1er jour sur Luang Prabang

Articles, Laos, Luang Prabang

Vacances de Printemps, temps d’aller au Laos!

Me voici donc partie – avec mes parents (on a beau avoir 30 ans, il semble que l’on ait toujours besoin d’eux) – pour un « petit » séjour de 12 jours chez les « voisins ».

Première escale : Luang Prabang!

Notre petite Guesthouse,  Lan Kham Riverside, est charmante. Notre accueil se fait avec un jus de mangue et les sourires des réceptionnistes. Nous sommes arrivés sous la pluie et dès l’entrée dans la maison d’hôtes, c’est le soleil dans nos coeurs (c’est kitsch mais ça passe, non?)

Le réceptionniste nous apprend qu’il est vietnamien. Ah bah oui forcément!! Rencontrer un Vietnamien au Laos, c’est comme rencontrer un Breton à Montparnasse il semble…

Le calme et le zen

Le lendemain matin a été aussi plaisant avec un petit déjeuner vue sur le Mékong.

Après avoir bien pris notre temps pour nous réveiller en douceur, nous sommes partis pour un petit tour de la ville, conseillé par Le Routard (merci!), qui a commencé par la traversée d’un premier petit pont de bambou (traversée env. 0,50€).

Ensuite, nous sommes arrivés dans un petit village d’artisans où nous avons fait du shopping à foison – et où, bien sûr, j’étais trop occupée à ouvrir mon porte-monnaie pour prendre des photos… – : peintures, écharpes, cartes, etc.

Avant de faire demi-tour, nous avons été visiter วัดเชียงเหลัก (effectivement, je ne sais pas le prononcer…), un temple bouddhiste :

Il nous fallu ensuite traverser l’autre pont de bambou pour revenir au centre-ville (traversée 1€).

Après une longue pause déjeuner (OMG! que la nourriture est bonne ici!!!),nous sommes partis visiter le Vat Xieng Thong (temple bouddhiste laotien de l’ancienne capitale royale Luang Prabang. Fondé en 1560 par le roi Setthathirat du Lan Xang, il est généralement considéré comme le plus élégant du pays. Merci Wikipedia!).

Puis, nous avons été déposer nos achats et nous reposer les pattes à notre Guesthouse.

La ville est petite et la marche se fait relativement bien. Vous pourrez également y louer vélo, moto, promenade en touk-touk ou en jonque aisément.

Après avoir fait une petite sieste (vacances obligent!), nous nous sommes posés dans un petit boui-boui avec vue sur le Mékong afin d’y admirer le coucher de soleil.

Notre serveuse – comme pas mal de personnes ici – y parlait français et son accueil était charmant!

Nous avons enfin terminé notre journée par un tour au marché de nuit où j’ai pris l’initiative (honteuse ou courageuse!) de m’acheter 4 robes pour … 20€!

Pour cette première journée, Luang Prabang m’a vraiment plue : son calme (pas de klaxon ni de nuage de pollution!!!), ses paysages, sa nourriture et ses habitants!

Les meilleures choses à faire à Boston

Articles, Boston, Etats-Unis, Toronto

Le bonheur de faire un PVT à Toronto, c’est aussi capitaliser sur les séjours aux USA. Pendant quelquqes jours, j’ai eu la chance de découvrir Boston. Et ça tombe bien, j’avais besoin d’un break.

PANNE TECHNOLOGIQUE

Alors oui, je suis une Modern Girl, une « active » de la Génération Y, une accro à Facebook, une jeune née dans les années 80 (la fin des années 80 hein!!), une « 25-30 ans ». Oui, j’adore la technologie, les réseaux sociaux et tout ce qui va avec. Oui, je suis perdue quand il n’y a pas Internet. Et oui, j’ai grandi avec Pokemon et les Tamagotchies. Mais, malgré tout ça, la technologie, parfois, c’est pénible, très pénible…

Apparemment, tous mes appareils électroniques se sont passés le mot: mon appareil photo m’a lâchée parce que (apparemment) ce dernier n’a pas supporté (apparemment) que je le branche trop souvent/trop longtemps (?) sur le courant canadien… Et mon PC portable, ce petit chou tout mignon prend à présent 3 heures pour charger une page…

Alors, on fait quoi dans ces cas là? Et ben on peste et on part à Boston.

Et on fait comme tout le monde: on utilise son smartphone, prouesse de la technologie moderne, pour faire des photos. Ce petit bijou, acquis il y a un mois, a changé ma vie! Ok, j’exagère un peu… Mais il m’a sérieusement bien dépannée!

Profitant du weekend canadien de Thanksgiving (le 28 novembre aux Etats-Unis pour infos), voici 2 petites Françaises parties à l’aventure pour la capitale du Massachusetts. Et on a été comblée car Boston est une ville absolument charmante!

mapbostom

Une petite aide géographique pour ceux qui en auraient besoin: Toronto à gauche; Boston à droite

À PETIT BUDGET LONGUE DISTANCE

On est partie en mode baroudeuse : bus de Toronto à Boston.

Après environ 12heures de car, d’escales, et un passage à la douane américaine à Niagara Falls, Amélie et moi sommes arrivées à Boston. La ville est remplie d’histoire, de culture, de petits commerces trop CUUUUTE et de gens friqués:

Boston1

L’architecture est comparable à ce que l’on pourrait trouver en Europe.

La présence maritime confère à la ville un calme, une sérénité et un bien-être raffraîchissant.
Magnifique ville de Boston

La jolie ville de Boston

Chiller à Boston

Sur une des places où nous nous sommes arrêtés, en plein coeur de la ville, une exposition de sculptures géantes nous a pour le moins interpellées.
Buildings Boston

Une de nos autres pauses aura été pour observer des joueurs de Quidditch. Du quidditch… comme dans « Harry Potter » effectivement…Quidditch Boston

BOSTON OU UNE VIE REMPLIE D’HISTOIRE

Ci-dessous la place commémorant le Tea Boston Party et la maison de Paul RevereBoston Tea PartyMaison Paul Revere

Et les petits commerces bien mignons, et remplis de charme:

Enseignes Boston

Halloween à Boston

Des quartiers residentiels en plein milieu des rues principales du Downtown:

Quartiers résidentiels Boston

J’AI FAIT HARVARD

Et OMYGOOOOOOOOOOOOD, on a profité de ce weekend pour aller à Harvard!! Oui, oui, oui, on peut à présent le dire, j’ai mis les pieds à Harvard!! Comme Bill Gates, Mark Zuckerberg, Kennedy et bien d’autres!

Sur la route d'Harvard

Dans le métro: direction Harvard, à 10 min. de Boston

Bon alors, non, je n’avais pas tout à fait la même allure que Reese dans « Legally Blonde » mais j’étais toute aussi heureuse et enjouée:

Gif Legally Blonde

Harvard Boston 1391544_10151697309301935_986919720_n 1379456_10151697314191935_380866458_n 1379217_10151697314126935_2041377338_n

Comme quoi, aller a Harvard, c’est pas aussi impossible que je le pensais! Ca prend juste quelques heures de transport.

Il y a quelques mois, je visitais Colombia à New York (à voir ici); et il y a quelques semaines, je visitais Harvard, la plus prestigieuse des universités selon moi. Tout ça me paraissait tellement irréalisable il y a encore quelques temps.

Reese Witherspoon dans Legally Blonde

(La Revanche d’une Blonde en français dans le texte)

A part se promener et visiter, on a fait du shopping!! C’est aussi pour ça -pas peur de l’avouer- qu’on était partie aux States: tout y est moins cher!

Fashionista Boston

Nouvelle garde de robe en provenance des Staaaaates

LOBSTER !

Et puis pour MANGER!! Boston est la ville des fruits de mer

(Seafood en anglais dans le texte)!

Lobster Boston

Homards à $15

64224_10151699924741935_911353966_nRegardez moi ces gâteaux du #Cheesecake Factory de Boston

Munchkins Dunkin Donuts

Mini donuts pour célébrer Halloween1374996_10151697591901935_186037272_n

Une carte bien remplie1384121_10151695827251935_1998221131_n

Je continue à pester contre le gars du Starbucks qui n’a rien compris à mon prénom… Je l’ai pourtant épelé 2 fois… Rien à faire: Pauline est devenue »Paellina »…

Flâner à Boston était si facile. La ville est paisible, petite et tellement accessible pour un weekend.

1375733_10151698004936935_23422075_n 1382416_10151699758691935_93406476_n3 jours sous le signe de l’amitié

VOUS AVEZ DIT IRISH ?

Boston est peuplée d’Irlandais. Pour rappel, c’est quand même la ville qui a vu grandir Mark Wahlberg et la ville où jouent les Celtics.

Boston, une ville d'Irlandais

Alors, ambiance irlandaise oblige, on a fait un petit tour par les pubs:

Pub Boston 1380411_10151697591696935_1462831399_n Solas Boston

Après ça, la vie est revenue à la normale. Enfin, « à la normale », c’est un bien grand mot comme on dit.

Mes parents sont arrivés peu de temps après pour une petite visite de 10 jours. A la fin de leur séjour, c’était déjà l’heure de célébrer Halloween (et c’est complètement FOU ici!!!). Des pumpkins partout, des adultes qui jouent le jeu: complètement dingue  et tellement festif!

Mais vu la rapidité de mon ordinateur, les photos et la narration viendront dans un prochain post!

Toronto : ses joies, ses galères, ses petites trouvailles

Articles, Galères de PVT, Ma vie à l'auberge, Toronto

Un PVT, c’est aussi des galères. Personne ne peut y échapper. À la limite, ça serait presque dommage de passer à côté et ennuyant de ne pas avoir sa petite anecdote. Parmi celles entendues :

« C’est l’histoire d’un mec qui achète 5kgs de riz à Chinatown, qui prend le dernier métro, qui se goure de station, qui essaie de prendre le train dans l’autre sens, qui s’aperçoit qu’il n’y en a plus, et qui rentre à pied chez lui avec ses 5kgs de riz sur le dos. »

« C’est l’histoire de 2 mecs qui veulent faire un road trip aux USA avec un billet qui leur permet de voyager autant qu’ils veulent pendant un mois. Manque de bol, à l’achat du dit billet, ils s’aperçoivent que l’offre n’existe plus depuis 3 jours. »

« C’est l’histoire de 2 filles qui ont acheté une voiture en commun. Deux jours après, le réservoir d’essence lâche. Bilan : + $255 à débourser. »

Et je suis assez émue de vous raconter ma petite galère aussi. J’en ai la bébé larmichette à l’œil. Presque. Roulement de tambours…

Instant… GALERE!

Dans mon dernier article, j’étais plus que fière d’avoir trouvé mon appartement dans Kensington Market. Et la veille de mon emménagement, je partais fêter ça en me promenant dans la ville.

Attirée par le petit panneau « No bags. Sorry, we are British. », je suis entrée au 45, King Street, dans une librairie pleine de charme. J’ai alors plongé dans un univers de livres, univers composé notamment de bouquins sur Virginia Woolf (moi étant grande fan) et des livres de cuisine. Un savant mélange entre la librairie dans « La Belle et la Bête » (désolée pour la référence, je ne parle pas du film de Cocteau, mais du film de Disney…) et la librairie de « Coup de foudre à Notting Hill » (re-désolée).

Je vous conseille donc, si vous venez faire un petit tour à Toronto, de pousser la porte de Nicholas Hoare. Pour ceux qui ne pensent pas aller sur Toronto avant un bout de temps, je vous conseille dans ce cas là d’aller faire un tour sur leur site Internet ici. Vous comprendrez mieux les références.

[ERRATUM : la petite librairie a fermé depuis]

Après cette petite halte, j’ai repris ma route, direction Chinatown. Et puis non, je me suis arrêtée à nouveau, à la demande de  mon ventre et à l’appel du camion à  hot dog à côté du City Hall (mairie).

Ici, quand on vend des hot dogs dans la rue, on offre également aux clients la possibilité d’y ajouter des cornichons, des oignons, du chou, de la sauce, etc.

IMGP0940

Puis, je me suis posée en face de la patinoire de la mairie pour observer les ouvriers de la ville qui peinaient à déneiger la piste.

IMGP0941Patinoire de la mairie enneigée

CityHallMairie de Toronto, ça change de celle de Trégueux City

Après ce déjeuner, me voilà repartie pour Chinatown.

Chinatown

En plein milieu de cette balade, mon super cellulaire sonne.

C’est là. L’instant Galère commence

« Oui, allo, c’est John, le propriétaire de l’appartement à Kensington market. lI y a un problème. J’appelle pour dire que ce n’est pas possible que tu emménages demain. Je t’appelle lundi pour te tenir au courant.

– Ah? Euh… Ah? Mais c’est quoi le problème? Je peux toujours emménager?

– Je t’appelle lundi pour t’expliquer. Ok?

– Euh, bon, ok, ok. »

Mouais, à propriétaire chelou, confiance annulée. Chinatown n’étant pas loin de l’appartement en question, j’y vais direct. Drôle ça, le propriétaire était devant la porte. Moi :

« Hey salut, je viens juste prendre des photos de l’immeuble, tout va bien?

– Oui, tout va bien. Tu es Stacey, c’est ça?

– Euuuuuh, non, pas vraiment, je suis Pauline [à prononcer ici : Powlyn’. Mais en général : imprononçable… Merci Maman et Papa pour le prénom ininternationnalement prononçable..], on s’est vu hier.

– Ah oui, la Française?

– Oui, c’est ça.

– Je t’ai dit que je t’appellerai lundi.

– Oui, je suis juste venue prendre des photos. Mais, tu es sur que tout va bien? Je peux quand même emménager bientôt?

– Je t’appelle lundi. J’ai une visite là. Je n’ai pas le temps de parler.

– Ok… Je peux quand même faire des photos?

– Euh, oui. Mais j’ai pas le temps. »

Et il est rentré dans l’immeuble. Ok, that’s nice…

Pour l’appartement que je voulais sur Oxford Street : -30 points.
Et c’est reparti pour le bonheur des annonces d’appartements sur Craigslist et Kijiji.ca

Youpi!

Mes parents m’ont élevée dans le respect des libertés de chacun, avec ce moto assez simple : « Ia des cons partout ma chérie ». Oui, les cons sont partout. Je ne vais donc pas généraliser, mais c’est pas la première fois, lors de visites d’appart, que la personne manque de parole (« désolée, je suis partie, la visite est annulée », « oh non, finalement j’ai la flemme aujourd’hui. La semaine prochaine pour une visite? » etc.).

Différence culturelle? Je ne sais, je ne sais…

J’ai noté qu’ici, les gens n’aiment pas vraiment quand on leur parle d’accueillir des amis à dormir, ou d’accueillir des amis pour boire un verre.

Différence culturelle? J’en suis à peu près sure oui. Différence de cultures entre Européens et Américains, et entre Francophones et Anglophones.

Pour rester positif, no matter what, il faut juste ne pas oublier que les galères arrivent à tout le monde. À noter le meilleur échec de la journée : le street car arrêté sur les rails, ne pouvant avancer, car une personne mal garée y faisait dépasser son SUV (petites rimes du soir, bonsoir).

J’essaie d’imaginer la scène à Paris : « Mesdames, Messieurs, en raison d’un gros connard qui vient de garer sa Twingo sur les rails du métro, nous sommes momentanément arrêtés à Châtelet pour une durée indéterminée. »

Dans ta face le street car!!

Le street car étant un fier représentant de Toronto, il paie pour les mauvaises actions de tous les autres. Karma, karma, quand tu nous tiens!

Décision de la journée : passer le reste du mois de février en auberge de jeunesse pour enfin trouver THE appart. L’élue : la HI-Toronto, que je considère à présent comme ma maison! J’y rencontre plein de gens de différentes nationalités et puis, ia toujours un truc à faire, ou quelqu’un à qui parler!

Pour ma part, je suis en dortoir de 8 personnes. Et pour le moment, on est que 2 : moi et Yuka, une Japonaise plutôt sympa, qui se lève à 6h du mat’ et se couche à 6h du soir.

Appelons ça… une manière différente de vivre.

Bonne année Chicago!

Articles, Chicago

Ah Chicago! Al Capone, Obama, Oprah, Vince Vaughn, … moi!

Après une nuit bien réparatrice, c’est parti pour un petit tour en ville. chiEt comme j’ai dans mon sac beaucoup de culottes, de chaussettes mais aucune tenues de soirée et que ce soir, c’est le réveillon du nouvel an, j’en profite pour faire du shopping avec Alex, ma pote qui m’héberge quelques jours dans la windy city.

a&pAu même moment où je me préparais pour la soirée, la France venait d’entrer en 2013.

HNYUne chouette soirée entourée de Français, Suisses, Américains et Polonais… et d’un chien.

chien

2013 a ensuite commencé sous le signe de la détente.

1113

Et sous le signe du ridicule. Un peu.IMGP0034

Oui, un chien avec des baskets. Aux 4 pieds. C’est ça aussi les Etats-Unis.