Barbarie sur Phnom Penh

Commentaires 4 Par défaut

Voilà à peu près deux semaines que nous nous trouvons au merveilleux pays du Cambodge.

Pour notre première journée, nous avons décidé de visiter les Killing Fields, appelés aussi Choeung Ek Genocidal Center, et l’ancienne prison Tuol Sleng ou S21, appelé à présent le musée du Génocide.

Nous n’avons pas choisi la visite la plus facile en allant voir le camp d’extermination et la prison érigés par le dictateur Pol Pot dans les années 1970.

Je préfère préciser que cet article risque d’être choquant.

Killing Fields

Le matin, nous avons pris un Tuk Tuk (taxi moto tirant une charette) pour nous rendre aux Killings Fields.

Tuk Tuk Phnom PenhAprès avoir payé l’entrée (6$ par personne) puis récupéré notre audioguide et le plan des Killing Fields, nous commençons la visite.

Le terrain était un ancien cimetière chinois (et certaines tombes sont encore apparentes) avant d’être repris par Pol Pot dans les années 1970.

Entre 1975 et 1979, ce sont plus de trois millions de Cambodgiens, près de 40% de la population à l’époque, qui ont péri : plus d’un million de Cambodgiens ont été exécutés par les sbires de Pol Pot, le reste est mort d’épuisement, de maladies et de malnutrition.

Son accession au pouvoir est vue au début par le peuple cambodgien comme une libération des Vietnamiens, des Etats-Unis et du régime présent à l’époque.

Mais dès leur prise de pouvoir, les Khmers rouges soumettent le pays à la dictature.

Près de 9000 personnes ont été tués aux Killing Fields de Choeung Ek. Killing Fields La visite commence où, à l’époque, les camions remplis d’hommes, de femmes, d’enfants et de bébés s’arrêtaient à fin d’être déchargés. On les comptait afin d’être sur qu’aucun ne s’était échappé sur la route, entre la prison S21, situé à Phnom Penh (11 kilomètres de route), et le lieu d’extermination.

Puis, on les séquestrait dans des cabanes avec les yeux bandés. À la nuit tombée, on venait en chercher certains pour les exterminer. À ce moment se jouait une musique de propagande, afin de couvrir les pleurs, les cris de ceux qui allaient mourir ; mais aussi afin de ne pas éveiller les soupçons chez les habitants du coin.
Killing Fields Choeung EkLes cabanes où étaient regroupés les prisonniers ont disparu depuis. Au départ des Khmers rouges, les habitants dans le besoin sont venus se servir en matériaux et ont démonté les cabanes.

Barbarie des bourreaux

L’audioguide nous apprend que les Khmers rouges n’utilisaient pas de balles, jugées trop chères et trop précieuses, pour tuer leurs victimes.

Les feuilles de palmiers, très coupantes, étaient utilisées par les fermiers pour égorger leurs poulets. Les Khmers rouges les ont utilisées pour trancher les gorge de leurs victimes.
Killing Fields Champs de la MortÀ l’arrêt suivant se trouve l’ancienne réserve de produits chimiques, servant à camouffler la puanteur des corps en décomposition.

On approche ensuite les traces concrètes du génocide, à savoir les fosses communes et les photos prises lors de la découverte pour la première fois du terrain.

Massacre Killing Fields Horreur Killing FieldsOn apprend que les os et les vêtements des victimes remontent à la surface, surtout après des fortes périodes de pluie.

À ce moment de la visite, je me sens « rassurée » de ne voir aucun squelette. Le pire reste à venir…

Nous voyons des trous un peu partout sur notre visite. Ces derniers sont également d’anciennes fosses communes.
Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung EkCertains trous ont laissé place à des zones plates. Là apparaissent les vêtements, les os et les dents…Killing Fields Choeung Ek

Killing Fields Choeung EkPlan qui nous est remis à l’entrée des Killing FieldsKilling Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek

Killing Fields Choeung EkLes vêtements exhumés ont parfois été regroupés dans des boîtes de verres.Killing Fields Choeung EkLe charnier suivant est celui qui m’a le plus choquée. Là sont ensevellis des squelettes de femmes, sans vêtement pour la plupart, d’enfants et de bébés. On imagine les exactions commises, mais pas le plus choquant.
Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Comme écrit auparavant, les Khmers rouges n’utilisaient pas d’armes à feu pour tuer leurs victimes.

Pour tuer les bébés, ils les saisissaient par les jambes et fracaissaient leurs crânes contre l’arbre ci-dessous. Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek L’arbre ci-dessus comprenait les enceintes par lesquelles résonnaient les chants de la propagande des Khmers rouges. Ainsi, les prochaines victimes, situés à quelques mètres n’entendaient pas le massacre qui se produisait.

Peut-être enfermés dans les cabanes avaient-ils encore l’espoir de s’en sortir vivant…Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Je n’ai pas pleuré lors de cette visite. Je n’ai cependant pas pu parler, ou sourire, ou saluer les autres visiteurs, et plusieurs fois j’ai cru que j’allais me sentir mal.

L’élément qui rend encore plus insupportable cette visite est que l’environnement est charmant : des oiseaux qui chantent, des arbres verts et somptueux, une météo luxuriante… Les touristes sont en tee-shirt et en tong, bien loin de l’image qu’on aimerait donner aux Cambodgiens en signe de respect.

Comment ne pas se sentir mal…

Stilla

Le batiment suivant comprend les crânes et les os de certaines victimes. Répertoriés par âge, ils montrent également les causes de la mort (coup de bamboo, coup de machette, etc.)Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek Killing Fields Choeung Ek

Prison S21

La visite se poursuit au S21, l’ancienne prison où étaient torturés les prisonniers avant d’être conduits à Choeung Ek.

S21 Phnom PenhPol Pot, dans son objetcif de revenir à une « année 0 » et le commencement d’une nouvelle « ère » avait décidé de supprimer lieux de cultes, hôpitaux, écoles et toutes formes d’éducation et de culture.

La prison S21 n’était rien d’autre à l’originie qu’une école.20150630_12510220150630_12092320150630_124710Les anciennes salles de classe avaient été transformées en salles d’interrogation et de torture. D’autres servaient de cellules.20150630_122436 20150630_122451 20150630_122515 20150630_122525 20150630_122708 Lors de l’arrivée d’un prisonnier, celui-ci était pris en photo. Telle la barbarie nazie, le génocide cambodgien a été organisé méticuleusement.20150630_123733 20150630_12410020150630_125004Les prisonniers étaient interrogés sans aucun motif certain. Le camp S21 n’était pas le lieu où on instruisait des cas de suspects  : tout détenu envoyé à Tuol Sleng était en effet un coupable obligé, dont il s’agissait d’obtenir la confession de crimes si besoin imaginaires, avant son exécution pratiquement inéluctable.
20150630_130446Les Khmers rouges enfermaient à S-21 tous les opposants supposés au régime, sur n’importe quel motif. Les personnes enfermées étaient aussi bien des jeunes que des personnes plus âgées. Il y avait des femmes, des enfants, et parfois des familles entières (bébés y compris) d’ouvriers, d’intellectuels, de ministres et de diplomates cambodgiens, mais aussi des étrangers (Indiens, Pakistanais, Anglais, Américains, Canadiens,Australiens…) Le simple fait de porter des lunettes (y compris pour les enfants) était suffisant pour être considéré comme intellectuel et donc « à exterminer ».

Source wikipidedia. Plus d’infos sur la prison : ici

20150630_130542Les prisonniers étaient également photographiés après leurs interrogatoires.20150630_125815Certaines salles de classe ont été transformées en cellule à l’époque et les gardiens surveillaient à ce que personne n’essaie de se suicider ou de s’échapper.
20150630_134123Les cellules étaient de taille variable, les plus petites d’environ 15 m² contenant 3 personnes, parfois plus.

20150630_121930Sur les 16 000 à 20 000 prisonniers de Tuol Sleng, personne ne s’est échappé. À la libération du camp, il y avait sept survivants.

20150630_121641Plus de lecture et de témoignages : ici ; et sur les procès des Khmers rouges : ici. Plusieurs procès ont été attentés, dont le premier « raté » par les Vietnamiens en 1979.

Je vous invite également à regarder ce documentaire (en français et gratuit) concernant cette horrible période :

Cette première partie de notre visite au Cambodge nous a permis de comprendre le contexte actuel. Pol Pot, pendant son régime,avait en effet pris soin de détruire la modernisation de l’époque en tuant acteurs et chanteurs mais en réduisant également les mentalités.

C’est près de 190 prisons qui se trouvaient dans tout le pays à l’époque.

Publicités

4 réflexions sur “Barbarie sur Phnom Penh

  1. Pas très touristique comme visite c’est sûr mais elle fait partie de l’histoire de ce pays. .ça n’a pas dû être facile de passer à côté de tous ces ossements et d’imaginer que des hommes aient pu être aussi cruels en exterminant tous ces êtres comme s’ils étaient de vulgaires mannequins ..
    J’espère que la suite de ton aventure au Cambodge sera plus joyeuse et que ce pays recèle aussi de très belles choses. Fais attention à toi . Bisous 😊😊

    J'aime

    • Je suis en ce moment à Siem Reap où je visite les temples d’Angkor: magiques!! Ca change des Killing Fields à côté desquels je ne voulais pas passer. Les Cambodgiens n’ont vraiment pas un passé joyeux et ça se ressent sur leur présent.

      J'aime

  2. C’est courageux d’y avoir été ! Ca ne doit pas être le cas de tous les touristes. Profitez bien du reste de votre voyage 🙂 xoxox

    J'aime

    • Merci Flore! C’est vrai que c’était pas le tourisme le plus reposant. Actuellement aux temples d’Angkor,on a bel et bien changé de décors!

      J'aime

Une remarque? Une question? Un encouragement? Poster un commentaire ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s