Nha Trang : un week-end sur les traces d’Alexandre Yersin

Nha Trang, Vietnam

SAMEDI 21 JANVIER – 5H30

Je me réveille sous le bruit persistant des vibrations de mon téléphone… J’émerge… Le téléphone est là, dans ma main et je vois sur l’écran le prénom « Audrey » clignoter.

Je décroche, la voix la plus claire que je puisse avoir à ce moment de la journée.

« Audrey? (à prononcer OTRÈÈ à ce moment précis)

– Ah Pauline, enfin! Je commençais à m’inquiéter!!

– Non, oui, enfin, … non, tout va bien quoi!

– Ah super! Écoute, je suis dans le taxi… Je serai à l’aéroport dans 20 minutes à peu près.

– Oui, oui, ok, moi aussi, je pars là.

– Ok, à toute!

– Oui… à toute… »

Ni une, ni deux, tout me revient… Dans 1h45, je prends l’avion pour Nha Trang avec Audrey.

Gros stress d’un coup.

Je bondis de mon lit, file à la salle de bain, remplis ma valise des derniers accessoires dont – BIEN SÛR – je n’aurais pas besoin : bottines à talons, polaire et une deuxième brosse à dent, etc., m’habille, prends mon téléphone et commande un Uber.

Ok, la voiture sera là dans 5 minutes. Parfait!

AVION DANS 1H30

Je traîne avec énervement ma valise à roulettes qui a fait le deuil d’une roue et d’une poignée cassée.

J’arrive au point de rendez-vous où je suis censée retrouver la voiture.

Personne. Il n’y a personne dans la rue…

Je reprends mon téléphone, vois sur mon appli la voiture qui avance vers une rue pas trop loin de chez moi.

Ahhh ! Soulagement 🙂

Deux secondes plus tard, la voiture s’arrête… AHHHHHHHHHHHHHHH!!!

J’appelle le chauffeur. Je lui rappelle le numéro où je me trouve. Aucun problème… selon lui. Moi, je m’imagine déjà rappeler Audrey pour lui annoncer que non, je ne pars pas avec elle en week-end…

La voiture arrive, j’essaie de retrouver mon positivisme. Je rappelle Audrey :

« C’est bon, je suis dans le taxi. J’arrive bientôt…

– Ok! J’arrive à l’aéroport dans 5 mins. On se retrouve là-bas.

– Oui… Oui oui!!! À toute!! »

AVION DANS 1h

« Bon, je commence à me dire que ça va être mort. Mais je suis là dans 5 mins.

– T’inquiète, j’ai prévenu les hôtesses d’accueil, on sait que tu arrives avec du retard!

– Ouais mais bon quand même. Oh ptaaaaain, je vais trop m’en vouloir si je suis pas dans l’avion avec toi…

– N’y pense pas. Dès que t’arrives, fonce au guichet, ne fais pas la queue et go go go go!!!

– Ok… Bises… À toute! »

Dix minutes plus tard, je sors du taxi, prends mes affaires, paie le taxi, fonce au guichet, explique mon cas, donne mon passeport, et récupère (ENFIN!!) le boarding pass.

Je cours jusqu’à l’entrée opposée de l’aéroport (ben oui… forcément…) et retrouve Audrey qui s’apprête à passer les derniers contrôles.

BOUYA, je l’ai fait!!

AVION DANS 40 MINS

Passées le dernier contrôle, on nous annonce que notre avion va avoir du retard… Ben oui, forcément…

AVION DANS 10H

Il faut dire que la nuit précédente a été un peu … festive, Têt (fête du nouvel an lunaire) avec les collègues oblige!
Nha Trang

Mais au final, tout est bien qui finit bien puisque nous nous sommes retrouvées à Nha Trang, « sur les traces » d’Alexandre Yersin pour le week-end.

Nha Trang H+1

Après avoir déposé nos affaires dans notre petite chambre d’hôtel, nous avons filé au musée d’Alexandre Yersin (je vous avais prévenus) pour apprendre plus comment le Monsieur a découvert le bacille de la peste.

EH bah, c’était super intéressant!

Ensuite, nous sommes partis pour le i-resort nous faire un soin de bain de boue. Première fois de ma vie et vraiment … drôle et intéressant!

Bon… sauf quand nous sommes passées à la deuxième partie de notre soin : on nous a sorties de notre bain de boue pour nous mettre dans un bain d’herbes chaudes. HORRIBLE! J’ai eu l’impression d’être un sachet de thé et ça ne m’a pas vraiment plu…

Nha Trang ID Bain de boue à Nha Trang Mud bath in Nha Trang

Nous sommes ensuite rentrées sur Nha Trang pour une nuit bien méritée.

NHA TRANG J+1

Le lendemain matin, nous sommes parties en moto pour aller nous recueillir sur la tombe de … Alexandre Yersin!

On a pris le temps d’y arriver parce que ça a été une grosse galère à trouver :

  1. pas d’indication claire sur notre GPS
  2. notre niveau de vietnamien n’est pas aussi bon que ça
  3. même les gens du coin ne voyaient pas trop pourquoi deux blanches traînaient dans le coin, loin de la plage de Nha Trang
    on the road in Vietnam

Mais au final, on l’a fait!
Alexandre Yersin
Alexandre Yersin grave Alexandre Yersin tombe Et sous la pluie même !!sous la pluiePuis, nous sommes ensuite rentrées « en ville » pour aller découvrir les temples « Po Nagar Cham ».
img_1930 img_1932 img_1936 img_1941 img_1944 J’ai même ramené une petit statuette trop kitschouille de cette visite! img_1946img_1948 img_1949 img_1956Nous avons ensuite repris nos motos pour aller visiter deux cascades en dehors de la ville et la route était vraiment très belle.

Le même conseil revient : si vous êtes au Vietnam, louez une moto et partez à l’aventure.

Quelle magie!!img_1960 img_1961 grave in VNEnsuite, il était déjà temps de rentrer sur Nha Trang avant d’aller prendre notre avion pour Hanoi. 

Paroles, des paroles, des paroles!

Angleterre, Articles, Vietnam

Moi qui m’étais promis d’écrire régulièrement… Eh bien, on peut dire que j’ai bien échoué.

Plus d’un an que je n’ai rien écrit…

Pas que cela ne m’ait pas traversé l’esprit, pas que cela ne m’ait pas manqué. Je n’arrivais juste pas à me remettre sur mon ordi et à me lancer dans l’écriture, à raconter ma vie et mes élucubrations.

Il y a eu, il est vrai aussi, plusieurs événements qui m’en ont empêchée.

2016 a été dans l’ensemble une année de merde

Il y a eu les attentats, il y a eu le manque de la maison familiale et du pays, le manque des amis et de la famille, la pollution, la solitude, etc.

Et puis, plus simplement, il y aussi eu le fait de travailler de 8h30 à 17h30, cinq jours sur sept, 39h/semaine, dans un bureau, toute la journée sur l’ordinateur, … On ne va pas dire que cela m’ait motivée à me poser devant un écran en rentrant à la maison…

Par contre, j’ai continué à poster des photos sur ma page Facebook et sur mon compte Instagram, un peu, par-ci par-là, sans vraiment d’idée mais pour au moins avoir un souvenir, peu importe l’endroit, des endroits traversés.

La volonté d’écrire n’était plus là mais le besoin, lui, toujours.

Et puis, voici qu’un jour de février 2017, je me suis rappelée les heures passées sur ce blog de voyages, à raconter, à décrire, à expliquer, à dire…

Je me suis rappelée les heures de travail qui n’en étaient pas.

Voici donc un petit retour sur mes expériences d’évasion au Vietnam.

PHU QUOC – Février 2016

Phu Quoc, petite île paradisiaque du Sud Vietnam, vaut le détour : ses fruits de mer vous raviront, son calme et sa beauté vous charmeront, et ses resorts vous feront un peu halluciner.

Pour ma part, j’y suis restée 3 jours – c’était suffisant – et j’ai pu découvrir une grande partie de l’île.

Avec deux amis qui faisaient une escale au Vietnam avant d’aller s’installer en Australie, nous avons visité la « Coconut Prison » (lieu de mémoire de la cruauté humaine…), vu quelques cascades de l’île et bien apprécié les plages.

Bien sûr, il vaut mieux découvrir l’île en moto. Cela permet de s’aventurer et de sortir des sentiers battus.

MAI CHAU – Mai 2016

En mars, mes parents sont venus découvrir ma vie en Asie.

Pendant leur séjour, je leur ai présenté Hanoï et nous avons aussi profité de Cat Ba, de Hoi An et de Mai Chau.

Mai Chau est magnifique. Les gens y sont charmants et la nature resplendissante.

Comme bien souvent au Vietnam, il est préférable de louer une moto pour avoir plus de liberté et pour aller explorer les alentours.

L’hôtel où nous avons séjourné, le Mai Chau Farmstay, était très agréable et vraiment en pleine nature.

Je le conseille à tous ceux qui veulent dormir dans des bungalows en bois tout confort.

DALAT – Juin 2016

J’avais un jour de congé en juin et ai décidé d’en profiter pour un long week-end sur Dalat.

Je vous laisse découvrir ou redécouvrir toutes les photos sur la page Facebook, petit échantillon ici :

dalat

Séjour à Dalat 

À Dalat, un conseil : à votre arrivée, louez une moto et quittez la ville! Allez explorer les alentours. Il y a de nombreuses cascades dans des paysages très verts et très beaux. Il y a également la maison d’un artiste un peu fou à voir : the Crazy House ! Pour les plus arty, vous pourrez même y séjourner si l’envie vous dit.

Pendant ce court week-end, j’ai pu également faire du canyoning!! Grande première pour moi et OHMYGAD, quel stress parfois!!! Je ne m’attendais pas à une activité aussi physique. Alors oui, ça m’a plu ; mais pas au point de recommencer un jour je pense 😉

Un autre conseil, allez dormir au Swiss-Belresort Tuyen Lam!! C’est un endroit magnifique avec piscines intérieure et extérieure, un petit-déjeuner buffet EXCELLENT et un luxe incroyable pour un prix plus que correct. J’ai (pour la première fois et sûrement dernière fois de ma vie!!) dormi dans une suite (junior mais suite quand même!!)

Puis, pendant les grandes vacances, j’ai eu la chance de découvrir une partie de l’Angleterre : Southampton, Bristol et Bath.

ANGLETERRE – JUILLET 2016

Cet été, j’ai en effet quitté le Vietnam pour quelques semaines en Europe : Paris, la Bretagne et l’Angleterre.

J’avais en effet profité de sortir avec un anglais pour aller visiter le pays des rosbifs.

Stonehenge était sympa, quoique pas du tout impressionnant et Bath, une petite ville tout à fait charmante!

bath-stonehenge

Le charme à l’anglaise, c’est vraiment quelque chose! On a l’impression d’être dans un livre de Jane Austeen à chaque coin de rue mais avec un côté Bridget Jones pour la bière et la modernité. Oui, c’est assez particulier. Mais cet accent, quel style!!

bath-stonehenge

Les grandes vacances, c’était donc bien chouette!

Elles ont été un grand bol d’air frais et m’ont permis de repartir avec plein de bonnes résolutions pour la nouvelle année scolaire.

Après, depuis la rentrée de septembre 2016, je n’ai pas chômé puisqu’il y a eu un voyage en Corée et un en Thailande. J’ai également eu la chance de découvrir Nha Trang pendant un court week-end.

J’ai donc encore plein de sujets pour les prochains posts 😉

Croisière sur le Mékong, Ho Chi Minh City

Articles, Ho Chi Minh, Vietnam

Tout semble possible au Vietnam. Ainsi, pas besoin de planifier votre séjour en avance, tout se fait sur place.

Une fois arrivé, il vous suffira de vous rendre dans une agence de voyage ou

Ha Noi : visite de Perfume Pagoda

Articles, Hanoi, Vietnam

Lorsque j’étais sur Hanoi, j’ai demandé au réceptionniste de l’hostel où je me trouvais de m’indiquer un endroit sympa où je pourrais aller avant que ma meilleure amie me rejoigne au Vietnam.

Il m’a proposé Sapa et ses merveilleuses rizières ou Perfume Pagoda, respectivement 15h de bus ou 2h de bus.

Voilà, nous y sommes, j’ai pris la décision d’aller à Perfume Pagoda.

Me voilà donc partie le lendemain dans une navette où j’étais, avec un Chinois, la seule étrangère (à comprendre : la seule blanche et la seule blonde).

Sur la route, le guide faisait pas mal de blagues. Enfin… surement vu que tout le monde autour de moi rigolait.

Deux heures de minibus plus tard, le guide m’explique en anglais que nous allons prendre un bateau pour la Pagoda (=pagode =temple) et que si j’ai besoin, il vaut mieux que j’aille aux toilettes maintenant parce que le trajet va durer une heure.

Trajet en bateauBateau pour Perfume Pagoda

Assise dans le rafiot, je me suis sentie super rassurée dans mon petit poncho en plastique violet. Quand je mets rassurée, c’est pas vraiment le mot. Juste plutôt soulagée de ne pas être tombée dans l’eau en grimpant dans l’embarcation.

Imaginez le fou rire général si la blanche s’était retrouvée à l’eau dans un costume ressemblant bien à une capote géante…

Bateau Perfume PagodaOn ressemblait en fait tous à des capotes géantes… Second soulagement…

Perfume Pagoda boat HanoiLe trajet d’une heure était magique, un peu un avant goût de la baie d’Halong.

Des rameurs, plus ou moins âgés, conduisaient les petits groupes vers une sorte de pélerinage. Voilà pourquoi l’endroit était si peuplé. Nous étions un jour spécial du calendrier et les Vietnamiens avaient décidé d’en profiter pour aller rendre un hommage à Boudha.
Perfume Pagoda Vietnam

Arrivés à l’embarcadère, le guide est parti nous acheter des tickets pour les télécabines pendant que nous profitions d’une pause déjeuner. Encore une fois, je ne sais pas ce que nous avons mangé, mais c’était très bon, alors j’étais contente.

Perfume Pagoda Vietnam

Un pélerinage « busy »

Après le repas, la montée vers les télécabines a commencé.

J’ai vraiment apprécié me retrouver entourée de Vietnamiens et me suis sentie plutôt spéciale d’être la seule blanche. Ca faisait un peu « Lost in Translation » en pélerinage à Lourdes. Oui, vous avez bien lu…

Mais pour une fois, soyez surs que je n’exagère pas : l’endroit était bondé! Vraiment noir de monde!
Perfume Pagoda Vietnam crowded Perfume Pagoda VietnamParquée pire que du bétail, je me suis sentie observée/dévisagée/déshabillée du regard plusieurs fois mais comme j’étais avec une Vietnamienne de mon groupe, je ne me sentais pas génée (j’avoue que je m’imaginais être une star mondialement admirée) et faire la causette avec ma nouvelle copine a aidé à faire passer le temps.

Pendant l’attente, les gens nous poussaient. Cela doit être culturel. Personne ne s’en étonne, ni ne s’en offusque. Tout le monde te pousse dans tous les sens, on se colle les uns aux autres, mais aucun regard noir, pas de geste abusif, ni de pression. C’est tout à fait normal.

J’avais du mal à ne pas penser à la même scène si elle s’était passée sur Paris en heure de pointe…

Après 10 minutes dans l’oeuf mécanique, le piétinade a repris pendant à peu près une heure. Ca n’avançait pas, ça se bousculait et tout le monde était pressé d’arriver au temple pour rendre hommage à Boudha.

J’avoue que pour ma part, j’avais juste envie de faire demi-tour et de retrouver mon espace et mon confort.

Le pire est que sur le chemin se trouvaient des stands dans lesquels les pélerins pouvaient acheter pas mal de niaiseries (sans déconner!) pour Boudha : huiles essentielles, couverts à l’effigie de Mao, parapluie, décoration, …

J’ai au début cru que les stands étaient pour attirer les touristes mais que nenni! c’était tout pour Boudha!
Perfume Pagoda VietnamMais au final, j’ai soupiré, inspiré, expiré, et j’ai réussi à parvenir jusqu’à la grotte dans laquelle se trouve le temple.Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda Vietnam

C’était assez incroyable de se retrouver sur ce lieu de cultes où tous les Vietnamiens étaient en train de se recueillir et d’assister à un événement auquel je ne comprenais pas grand chose mais qui représentait énormément aux yeux des personnes avec qui j’étais.

Retour express à pied

Après être restée dans la grotte une quinzaine de minutes (nous étions déjà en retard par rapport à l’emploi du temps du guide et trop de bousculade tue la bousculade), j’ai préféré rentrer à pied et descendre la montagne pour retourner en bas.
Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamJ’ai retrouvé plus ou moins les mêmes stands qu’à l’aller (des gadgets un peu stupides) mais cette fois, j’ai décidé de m’y arrêter pour les prendre en photo.

De toute manière, je n’étais pas si pressée que ça puisque les autres de mon groupe étaient toujours au sommet.

Il m’a quand même bien fallu 30 minutes pour tout redescendre, sous la pluie, toujours couverte de mon super Kway capote.Perfume Pagoda Vietnam Pauline

Arrivée en bas

Quand j’ai enfin retrouvé le guide, ce dernier m’a annoncé que j’étais loin d’être la dernière arrivée (ah bah merci! je me suis pressée pour rien!) et que si je voulais, je pouvais aller voir les autres temples à côté (ah bah merci! ça a l’air bien cool ça!)!Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamC’était tellement spirituel de se retrouver à ces temples, vidés de monde, au calme, à observer l’architecture et à savourer le sentiment de plénitude qu’ils me procuraient.Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamEntourée de tous ces symboles boudhistes, j’ai vraiment pu apprécier et prendre le temps de contempler et de réaliser où j’étais et ce que je venais juste de voir.

J’avais eu la chance de rentrer au coeur de la culture vietnamienne, lors d’un pélerinage que les Vietnamiens eux-mêmes faisaient.

Du bonheur, c’est ça. C’est ce sentiment de bonheur et de liberté que je retrouvais. Perfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamPerfume Pagoda VietnamHanoi Bridge VietnamEt j’étais presque seule, à me retrouver à sillonner ces temples, à prendre des photos sans me faire dévisager, sans me faire pousser, moi et ma culture d’occidentale.

Sans être religieuse, ni croyante pour deux sous, c’était mon propre moment de reccueillement.Hanoi Bridge Vietnam

Des amies vietnamiennes

Après avoir pris plein de longues bouffées d’oxygène, je me suis décidée à retrouver mon guide et à attendre le reste du groupe qui n’étaient (toujours!!) pas là.

C’est aussi ça la culture vietnamienne : on prend le temps de prendre son temps.

Ce n’est pas forcément un mal, mais quand tu es habituée aux horaires, c’est dur de s’en défaire.

Les autres revenus, nous sommes retournés à notre bateau. Les Vietnamiennes avec qui je m’étais retrouvée avaient les bras chargés de gateaux et de gadgets.

Lorsque l’une d’entre elles m’a offert une bière, je lui ai d’abord dit de la garder pour elle. Elle m’a répondu qu’elle n’aimait pas ça (WHAT! Comment quelqu’un peut ne pas aimer la bière?!). Je lui ai donc demandé pourquoi elle l’avait achetée (Bah oui… Pourquoi acheter un truc que tu n’aimes pas?). C’était en fait une offrande pour Boudha. Maintenant qu’elle l’avait offerte à Boudha, et qu’il l’avait du coup bénie, elle pouvait la reprendre (et du coup me l’offrir).

J’ai forcément pas craché sur une bière bénite (trop cool cette religion au passage) et j’ai continué à discuter avec les filles.

Elles m’ont appris, avec le guide, qu’au Vietnam, il y a deux groupes de personnes : ceux qui boivent trop et ceux qui ne boivent pas du tout. Pas de demi-mesure.

Nous avons aussi pu parler de leurs études et de la chance que les Européens avaient d’accéder à l’éducation car elle n’était pas très bonne dans leur pays et que c’était dur d’étudier, et dur de trouver un travail en rapport avec ces études.

C’était vraiment intéressant d’avoir un échange sur la culture vietnamienne, les différents modes de vie et la vision de l’Occident qu’ils avaient. Mais comme dans chaque bonne chose, le périple touchait à sa fin et nous devions rentrer sur Hanoi.

Jamais je n’oublierai cette journée à Perfume Pagoda et les chouettes rencontres que j’ai pu y faire.

En espérant que je reverrai les filles! Mais bon… Qui sait? Le monde est plutôt petit en fin de compte.

Vietnamiennes With Minhh