Faire du wwoofing en Gaspésie

Articles, Gaspésie

Après mes quelques jours à Halifax, une nouvelle aventure m’attendait: faire du wwoofing chez une artiste en céramique à Percé, en Gaspésie.

Ah la Gaspésie! Beaucoup m’en avait déjà parlé avec passion: de beaux paysages rassemblant mer, terre et montagne. Une réputation bien justifiée.

Chez Marie-Jo Tommi, j’ai pu approcher l’art de la sculpture. En échange de 3h de travail par jour (à sabler, laver, et nettoyer les Fous de Bassant et les bateaux en grès), je recevais le gite et le couvert.

Des missions, des repas et un rythme de vie totalement différents du ranch. À l’atelier, j’ai rencontré Gab, Gabi, Gabrielle. Bénévole au Sea Schack, l’auberge de jeunesse HI de Ste-Anne-des-Monts, la Toulousaine prenait une semaine de « vacances wwoofing » à Percé. Lorsqu’elle m’a proposé de l’accompagner au Sea Schack pour ensuite descendre ensemble sur Montréal, j’ai tout de suite accepté.

Banff: au coeur des Rocheuses

Articles, banff, Les Rocheuses, Ouest Canadien

Les paysages du Canada continuent de m’impressionner. Toujours dans ma découverte de l’ouest canadien, j’ai passé deux nuits à Banff, Alberta, au milieu des Rocheuses / Rocky Mountains.

Rockies3Rockies2

Sur la route de … Montréal

Articles, Galères de PVT, Toronto

En direct du car (oui oui! Ici, les cars, ils ont le wifi! Merci Megabus!) qui me mène à ma première escale avant la France : Montréal.

Je vais pouvoir retrouver quelques amis ce soir avant de m’envoler demain pour Nantes. Même si je sais que c’est que du bonheur qui m’attend, ça fait bizarre de quitter Toronto, surtout quand ça présage le retour définitif dans 6 mois.

Me voilà donc actuellement en pleine campagne canadienne, quelque part entre l’Ontario et le Québec. Bientôt je serai sur le territoire francophone… Cela aura fait plus de 5 mois que je n’avais pas pris la route… Sensation étrange… D’autant plus que le périple est pour un retour maison et non un départ vers l’inconnu.

Ajoutons à cela que c’est la première fois que je quitte mon nouveau foyer, le « 131 », pour aussi longtemps. Ils vont me manquer mes 7 Irlandais.

J’avais réservé la journée d’hier pour boucler ma valise, finir quelques projets et aller à la banque. C’était sans compter Jéjé et Grazie qui me proposaient le lundi de les accompagner à Wonderland.

Comment résister à la tentation?? Wonderland ou le plus gros parc d’attractions où j’ai jamais été :  https://www.canadaswonderland.com. Alors du coup, j’ai annulé mes projets et ai accepté un autre de taille. On n’est pas au Canada pour refuser ce genre de journée!
test

Je conseille et recommande définitivement!! J’ai regretté à peu près 15 fois d’être montée dans les manèges et ai voulu repartir pour un tour à chaque fois! Ma plus grosse envie de faire demi retour en plein manège reste le Léviathan et sa descente à pic.

Après le fun et la joie, place à la séance galère : partir du parc à 20h00 et mettre 2h30 à rentrer chez moi grâce à des cars qui ne venaient jamais et à des chauffeurs de bus qui ne faisaient que m’indiquer de plus en plus de mauvaise route… Mais bon, dans chaque malheur, il faut trouver du bonheur et le mien aura été de rencontrer deux Italiens qui m’auront permis de finalement trouver un métro…

Et puis j’ai quand même réussi à rentrer à la maison! Et j’ai pu souhaiter l’anniversaire de mon coloc,  aller boire un verre avec mon ancienne coloc, faire ma valise, manger, discuter avec un autre coloc, nettoyer ma chambre… Capacité de dédoublement? Super pouvoir incroyable? Non. Juste une courte nuit de 4h. Comme je sais que je ne vais pas beaucoup dormir en France, je préfère me supprimer des heures de sommeil directement… Disons ça comme ça…

Le plus dur de ces événements des dernières semaines reste le départ de Margot qui vient de commencer son trip dans l’ouest canadien.

margot

Big up ma poule, c’est que de la joie pour toi!

Même si je sais que je ferai face à beaucoup de départs, c’est toujours dur les en-revoir. Les gens sont vraiment pénibles… On s’attache à eux, on se lie, on se confie, on se marre bien et eux partent vivre leurs aventures… Enfin… Je comprends et j’accepte. J suis malgré tout tolérante.

Sous le signe du lapin de Pâques : 5 trucs à faire à Toronto

Articles, Toronto

1. Fêter Pâques en vrai lapin fier et courageux

De toutes les fêtes que l’on célèbre, Pâques est certainement ma troisième préférée. Je ne cacherai jamais mon amour pour Noël. Entre la décoration de la maison, le sapin, les cadeaux à acheter et les cadeaux à recevoir, le compte est bon : Noël dure deux mois. La deuxième place revient à mon anniversaire : les cadeaux, les gens que t’aimes autour de toi, tout ça, tout ça.

Je trouve qu’on ne se prépare jamais vraiment à Pâques. C’est juste une fête de gros qui cherchent du chocolat. Ok! Je prends!! Je vivais encore dans une période insouciante la dernière fois que ma mère a caché du chocolat dans le jardin. C’était il y a deux ans… True story…

paquesCette année pour Pâques, j’avais décidé de cacher des bières dans le jardin. Ça fait quand même plus mature. Malheureusement, comme pas mal de projets en ce moment, ça se termine en échec. La raison principale (après la flemme) revient au fait que ma carte bancaire a été bloquée tout le week-end. Ne me demandez pas pourquoi. Apparemment, chez Scotia Bank, quand tu as de l’argent, tu ne peux pas l’utiliser… Comment survivre sans argent pendant tout un week-end? En ayant des bons amis. À l’heure actuelle, je dois $120 à Joe. La France n’aura jamais autant emprunté au Pays de Galles. Enfin bon, j’ai quand même bien fêté Pâques à coup de chocolat, d’oreilles de lapin, et d’œuf à décorer.

HAPPY EASTERLe kitsch, c’est chic

2. Aller à la brasserie Steam Whistle…

… pour avoir des bières gratuites et faire la visite (http://www.steamwhistle.ca/).

brasserie

Pour la visite de la brasserie, c’est toujours pas ça : deux essais, deux échecs.

  • Le premier, vendredi (bah oui! c’était férié), avec Joe, sa pote américaine et Benjamin (bienvenue à Toronto!). Résignés, on est ensuite parti chez le Welsh qui possède un rooftop plutôt sympathique.
  • Le deuxième, samedi, avec Manu et Laure (venus passer le week-end en Ontario) et Benjamin. Résignés, on est parti vers le lac se promener.

Je m’approche malgré tout du but puisque j’ai pu accéder aux échantillons de bières gratuits. Les deux fois oui. Ia pas de mal à se faire du bien.

3. Aller prendre le soleil sur la terrasse de Jack Astor’s de Dundas Square

Le plus de Jack Astor’s, chaîne de restaurants, c’est que les serveurs et serveuses sont recrutés sur le physique. Le gros plus de ce Jack Astor’s : la terrasse donnant sur le Baby Times Square avec la folie des cracheurs de feu, les musiciens, et les prêcheurs de fin du monde à ne pas louper. Et puis, c’est bon! Personnellement, je me suis régalée avec une salade avocat et fromage qui tuait sa mère!

jack

=> http://www.jackastors.com/locations/18/toronto-restaurants-yonge-dundas.html

4. Aller faire un tour au port par temps de grand soleil

PORT

5. Aller voir un match des Raptors

Je n’avais jamais vu de match de basket ball de ma vie et c’était ÉNORME!! En arrivant, la taille du terrain du Air Canada Centre (ACC)

 m’a impressionnée. En principe partisane de la beauté du sport, je me suis mis à supporter les Raptors, l’équipe de basket de Toronto, comme une petite folle. Bon, iavait un enjeu de taille : s’ils avaient gagné, on aurait eu une pizza offerte… Bref.

Tout était mis en oeuvre pour passer un bon moment : les cheerleaders, les mascottes, les jeux à la mi-temps, les cadeaux balancés dans la foule et la musique pendant tout le match.

RAPTORS

Voilà, voilà, c’était le TOP 5 pour Pâques.

Un jour, je ferai un TOP 50 des choses à faire à Toronto!