J’ai deux amours: mon pays et Toronto

Articles, Canada, Hudson Bay: ma vie au ranch, Saskatchewan, Toronto

Ma vie à Hudson Bay me plaît, mais vivre loin du bouillonnement de la ville n’est pas une expérience qui est faite pour durer plus de quelques mois. Il faut dire qu’être observée comme une attraction (bête de foire?) et questionnée, quasi tous les jours, sur le pourquoi du comment une Française voyageant seule a réussi à atterrir ici, devient assez redondant, voire un peu pénible.

Dans près d’un mois, je suis en France: retour aux sources que j’attends avec joie. Ça va faire du bien de retrouver la famille et les amis.

Même si ça fait bizarre de se dire que l’aventure canadienne touche à sa fin, avoir quitté Toronto était vraiment le plus dur à faire.

Même si je n’y vis plus, Toronto reste encore un peu ma maison. C’est là que j’ai vécu une expérience extraordinaire et c’est là que j’ai laissé mes affaires afin de voyager « léger ».

Lorsque je pense à ma vie en Ontario, je me sens chanceuse d’avoir vécu près d’un an dans cette ville bouillonnante, passionnée et passionnante. Même si je m’en détache petit à petit, je continue à la suivre de loin.

Toronto, c’est ça :

FRANADA 1.1 –

PVT 2013 – TORONTO – CANADA ROSTAING LAURENT

CANON 7D // iPhone 4S

Special thanks : TORONTO // FLUME // TA-KU // DISCLOSURE

Musique : Disclosure – You & Me (Flume Remix) // TA-KU – Highter (Flume Remix)

Revoir ces images me rappelle mes premiers pas dans la ville. Munie d’une curiosité insatiable, je découvrais émerveillée les buildings et les différents quartiers.

Je me souviens m’être promenée dans Kensington Market par hasard pour visiter un appartemment et m’être dit « Damned man! C’est là que je veux habiter! »

Je me souviens que pendant tout mon séjour, je ne pouvais m’empêcher de fixer la CN Tower dès que j’en avais l’occasion. Je me rappelle les soirées avec les amis, celles complètement déjantées avec mes colocs Irlandais, et l’organisation des soirées PVT.

Bref… Je me souviens d’une année complètement folle, complètement dingue et totalement enrichissante.

Malgré tout ça, et assez étrangement, Toronto ne me manque pas. La déprime post-voyage ne m’a pas encore gagnée. Il y a plusieurs explications possibles:

– J’ai tourné la page
– Je sais que je n’aurais pas pu continuer à y vivre: le froid pendant 6 mois de l’année? Hum… Merci mais non merci…
– J’ai plus de temps libre maintenant que je ne travaille plus en 9-5 (comprenez de 9h00 le matin à 5h00 le soir) et je peux contacter ceux qui me manquent et que j’ai laissés en France
– J’ai un autre projet en tête
– Je m’adapte super vite

Au ranch, on écoute souvent la radio et j’ai pu redécouvrir une musique qui me rappelle les soirées Torontoises: la musique « Wake me up » d’Avicii. Elle n’est jouée, à Hudson Bay, qu’à la mode country. Je vous laisse juger :

Le passage au ranch est une expérience unique, qui m’a permis de découvrir un autre Canada, ce que je ne regretterai jamais.

Avant le retour au bercail, il me reste à passer par Halifax, Gaspé, Montréal, Ottawa et Toronto pour récupérer mes affaires avant de prendre mon vol pour Paris.

map canadaVictoria – Gaspé: 5,533 km, 58 heures en passant par les Etats-Unis

Expériences canadiennes: s’amuser par -25 degrés

Articles, Canada, Hudson Bay: ma vie au ranch, Saskatchewan

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter les différentes activités du ranch: finies les photos de bouffe à m’en faire saliver comme une addict de sucre enragée. Parce que je ne passe mon temps à manger, je passe beaucoup de temps à rigoler et à avoir du fun! Et comme c’est une page « fun », voici un petit cadeau pour commencer:

Peu habituée à vivre à la campagne, j’ai appris énormément sur la nature qui nous entoure.

 Par exemple, saviez-vous… 20140125_120800[1]

… que quand les biches viennent taper dans la meule de foin avant 17h00, cela signifie qu’il va neiger le lendemain?  

… que la licence de chasse ne permet de chasser qu’une seule biche par an?

… qu’on ne peut chasser que les biches qui ont des cornes?

… que les biches perdent leur corne une à deux fois par an?

20140125_144257[1] … qu’on trouve de la moumoute (désolée, j’ai pas trouvé de mot plus approprié) sur certains gants et qu’on s’en sert pour s’essuyer le nez (parce que oui… ça coule avec le froid…)?

… que les voitures ici ont des cables électriques qui permettent aux conducteurs de réchauffer leur voiture même par temps très froid?

Eh eh! Eh bah maintenant: vous savez et vous pourrez plus dire que vous savez pas! À part continuer à apprendre sur la culture rurale canadienne, je me prête à pas mal d’activités passionantes:

1. ÉQUITATION

J’ai toujours été une passionnée depuis mon enfance: Pauline2 001

Cute, eh?

Et je me demande maintenant comment j’avais pu arrêter ma passion pendant aussi longtemps. Cest ça aussi quand tu voyages: tu te rends compte que tout est possible et que c’est pas si impossible que ça en a l’air de faire ce qui te plaît. Et monter à cheval, c’est comme qui dirait mon dada.

P1050121Les chevaux ici viennent directement chercher leur carotte par la porte

DSCF9666Par temps neigeux

DSCF9703et par beau temps.

P1050133Avec…

P1050143ou sans selle…

2. ÊTRE TRACTÉE EN LUGE PAR UN CHEVAL

Un des trucs les plus funs que j’ai fait pour l’instant!!! J’étais avec une partenaire de luge qui n’arrêtait pas de tomber de sa luge et comme vous pouvez vous en douter, je rigolais trop pour pouvoir dire au chauffeur du « wagon » de s’arrêter pour la récupérer!

P1050247P1050249

P1050251P1050253Shit happens…

À bord de la luge, ça donne ça:

Et quand je n’étais pas dans la luge, j’ai même eu la chance de « conduire » le wagon:

P1050240P1050243Au « volant » du wagon

3. LE QUAD

C’est devenu une habitude. Pour aller nettoyer la « Big Cabin » et refaire les lits, je prends maintenant le quad: ça va plus vite et c’est plus marrant. Enfin… je l’utilise surtout lorsqu’on est dans le rush et lorsqu’il ne fait pas trop froid parce que sinon, merci bien mais je préfère marcher. 20140207_095906[1] Cette petite machine avance super vite et à 20 kms/heure, j’ai l’impression de rouler sur l’autoroute.

4. LE HOT TUB

J’ai eu pas mal l’occasion d’assister à des « instants relaxation » de Canadiens, c’est-à-dire se plonger dans le jaccuzzi par -25°C: 20140208_151249[1] Et j’ai également pu admirer des moments complètement fous ou des Canadiennes sortent du jaccuzzi (39°C dedans, -15°C dehors) pour aller se rouler dans la neige… J’ai pas encore testé mais ca ne saurait tarder! P1050203 Moi, j’ai juste testé le hot tubb le soir avec Audrey. Comme elle m’a dit, le plus dur est d’enlever le peignoir afin de se plonger dedans! Une fois dans l’eau chaude et bouillonnante: c’est que du bonheur! DSCF9719 DSCF9720 DSCF9723

5. LE TIR

Quand Audrey et Perrie m’ont demandé ce que je voulais faire pendant que j’eétais chez eux, je leur ai dit que l’un des trucs de ma Bucket List était de faire du tir. Oui, pour la première fois de ma vie, j’avais envie de toucher une arme à feu. Ça doit être les têtes de cerfs qui m’ont donné envie… DSCF9580 Première remarque: c’est PUTAIN DE LOURD cette merde!!! Faut vraiment avoir la motivation pour s’adonner au tir franchement! Alors la chasse, … je comprends encore moins! NON, je n’ai pas tiré sur un quelconque animal. Je n’ai tiré que sur une cible et ça les a bien fait rire la petite Frenchie qui tire avec un fusil:

C’est surtout ma réaction qui leur a plu! J’espère que ça vous a bien fait rire aussi!

6. JOUER AUX CARTES

Mes samedi soir sur Toronto commençaient l’après-midi et se finissaient le dimanche matin. Ici, nous dirons que c’est quand même plus calme et que mes samedi soir me rappellent les publicités télé pour les maisons de retraite… On joue aux « Marble », « Kaiser », etc. avec parfois une petite tisane… Oui, ça me plait en plus.

7. EXPLORER LES BOIS (et comprendre comment ça marche)

20140211_135317[1]20140211_14193620140211_135644[1] Audrey et Perrie m’ont expliqué tout le processus de la coupe du bois et c’était assez fascinant. Ils m’ont confirmé que la faune n’était pas menacée par cette déforestation parce que :

1. la forêt est juste énorme
2. les arbres repoussent très vite.

Ils ont tous les deux bossés dans la forêt et pour la scierie avant d’avoir le Bed and Breakfast alors j’ai tendance à les croire mais sait-on jamais…

8. FAIRE DES COURSES AU MAGASIN

Vous voyez le supermarché du coin? Genre du coin du patelin? Eh bah c’est là qu’on va faire les courses. Un magasin qui fait la taille du rayon fromages de Carrefour. C’est assez facile de trouver ce que l’on veut et on n’est pas tenté par des extra. Ça a un peu modifié ma perception de la société de consommation.

20140212_110235 20140212_110242 20140212_110352Des creamers de partout

Le café ici, c’est pas la même chose que chez nous! Les Canadiens rajoutent du lait ou de la crème à la noisette, de la crème « à la vanille française » (je sais pas non plus ce qu’ils essaient de dire par là…), de la crème au goût d’amande, de la crème, de la crème, toujours plus de crème20140212_110409Des « bouteilles » de lait de 4L…

20140212_110428 20140212_110437 20140212_110450Un des trucs les plus dégueus au monde: la racinette ou « root beer »

20140212_110508Ici, tu manges des chips avec de la sauce20140212_110526La « trempette aux épinards »: ma sauce préférée

20140212_110555Ah bah si c’est authentique et que ça vient de la boulangerie du Moulin Rouge alors…20140212_110601 20140212_110607Un conseil pour les gateaux ici: Plus c’est joli, moins c’est bon!

9. FAIRE DU SHOPPING

Quand Audrey m’amène faire du shopping au village, c’est quand il y a une friperie. La dernière fois, c’était celle organisée par l’église du coin. Choses à savoir :

1. je ne rentre jamais dans une eglise exceptée pour la visiter, et seulement genre si elle est vraiment VRAIMENT très belle
2. faire du shopping dans une église?! What the hell?

20140213_092827 20140213_092845 20140213_092850 Oui, ici, c’est très « esprit communautaire » et même si ni Audrey, ni Perrie ne sont pratiquants, quand on te dit que le prix des vêtements est à 5$ le sac poubelle rempli, je peux te dire que tu enjoyes! Audrey m’a donc acheté un nouveau manteau qui m’aurait coute 600$ en temps normal et de seconde main (manteau avec fourrure et cuir s’il vous plait!)

manteau

Tout ça revient à faire pas mal de choses et surtout à m’imprégner vraiment de la culture canadienne grâce à mes hôtes et aux clients du ranch qui ont tous leur avis et leur petit mot à dire sur la Frenchie qui se retrouve dans le village isolé d’Hudson Bay. Et croyez-moi, quand on dit que « les Canadiens sont trop gentils », ne le prenez pas pour acquis. Il y a vraiment des cons partout, et des « méchants » partout.

La St-Valentin au ranch

Articles, Canada, Hudson Bay: ma vie au ranch, Ouest Canadien, Saskatchewan

Depuis que je suis arrivée au ranch, j’ai troqué mes vêtements de ville contre mes vêtements « tout terrain »: jogging, tenue de motoneige, bottes en caoutchouc, etc. Tu repasseras pour le style « Jeune et Jolie ».

Malgré cela, Audrey, la propriétaire du ranch, essaie toujours de me caser avec un « vrai », un « authentique » Canadien… Par « authentique », elle met en opposition avec un Torontois. Depuis que j’ai quitté la capitale économique, il n’est pas rare que je constate que l’image des Torontois ne soit pas super positive dans le reste du Canada… Un peu l’image que chaque pays a en général de sa capitale (Paris VS France, New York VS États-Unis) où l’on pense que grande ville signifie arrogance, mégalomanie et nombrilisme. Encore une fois, la proportion de cons est la même partout selon moi.

Même si depuis mon arrivée au ranch, je n’ai fait la connaissance que de personnes extrêmement gentilles, toujours prêtes à dépanner et à faire plaisir, on sent que la population de la ville n’est pas toute jeune, et Audrey, qui a du mal à me présenter le gendre idéal, excelle dans la présentation de « rednecks », des mecs ressemblant à ça: RedneckTrike redneck_horse red_neck_carredneck

Et même si je fais mon possible pour ressembler à une petite Redneck, allant jusqu’à idolâtrer « Duck Dynasty« , il n’en reste pas moins que « L’Amour est dans le pré », ça rend vraiment mieux à la télé.

Bon, j’exagère un peu. Elle essaie aussi me « marier » avec les jeunes de 16 ans ou avec les clients que l’on reçoit ou avec les commerçants du village…

Ça va du: « Havvvvvvvvvvvvvvvvvve you met Pauline? » au plus obvious « Havvvvvvvvvvvvvvvvvve you met our single Frenchie? ». Avec la St-Valentin et toute cette décoration encombrant le ranch, on est dans le thème en même temps…

Dans la « Big Cabin »
(8 lits Queens quand même):

Meadow House (1) Meadow House (8)P1040985P1040980 P1040981 P1040982 P1040989

Dans la « Shower house »:

20140214_154542[1]20140214_154534[1]20140214_154549[1]20140214_154555[1] 20140214_154657[1]Oui, même la machine à laver en a pris pour son grade

Dans la maison

On a même fait des paquets de bienvenue pour les clients arrivant le 14 février:

20140213_030507

Et dans les magasins. c’est comment?

C’est encore pire qu’au ranch! Ca fait plus d’un mois que tous les supermarchés du Canada sont recouverts de roses, de rouge et de messages « guimauve »:20140212_110617[1] 20140212_110746[1] 20140212_110819[1]Malgré un complot national, je résiste tant bien que mal et je reste à l’abris d’une histoire d’amour avec un bûcheron.

OK, OK, j’exagère beaucoup, mais quoi qu’il en soit et avec un peu de retard, je vous souhaite à tous, en couple/pas en couple, en France/pas en France, amoureux/pas amoureux, etc. etc. etc.

UNE EXCELLENTE ST-VALENTIN!

Et vivement la St-Patrick pour que l’on se mette au vert!

 

Pô au ranch: ma nouvelle vie dans le Saskatchewan

Articles, Hudson Bay: ma vie au ranch, Ouest Canadien

Il y a près de deux semaines maintenant, je posais mes valises (enfin mon backpack) au Bed & Breakfast de Fir River Ranch à Hudson Bay, Saskatchewan, pour faire une expérience de wwoofing.

Backpacker

J’allais démarrer une nouvelle expérience: vivre dans un ranch et au Canada s’il vous plait!

À l’origine, je voulais vivre dans un ranch dans les Rocheuses. J’avais donc contacté plusieurs propriétaires. Mais ne trouvant pas ce que je voulais, je revoyais mes exigences à la baisse et contactais alors un lodge (sorte de maison d’hôtes) situé dans les Rocheuses, à Golden précisément, à deux heures de route de Banff. Mauvais choix… Laissez-moi vous raconter l’histoire…

  • 20 janvier. 8:30 pm. Auberge de jeunesse de Banff.

Petit email envoyé au propriétaire du lodge pour lui confirmer une dernière fois que mon car serait à Golden le lendemain à 5:00 pm. Réponse de l’intéressé: « Pas de soucis, quelqu’un viendra te chercher à 5:00 pm. Quand tu approches de la station Greyhound, tiens nous au courant car le car a souvent du retard. »

  • 21 janvier. 1:45 pm. Départ de l’auberge de jeunesse de Banff.

En attendant le bus qui doit m’amener à la station Greyhound, je retrouve une Allemande, nommée Steph, qui a passé quelques nuits à la même auberge de jeunesse que moi.

Elle part pour Lake Louise afin d’y faire quelques randonnées avant d’aller ensuite plus au nord, toujours dans les Rocheuses. Souvenez-vous de cette rencontre, elle a eu un rôle déterminant dans la suite de mon périple.

  • 21 janvier. 3:05 pm. Départ de la station Greyhound

Steph et moi partageons nos expériences du Canada, nos envies, nos projets. Elle me donne envie de m’arrêter à Lake Louise mais bon, ce sera pour une prochaine fois!

  • 21 janvier. 4:05 pm. Arrivée à Lake Louise.

On se sépare. Je continue ma route pour Golden. 

  • 21 janvier. 4:30 pm. Sur la route vers Golden.

J’envoie un petit email de confirmation annonçant au propriétaire du lodge que je serai là à 5:15 pm, le car ayant pris un peu de retard. Sa réponse:

« Quelqu’un viendra te chercher à 7:00 pm. Patiente au restaurant. »

Hmmm… Je ne sais pas si vous vous êtes deja retrouvés dans cette situation où vous planifiez quelque chose: tout roule sur des roulettes et à 98% du process, ça foire… C’est pour le moins… pénible comme ressenti… Mais avez-vous déjà expérimenté cette situation où un car va vous lâcher dans un bled, au milieu de rien à part des montagnes et où vous ne savez pas trop quoi faire? C’est pour le moins… chiant comme situation. Ai-je precisé que la nuit tombe très vite à cette période de l’année?

  • 21 janvier. 5:15 pm. Arrivée à Golden.

Je descends du car. Je trouve assez vite le restaurant… C’est en fait une station service qui héberge une sorte de diner à l’américaine. La place est un peu… creepy…

Je suis toujours en train de me demander ce que j ai envie de faire: attendre que le gars ou quelqu’un d’autre vienne me chercher? aller dormir dans l’hôtel le plus proche? faire demi-tour le plus vite possible? Je fais comment pour quitter cet endroit? est-ce que je tente de faire du stop?

Je me dis que j’ai pas trop confiance dans ce mec qui me planter comme ça et sans explication et qui va m’amener dans un endroit encore plus paumé que Golden. Au milieu de vraiment rien… Mais est-ce que j’ai vraiment le choix vu le trou du cul du monde dans lequel je me trouve? Allez… on se pose deux secondes et on respire .

Dans ces moments « pas de bol » (vous souvenez-vous de mon couchsurfing dans le Chinatown de Brooklyn? Brrr… New York qui commençait mal, c’est ici…), faut jamais paniquer. Je sais pas vous, mais moi, dans ce genre de situation, je me dis toujours:

  1. Continue à sourire, ya ptet quelqu’un qui est en train de te regarder là.
  2. Continue à sourire, c’est ptêt une blague ou un coup monté par tes potes.
  3. Continue à sourire, parce que si ça arrivait à un de tes potes, tu serais surement morte de rire rien qu’en imaginant la scène.
  4. Arrête de te créer des films… Si tu regardes autour de toi, tu vois bien que tu es seule. Genre vraiment seule au monde.
  5. Relativise, ça va aller, parce qu’au final, ça va toujours.
  6. Cherche une solution à ce putain de problème…
  7. Essaie de prendre une solution.
  8. Prends une solution.

J’ai du coup dans un premier temps appeler l’auberge de jeunesse de Banff pour savoir s’il leur restait un lit. Allelujah! La fille au bout du fil:

« Aucun problème, plein de place, viens quand tu veux, … »

Ensuite, j’ai renvoyé un message au gars du lodge lui demandant pourquoi quelqu’un viendrait me chercher à 7:00 pm au lieu de 5:15 pm… Le cher hôte m’a répondu que ce serait surement plus vers 8:30 pm en fait…

Hmmm… Ok, plus du tout envie d’aller voir ce mec… Et tout d’un coup, idée de génie! C’est ma chance d’aller à Lake Louise! Je demande au gars de la station service quand est le prochain car pour Lake Louise: il arrive à 7:00 pm.

Eh bah voilà! En voilà une bonne nouvelle!

  • 21 janvier. 6:00 pm. Toujours à Golden.

Me voilà donc en train d’appeler l’auberge de jeunesse de Lake Louise.

Heureusement pour moi, il reste de la place. À cette époque de l’année, l’auberge est loin d’afficher complet. C’est booké: je réserve pour deux nuits.

  • 21 janvier. 6:05 pm. Golden également.

Décommande de ma chambre au HI de Banff et re-mail au lodge de Golden lui annonçant que je ne trouvais pas cela très rassurant d’attendre dans un restaurant, seule à Golden… Sa réponse:

« Pauline,
The lodge is 45 mins away and i am running errands with kids
We had a problem so you have to wait because I have a sick child at the doctor
But maybe your attitude means you should not come and go to a hostel
Up to you? I have 14 happy wwoofers and don’t need bad attitude because I am too busy a person for that
Let us know if you want to be picked up at 845 or go to a hostel. Thx »
xcvbxbcbxb
Le gars me disait en gros qu’il habitait à 45 mins en voiture de la station service où je me trouvais, que son enfant était chez le médecin, que vu mon comportement il valait peut-être mieux que j’aille dormir dans une auberge plutôt que d’aller chez lui, qu’il accueillait actuellement 14 wwoofers contents [de leur expérience], et qu’il fallait que je lui confirme si je voulais que quelqu’un vienne me chercher à 8:45 pm ou si je préférais aller dormir dans une auberge de jeunesse…

J’ai voulu l’appeler pour lui lancer un bon « Fuck You » qui soulage mais impossible d’avoir du réseau…
dfsdvf
Je lui ai donc confirmé par email que j’avais pas vraiment confiance et que je n’allais pas aller dormir chez lui. Je lui ai expliqué que je trouvais ça assez abusé de changer de plan et de ne pas me prévenir alors que j’étais dans un endroit que je ne connaissais pas, assez abusé de me sortir l’excuse de l’enfant malade (sur les 14 wwoofers, t’en as pas un pour venir me chercher? … Wait… WHAT?? T’as 14 wwoofers pour t’aider à ton lodge qui ne peut pas accueillir plus de 20 personnes?!), assez abusé de ne pas m’avoir prévenue en avance que personne ne pouvait venir me chercher à l’heure convenue (aux dernières nouvelles: 5.15 pm + 45 mins = 6.00 pm, pas 7:00 pm ou 8:30 pm, ou encore 8:45 pm -vous avez remarqué comme l’heure changeait d’email en email?-), que je me sentais assez bête de lui avoir fait confiance et que j’aurais du croire la mauvaise appréciation qu’il avait eu sur le site de wwoofing que j’avais utilisé.
 
Sa réponse: 
« You don’t know me but are a spoiled and selfish. Bye. You are blocked » 
Cool… Je le connais pas mais lui est sur de m’avoir cerné…
jjj
  • 21 janvier. 6:25 pm. Golden. Encore et toujours.

fsgsgb

Je relis l’email que je viens de recevoir et me décide à ne pas envoyer de réponse. Est-ce que j’ai eu envie de le faire? Oui. Est-ce que j’ai eu envie de l’insulter? Oui. Est-ce que je le fais? Non.

Je continue à attendre le car « patiemment ».
jik
  • 21 janvier. 7:00 pm. Je monte dans le car pour Lake Louise.

dgfsad
Plutôt contente que cette histoire soit finie, je reçois pourtant un nouvel email:

« Is this email a joke

Or are you crazy
You are really crazy – get some help soon
Wow this must be a joke? You must have lots of problems in life – I travelled for 8 years and was never so rude and when my own kids travel they will not be a rude selfish person like you
This is canada – we are nice so stop acting stuck up and stop calling us and start acting like a Guest
You are a guest here
Au revoir »
Puis un petit message du même gabarit: « All your emails are blocked so if you reply I can’t read them. Ciao »
Maaaaaaaaaaaaaan?! Je ne sais pas si le gars essayait de me prouver qu’il était multilingue ou que c’était un génie de l’informatique qui pouvait bloquer les emails au’il recevait, mais je m’en foutais un peu de ses traductions de « bye » et des ses aptitudes informatiques… J’étais juste soulagée de ne pas l’avoir attendu à la station service pendant 3h30…
jjj
  • 21 janvier. 8:00 pm. Arrivée à l’auberge de jeunesse de Lake Louise.

Je reçois un nouvel email: « Oh yeah and a piece of advice of you read a bad review. Don’t ever trust the internet. If you weren’t so selfish and rude to me on the phone you could be sipping wine right now with 4 other French wwoofers! Dumb and selfish of you. Stop calling. Emails are blocked »

Autant vous dire que NON, les Canadiens ne sont pas tous gentils et il va falloir arrêter avec ce cliché du méchant Français face au gentil Canadien: il y a la même proportion de cons partout; même si les Canadiens sont en général vraiment polis, cela ne prouve en rien leur gentillesse; et que NON, je n’ai pas répondu à ses mails qui m’ont quand même un peu fait flipper; et que OUI, je m’en fous du fait que j’aurai pu avoir un verre de vin avec 4 autres Français: c’est pas franchement pour ça que j’ai décidé de venir au Canada…

Changement de plan et direction Lake Louise donc! Et sans aucun regret. Bref… Voilà l’histoire.
« Tout arrive pour une raison », comme dit l’adage. Dans ce cas particulier, il m’a permis:
    • de changer mes plans pour aller voir un des endroits les plus beaux du Canada.
    • de faire connaissance avec une Australienne originaire de Perth.
    • de retrouver l’Allemande, Steph, dans la même chambre que l’on m’avait attribué.
  • 21 janvier. 11:00 pm. Auberge de jeunesse de Lake Louise.

Remise de mes émotions, et après avoir raconté mes p’tites aventures à mes collègues de chambre, j’envoie un email au ranch du Saskatchewan que j’avais déjà contacté en prévision de faire un woofing chez eux en mars. Je leur demande s’il est possible de venir un peu plus tôt, c’est-à-dire… un peu plus tôt comme… maintenant en fait…
Audrey, qui tient le ranch avec son compagnon Perrie, me confirme qu’il n’y a aucun problème, qu’ils se font une joie de m’accueillir et qu’elle viendra me chercher à Saskatoon, situé à presque 4h d’Hudson Bay.
Rassurée, soulagée et pas mécontente que tout se goupille bien, je décide de profiter du temps imparti pour découvrir Lake Louise donc.
hoh
  • 24 janvier. 3:00 pm. Arrivée à l’aéroport de Saskatoon.

A 3h00 du matin, Audrey, propriétaire du ranch, vient me chercher à l’aéroport de Saskatoon pour m’amener à Hudson Bay.

Hudson Bay, SK

Hudson Bay: au milieu du Canada

Un accueil bien différent de celui que j’avais reçu à Golden. Elle m’offre un premier café chez Tim Hortons, puis un deuxième à 7/11:
« Pendant que tu es chez nous, tu n’ouvres pas ton porte monnaie une seule fois », m’annonce-t-elle.
Quatre heures plus tard, on arrive au Bed & Breakfat Fir River Ranch.
dfgdfgh
  • 5 février. 9:00 pm. Fir River Ranch.

Ça fait maintenant plus de deux semaines que je donne un coup de main à Audrey et Perrie pour leur Bed & Breakfast, élu meilleur B&B de la région du Saskatchewan. En échange, ils me fournissent un lit et me nourrissent. (Je pense écire un article en entier sur la nourriture ici parce que c’est juste A-M-A-Z-I-N-G!)
Ça fait maintenant plus de deux semaines que je vis mon rêve de petite fille à savoir vivre dans un ranch.

Et la vie est plutôt super easy. Tous les matins, je petit déjeune en observant les chevaux.

20140124_091039
qui eux attendent leurs céréales20140124_092940 20140124_164606 - Copy 20140127_1110128 chevaux à admirer tous les jours
sdfg
  • Et les biches qui grignotent le foin mis à leur disposition.
20140125_120748 IMG-20140127-WA0016
En général, je vais dehors après: soit pour observer les chevaux, soit pour dire bonjour aux chiens, soit pour juste choper l’air frais (très frais l’air même):
20140127_111622
Mes cheveux et mes cils ont glacé à cause du froid.
-45 degrés de ressenti, ça fait mal…
jfj
Pendant le reste de la journée, je fais parfois des calins aux chiens, dont deux croisés Rottweiler / Huskies juste magnifiques:
20140127_103754 - Copy Dogs (1) Dogs (14) Dogs (23)Je suis pas « chien » en principe mais ceux-là sont les plus beaux et les plus adorables jamais rencontrés
mm

Je nettoie les chambres, je fais les lits, j’aide à faire la vaisselle (je mets la vaisselle dans le lave vaisselle quoi), et j’aide à faire la cuisine. Je fais ce que je ferais à ma maison, sauf que je peux faire du quad, de la motoneige et du cheval. Oui, il y a pire comme vie.

Mais même si j’adore être ici, je commence à avoir hâte de rentrer au pays. Pas que les fachos à quenelle me manquent, mais la France reste le pays de ma famille et après plus d’un an au Canada, ça et les amis, ça commence à manquer! Mais bon, ça arrive vite et dans deux mois, je serai à la maison! Alors j’essaie de ne pas y penser et je continue à profiter!

IMG_20140130_135207[1]20140130_145514[1]Horses (175)Horses (139)
Jasmine, Spider et moi, la seule qui a les pieds dans le caca20140201_125231[1]Merci mille fois à ma soeur: je ne ressemble à rien mais j’ai bien chaud!