Le wwoofing au ranch: c’est fini.

Articles, Canada, Hudson Bay: ma vie au ranch, Saskatchewan

Toutes les bonnes choses ont une fin et mon expérience au ranch, à Hudson Bay, dans le Saskatchwan, est finie. Après avoir passé plus d’un mois dans cet endroit juste extraordinaire, il a fallu mettre fin à l’aventure. C’était génial, magique et AWESOME de vivre dans ce ranch/Bed&Breakfast.

Retour sur les derniers trucs testés là bas:

– assister à compétition de curling
– visiter un business d’abeilles
– voir des buffles
– fêter mon anniversaire
– faire de la luge (tirée par un skidoo)
– faire du cheval, toujours plus de cheval

Retour en arrière.

Depuis qu’Olivier est arrivé au ranch, les journées, qui passaient déjà assez vite, ont défilé. Rencontré à Toronto, le Français a décidé de me rejoindre dans le nord du Saskatchewan. Quand tu as passé 6 mois à Toronto alors que tu es venu faire un PVT au Canada (et pas en Ontario uniquement), l’envie de bouger est juste compréhensible. Ne vous méprenez pas: j’adore toujours Toronto mais le reste du Canada est trop grand pour ne pas être découvert.
Anyway… Avec « Oliver » (n’essaie même de leur faire prononcer le vrai nom),on a découvert pas mal de nouveaux trucs: les personnes rencontrées à Hudson Bay étaient fières de nous présenter (nous petits Frenchies) leur business, leurs habitudes et leurs vies en général.

1. Assister à une compétition de curling

Lorsque j’étais en France, j’ai jamais compris comment des personnes censées pouvaient regarder du curling. Eh bien, voilà. Arrivée dans le Saskatchewan, j’ai regardé une compétition et j’ai aimé. Pas que j’en regarderais tous les jours, mais grâce à Angel, une amie du ranch, qui nous expliquait les règles, on a passé un super bon moment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2. Voir un business d’abeilles

Avec Glenn, on a eu la chance de découvrir comment on faisait pour réussir dans le commerce d’abeilles. Ce dernier en exporte en effet jusqu’en Chine. Il nous a du coup expliqué comment ça marchait de la naissance d’une abeille jusqu’à sa reproduction.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3. voir des buffles

Sur la route du retour à la maison, lorsque Glenn nous reconduisait au ranch, j »ai placé dans la conversation que je n’avais jamais vu de buffles de ma vie. Qu’est-ce qu’il a fait? Demi-tour pour nous amener en voir! Des voisins avaient en effet un commerce de buffalos: juste incroyable! Le truc qui m’a le plus impressionnée reste le fait que ces grosses vaches poilues avaient plus peur de nous que nous d’elles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4. visiter une scierie

Angel nous a, quant à elle, amené visiter la plus grosse entreprise d’Hudson Bay qui fait travailler les 3/4 de la ville.
J’avais déjà pu assister à la coupe des arbres et voir la suite du processus et la transformation de l’arbre en palette était super intéressante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5. fêter mon anniversaire

Quand, en rentrant d’une promenade à cheval, Riita (une autre amie du ranch) m’a demandé d’aller chercher une box dans sa voiture, je ne me doutais pas que j’allais tomber sur le plus gros gâteau d’anniversaire que j’ai jamais eu! La surprise était, au propre comme au figuré de taille. Ca faisait d’une pierre deux coups et j’ai eu l’impression d’avoir en même temps un joli pot de départ.
J’ai eu le droit à un gâteau -bourré de crème, ça va de soit- avec ma photo dessus: le rêve de toute petite princesse qui se respecte.
De toute façon, je n’avais pas d’autre choix que de partir comme une princesse.

Annifannif2

6. faire de la luge (tirée par un skidoo)

Quand Perrie nous a demandé si on avait envie de poser nos fesses sur une luge afin qu’il nous tire avec son skiddo, on a tout de site accepté. L’expression « manger de la neige » n’a jamais eu autant de poids que ce jour là.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un « Oliver » en action, ça donne ça:

7. faire du cheval, toujours plus de cheval

cheval1

Comme Audrey me l’a dit, je pense que je ne pourrais plus vivre sans. J’ai réussi à me faire « adopter » par deux d’entre eux et c’était juste brillant! Voir un percheron qui t’écoute et qui fait ce que tu lui dis par le pouvoir de la voix: a dream come true!

Mais voilà, une fois encore dans l’expérience « Pô au Canada », il m’a fallu dire au revoir à des gens extraordinaires et tourner la page d’un autre chapitre de ma vie: une expérience de cowgirl comme j’en avais toujours rêvée.

Mais pas le temps de me poser pour y penser: j’étais déjà prête pour de nouvelles aventures. Le 11 mars, je quittais le Saskatchewan pour aller découvrir la Nouvelle Écosse (Nova Scotia), « les Maritimes » et la réputée ville d’Halifax.

Ca sent Noël sur Toronto

Articles, Toronto

Dans une semaine, c’est Noël. Mon premier Noël sans famille. Sans la maman qui cuisine, le papa qui fait le feu dans la cheminée et la soeur qui arrive à la dernière minute de Paris.

C’était une habitude, presqu’une routine d’être à la maison pour les 24 et les 25 décembre. Être loin de tout ça me fait réaliser à quelle point la pression sociale est forte pour les fêtes de fin d’année.

Québec -> Montréal -> Toronto

Articles, Canada, Québec Ville, Quebec City, Toronto

Depuis dimanche dernier, je goûte aux joies d’une vie urbaine à Toronto.

Les derniers jours à Québec étaient plutôt plaisants : dégustation de poutine, et soirée au Carnaval de Québec.

QuebecOui, on peut même trouver des Bébés poutines et ça, c’est quand même énorme!

Le carnaval de Québec était un mélange de concours de blocs de glace, de concert, de glissades, de spa (on a vu des gens se mettre en maillot de bain par -30° et sauter dans un jaccuzzi à 25°), de lumières et de feu d’artifice (ok, juste un feu d’artifice mais qui était magnifique!).

Le lendemain, nous sommes partis pour Montréal pour une petite soirée, entourés, encore une fois, d’une grande majorité de Bretons.

soireeEt le lendemain matin, de bonne heure et de bonne humeur, nous voilà partis pour 8h de car en direction de Toronto.

Les jours suivants ont été occupés entre recherche d’appartements, recherche de travail, visite de la ville et détente à l’appartement où nous étions hébergés.

Toronto1La ville est énorme (+ de 2 615 000 habitants, 630 km²), très orientée business

le jour et totalement différente la nuit.

L’ambiance devient alors décontractée, calme, sereine quand le jour me fait penser à New York avec son bébé Times Square (Dundas Square), ou à toute autre échelle à La Défense à Paris.

TorontoEt comme il y a le lac Ontario, ça me fait également penser à Chicago.

Pour les recherches d’appart, le combat s’annonce difficile. Si ce n’était que les prix, ça irait, mais c’est également trouvé la bonne colocation, la bonne situation géographique et le bon contact avec le proprio.

Ai-je précisé qu’en ce moment, j’étais hébergée par un couple de Français (ai-je besoin de notifier Bretons?) dans un condo avec piscine, salle de sport, salle de karaoke, salle de jeux, salle de soirée (on dirait qu’il n’est pas habituel d’inviter des gens chez soi ici), salle de billard, salle de ciné, barbecue en extérieur. Le grand luxe. Alors forcément, ça fait rêver.

piscine3D’ailleurs, à l’heure où j’écris, je reviens juste d’une séance de sport, suivie par quelques longueurs puis une pause au hammam. C’est ce que j’appelle la belle vie!

Ce soir, c’est l’igloofest

Articles, Canada, Montréal

L’igloofest, ça doit faire un mois que je l’attendais avec impatience. Un festival d’électro unique qui se déroule les week-ends de janvier et de février, avec un décor de folie, et des DJs internationaux bien classes.

L’ambiance pour 2013 était vraiment bien chanmée. La programmation a également beaucoup joué. Pour le jeudi 24 étaient annoncées Miss Kittin et Ellen Allien. Ces deux DJs, c’est LA pensée inévitable à ma sœur, celle qui m’a fait découvrir l’électro et qui m’a fait apprécier l’atmosphère. Et puis, quand elle parle d’électro, c’est avec passion pour les deux artistes, la première française, la deuxième allemande. Alors forcément, j’étais bien emballée d’être tombée sur LA soirée que je voulais!

En plus de la musique, l’Igloofest, c’est aussi une soirée sponsorisée par des marques d’alcool et des jeux pour adultes (soirée interdite aux moins de 18 ans). C’est parti pour un petit TOP5 de mes activités préférées :

  1. Après être montée en prenant les escaliers sur une plateforme de glace pour prendre un petit shooter de Jägermeister, la descente s’effectue par un toboggan de glace, 
  2. Tir à la corde en affrontant une équipe de parfaits étrangers. Bien sur tu glisses d’autant plus que le sol est gelé,
  3. Les guimauves!!! On a bien du passer 4 fois avec Julien pour obtenir des guimauves et les passer au dessus d’un feu pour les faire fondre,
  4. Danser n’importe comment sur de l’électro,
  5. Lancer une balle sur un jeu en bois, mettre la balle dans un des trous et gagner un shooter gratuit.

Igloofest

Je viens de me rendre compte que je n’ai pas présenté Julien. Mes excuses pour l’erreur. Julien, je l’ai rencontrée en France, la première fois que l’on s’est vu, c’était à Rennes, pour boire un verre entre PVTistes Bretons qui partaient au Canada en 2012. Depuis, mon départ a été retardé, mais on est resté en contact. Ça faisait du bien de le revoir sur Montréal.

IMGP0562

La veille, nous nous étions promenés sur le Vieux Port, puis dans les sous-terrains de Montréal, et le soir, nous avions rendez-vous avec d’autres Bretons à Poutineville pour déguster la première poutine (frites sur lesquelles on verse une sauce étrange et du fromage) de ma vie. Premier retour assez positif. Ça m’a plus fait penser à une tartiflette qu’autre chose; et c’était super bon!  En fait, c’était un mélange de jambon, pommes de terre, sauce au vin et fromage. Et là, on m’a expliqué que c’était pas vraiment une poutine.

IMGP0569