2012 au cinéma

Savages

Commençons par les bons côtés du film, ça ira plus vite… Les acteurs sont beaux. Les jeunes acteurs sont beaux. Voilà, c’est fait pour les bons côtés.

Passons au scénario… Sans intérêt…

C’est l’histoire d’un trio (deux mecs, une fille) : un super intelligent, un super violent et une super pauvre petite fille riche. Oui, les clichés y sont, mal exploités et totalement stéréotypés. Ils sont beaux, ils sont jeunes et ils s’aiment. Pour vivre, on laisse les garçons faire : ils cultivent la meilleure herbe de la région, la vendent aux riches et aux malades, et se servent des bénéfices pour construire des villages, des puits, des écoles dans des pays défavorisés. Mais un jour, des vilains mexicains, qui sont bien implantés sur le marché de la fumette, décident de lancer une OPA sur le marché du trio… Les deux mecs sont pas pour, alors la fille se fait kidnapper. Après, c’est juste des explosions pour récupérer la fille prisonnière des mains des Mexicains. Américains : +1, Mexicains : -1. Ah non, je généralise, il y a un Américain mauvais : le gros Travolta. Donc, je rectifie : Jeunes : +1, vieux : -1. Parce que ça se résume un peu à ça l’histoire : les jeunes se battent pour l’entraide, l’amour, l’espoir d’un monde meilleur; tandis que les vieux sont gangrenés, corrompus et sans morale. Par ailleurs : les vieux sont moches de l’intérieur et ça se voit à l’extérieur (paraphrase d’une pub bien connue), jusqu’à aller porter une perruque et avoir des coupes mulets…

On repassera donc pour la crédibilité.

Dois-je préciser que j’ai vu ce film en français et que Benicio del Toro avait la voix du chat potté? Avoir l’image du chat potté pour un gros trafiquant de drogues sans scrupules, ça fait mal :

Surtout qu’en principe, c’est la voix d’Antonio Banderas pour le chat potté, donc confusion dans ma tête pendant la projection.
Oui, le film était tellement intéressant que j’ai pu laissé mon imagination divaguée… Totalement divaguée. Tiens, il est confortable mon siège…

Un autre scandale sur ce film : le réalisateur. Oliver Stone, que t’est-il arrivé?? C’est quand même le mec qui s’est porté volontaire pour la guerre au Vietnam et qui en a tiré quelques films : Né un 4 juillet, Platoon, etc. ; et qui a pondu le merveilleux Tueurs nés. Donc le gars, en matière de films d’action et d’amour, il s’y connait. Et pourtant, là, non. Juste une succession de scène sans surprises. C’est malheureux de vieillir… Encore une fois, le réalisateur fait un film sur le principe du « voilà comment je me vois » : il regrette sa jeunesse et se dégoûte dans son âge mur. (Oui, c’est un peu raccourcie comme analyse, mais je m’en fous, j’assume.) Pathétique. Le talent est à tout âge, surtout quand on a la chance d’avoir de l’expérience.

A quoi ça fait penser ?

– Le convoyeur : jamais vu le film, mais c’est bien comme ça que je le vois

Un film à pas voir! Même si on a gagné des places pour aller le voir comme le fut mon cas…

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Camille redouble

C’est la bonne surprise que j’ai vue hier.

Un petit résumé : une femme d’une quarantaine d’années qui mène une vie un peu pourrie entre un boulot dans lequel elle ne s’épanouit pas, son ex-mari (son premier et unique amour rencontré au lycée) qui l’a quittée parce qu’elle est chiante et alcoolique et un passé auquel elle reste accroché. Mais un soir du réveillon du nouvel an : BADABOUM! elle tombe dans les pommes (surement à cause d’une trop grosse quantité d’alcool ingéré). A son réveil, elle se retrouve dans son corps quand elle avait 15 ans.

Elle retrouve ses parents, qui, dans son présent, sont morts; revit les débuts de son histoire d’amour, qui, dans son présent, la fait souffrir; retrouve ses amies qui n’agissent qu’en profitant de la vie au jour le jour; et surtout, sait tout ce qui va arriver car elle l’a déjà vécu…

Beaucoup d’émotions dans ce film et surtout, beaucoup de remises en questions. Que feriez-vous si cela vous arrivait? Comment agiriez-vous si vous connaissiez votre histoire à l’avance? Est-ce que vous fuiriez votre futur mari pour vous empêcher de souffrir? Est-ce que vous enregistreriez la voix de vos parents pour en garder un souvenir? Voilà ce que fait Camille. Puis, à un moment donné, elle réalise, elle se remet en questions et c’est à ce moment qu’elle parvient à retourner dans son corps de 40 ans.

Autres remarques sur ce film : un grand bravo aux acteurs et actrices qui accompagnent Noémie Lvovsky, notamment ceux qui jouaient avec elle dans « Les beaux gosses »!

A quoi ça fait penser ?

– Freaky Friday : parce que c’est un échange de corps

– Un jour sans fin : parce qu’elle revit la vie qu’elle a déjà vécue

Un film à voir!

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

The Dark Knight Rises

La bande-annonce envoyait du lourd, du très très lourd même.

Fan complète du précédent Batman, j’attendais celui-ci avec impatience.
J’avais eu des échos par des amis. Une moitié qui aimait, l’autre non. Je pensais faire partie du premier groupe. Eh bien non…
Je savais qu’il ne pouvait être meilleur que “The Dark Knight”. C’était impossible tant le jeu d’Heath Ledger était remarquable, l’intrigue passionnante et la folie du joker enivrante. Vous voyez le “Luke, je suis ton père”? Ici, c’était “Bat’, je suis la fille de ton ennemi que tu as cru que c’était son fils le méchant. Eh bien non, c’est moi. Et tu as couché avec moi. Tralalala!” Mouais, …

Ok, c’est peut-être une adaptation fidèle du Comics donc, ok, j’arrête d’accuser le scénario. Passons à la mise en scène.

Gotham City n’est plus Gotham mais est devenu le reflet de New-York. Les drapeaux américains trônent de ci, de là, on retrouve les taxis jaunes, les flics de la NYPD, etc. On se demande presque où est Ronald (MacDonald). Passons…
Les dialogues : lourds.

Batman : presque chiant.

Marion Cotillard : Pourquoi??

Sa mort fait déjà partie des morts les plus nulles au cinéma. C’est lourd, c’est digne d’un comédien de 8 ans qui débute et ça en devient drôle à un moment qui se veut tragique.
Par contre, les autres acteurs sont justes. Très justes. En même temps, quand on a Gary Oldman, Christian Bale, Tom Hardy et Joseph Gordon-Levitt, on se doute que le jeu sera bon. Alors je me demande :

Et si Christopher Nolan avait voulu faire un pied de nez au cinéma français en montrant que les Américains savent jouer la comédie contrairement aux Français? Ok, surement un peu trop capilotracté. Il n’empêche…

A quoi ça fait penser ?

– The Dark Knight : oui, on est bien dans la trilogie de Nolan

– Inception : 4 acteurs communs

Un film à voir pour connaître la fin de la trilogie…

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Tyrannosaur

Rien que le fait de revoir la bande-annonce me file des frissons…

L’histoire d’un homme, d’un Ecossais, alcoolique, perdu, en décalage complet avec la société. Sa femme est morte, il n’a pas d’emploi, il tue son chien dès les premières minutes du film. Autant dire que dès le début du film, je me suis demandée si c’était une bonne idée d’être seule pour voir ce film…

Le nom du film : Tyrannosaur… Avant de le voir, je me disais que c’était lui le Tyrannosaur, lui, la bête avide de violence, de sang et de mort. Non, Tyrannosaur, c’était le surnom qu’il avait donné à sa femme Pauline car elle était ronde et lorsqu’elle descendait les escaliers, ses pas résonnaient et faisaient onduler l’eau de son verre. Une référence à Jurassic Parc pour un film aussi sombre nous emmène dans le vrai, dans la vie réelle. Pas la vie que l’on aimerait, mais la vie que l’on imagine à d’autres.

On se demande ce qui est arrivé à Pauline. Est-ce qu’il la battait comme son meilleur ami battait sa femme? Ou est-ce que la violence qu’il utilisait sur elle était mentale? Cette dernière hypothèse est la plus vraisemblable. Car le personnage principal n’est pas violent physiquement envers les femmes, ni les enfants. Ce sont plutôt les étrangers, les jeunes, les chiens qui prennent…. Oui, Paul est violent. Mais aux mauvais moments. Il ne se contrôle pas lorsqu’il se sent humilié mais lorsqu’il comprend 1. que son meilleur ami bat sa femme, il ne bouge pas ou trop tard ; 2. que la femme qu’il vient de rencontrer se fait battre, il ne bouge pas ou trop tard ; 3. lorsqu’il sent que le chien des voisins va s’en prendre à l’enfant de la maison, il ne bouge pas ou trop tard, …. Pourtant, à chaque fois, on aimerait que sa violence serve à quelque chose. Surtout lorsque l’on voit les résultats de son inactivité. Son meilleur ami meurt d’un cancer en ayant des regrets sur la vie qu’il a eue ; la femme qu’il a rencontré en a eu assez de se faire violer, battre, humilier par son mari et l’a tué ; l’enfant s’est fait arracher la moitié du visage par le chien, … On se demande ce qui pourrait arriver de pire dans ce film.

Pourtant, il y a des moments gais. L’enterrement du meilleur ami en est un. On chante, on pleure, on danse, on rit sur une musique pop rock un peu décalé par rapport à cet univers de Pub irlandais qui pue la bière et les gueules saoules. Et pourtant, encore une fois, c’est ce qui arrive dans la vie. Lorsque l’on perd une personne chère, on a envie de penser aux bons moments qu’on a eus avec elle, aux fous rires et aux colères. D’autres fois encore, ce sont des rires nerveux, alors oui, on en rigole de cette mort.  On est surpris lors de ce moment du film, où tout semble bien se passer. La fille a pardonné à son père et le personnage principal se fait embrasser par la femme battue qu’il a recueilli. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Sauf lorsqu’on apprend que le mari violent ne vit pas seul dans l’espoir de pouvoir battre à nouveau sa femme, mais qu’il est mort, et que la femme est “fucked up” parce que dans la vraie vie, on va en prison lorsque l’on tue quelqu’un. Tel n’est pas forcément le cas lors de violences physiques ou psychologiques. Mais oui, lorsque l’on tue quelqu’un, il y a prison.

Mais le film se finit bien puisque les amoureux se retrouvent lors de visites pénitentiaires. Ils se retrouveront pour enfin vivre une vie belle et heureuse dans l’amour. Bel espoir….

A quoi ça fait penser ?

– Ken Loach : parce que c’est un drame social

– Mon ami Joe : parce que c’est une histoire d’amour avec l’incroyable Peter Mullan; mais une histoire d’amour complètement à côté de la plaque dès le début

– Trainspotting : parce qu’on se demande si les Ecossais sont juste des bougres violents et alcooliques

Un film à voir!

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

TWIXT 

C’est beau, c’est fantastique, c’est onirique. Twixt est un rêve de Coppola. Je le sais. Je l’ai lu sur Internet. Pour connaître quelques réalisateurs qui s’inspirent de leurs rêves pour faire des films, je dis BRAVO à Papa Coppola, bien plus doué que sa fille soit dit en passant – qui nous entraîne dans un univers de sorcellerie, d’écrivain de seconde zone, de vampires, de curé pédophile et criminel, d’Edgar Poe, pour ne citer qu’eux. C’est plein de contraires tout ça en fait : curé/vampires ; méchants / gentils ; écrivain au rabais / E.A Poe ; rêve / réalité ; …

Et contrairement à Dracula, les gentil(le)s vampires n’auront pas la tête coupée!

En plus le film, il est rouge, il est noir, il est blanc. Les couleurs principales sont la métaphore de la décoration des maisons d’aujourd’hui ou un hommage à Sin City. Ou alors, je me trompe d’interprétation et ce sont les couleurs du sang/de l’amour, de la nuit/de la mort, de la liberté/du cadavre. L’interprétation est au choix. Mais le film est beau. Les acteurs sont beaux aussi. Surtout Flamingo, figure emblématique d’une troupe d’artistes bohèmes/sorciers (on ne sait pas vraiment) qui recueille les jeunes “runaways” (terme récurrent du film) qui n’ont pas de foyer ou qui risquent de se faire égorger par un religieux aux méthodes peu orthodoxes.

Val Kilmer est drôle, plutôt déconnecté de sa vie suite à un drame familial. Car de l’humour, il y en a plein dans ce film, du début à la fin.

Surtout Valou qui se plonge dans les rêves pour trouver son inspiration. (Kilmer serait-il l’image que Coppola se fait de lui-même?) Par tous les moyens : médoc, scotch, … jusqu’à se faire assommer par le shérif du coin.

Un bravo à Tom Waits, narrateur parfait.

A quoi ça fait penser ?

– Tim Burton, Edward aux mains d’argent : pour les premiers plans du film

– Francis Ford Coppola, Dracula : parce que c’est le même réalisateur et un peu le même thème

– Robert Rodriguez, Sin City : pour l’esthétisme, la moto qui roule à tout allure, et le personnage d’Elijah Wood qui ressemble au  curé  de Twixt

Un film à voir!

Films 2014Haut de page

Publicités

Une remarque? Une question? Un encouragement? Poster un commentaire ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s