, interloquée par ce que j’y ai vu.

En me promenant à Ha Noi, j’ai pu tomber sur (attention liste non-exhaustive) une jambe de cochon en train de se faire découper, des crapauds enfermés dans un sac, des enfants jouant dans la rue, des batiments présentant une architecture impressionnante, des vendeurs de fruits, des vendeurs de fleurs, des restaurants, des bars à touristes, des bars à Vietnamiens, etc. Lire la suite