Les enfants seront les parents…

Commentaires 6 Par défaut

BD Alex Martin

Vous l’aurez compris, cet article est dédié à la visite de mes parents sur Toronto. C’est étrange comme il me semble à la fois que c’était hier et que c’était il y a des mois. À vous de juger, c’était mi-octobre. Mes parents m’avaient annoncé la bonne nouvelle en septembre. Et depuis, je me préparais tant bien que mal à leur arrivée. J’avais prévenu tout le monde. Certains amis un peu trop.

Enfin… je me « préparais »… c’est un peu toujours la même chose… on se dit qu’on a le temps mais à la comm’ comme à la vie: « dans un mois, c’est demain. »

C’est vrai que c’était court, que le temps a passé vite. Et pourtant, on n’a pas perdu une seule seconde pour se voir et pour visiter. Surtout eux en fait. Moi, je ne les retrouvais qu’après le travail. Eux, pendant ce temps, ils repéraient et visitaient tous les symboles touristiques de la ville.

papamamanDans les choses à ne pas manquer à  Toronto: prendre un café à Tim Hortons, découvrir le design des boites postales, apprécier un pyjama canadien, prendre le ferry pour aller sur les îles et y admirer la skyline.

Franchement, dès que je les retrouvais et qu’ils me racontaient leur journée, j’étais fatiguée pour eux…

« Et puis on a vu des policiers à vélo, plein d’écureuils trop mignons, des canadiens super sympas, l’Air Canada Centre, le Eaton Centre, Dundas Square… À un moment donné, on était un peu fatigué alors on s’est posé pour prendre un café. »

P1070274 P1070109 P1070584 P1070511

Pendant leur séjour, l’expression « Je me la pète grave » aurait pu se traduire par « Je me la pète version Pô ». Je m’explique: je suis à l’âge où je fais découvrir des choses à mes parents.

C’est parfois Facebook, parfois Twitter, parfois mon expérience en Amérique du Nord. Et voir l’émerveillement dans leurs petits yeux de Bretons: que du bonheur! Petite, c’était eux qui me faisaient tout découvrir. Je renvoie l’ascenseur, sans une certaine dose de GROSSE fierté.

1. Ma plus grande fierté: mettre mes parents (et moi avec) dans le train en direction des chutes du Niagara.

P1070440P1070427P1070438Vous remarquerez qu’ils ont vite pris l’habitude du Tim Hortons

2. Deuxième fierté: les amener à la CN Tower, LE symbole de Toronto, lors d’un dîner plus que parfait.

P1070548P1070552P1070553

3. Troisième fierté: les emmener dans « mes » bars, « mes » restaurants; leur présenter mes habitudes, mes amis, mes endroits, …

P1070311« Le Panorama » pour l’apéro

P1070318« Nirvana » pour le dîner

4. Autre fierté: leur montrer la nourriture que MOI je connais… et pas eux

J’ai du les emmener à peu près dans tous les endroits de la ville que j’apprécie. À part leur réticence a goûter un cheesecake (quoi que?), je leur ai tout fait manger.

P1070333Cheesecake au chocolat

Poutine au match de hockeyLa fameuse poutine

P1070164Poutine père/fille pendant le match de hockey

Pour des parents qui mangent bio la majorité du temps, ils ont pris beaucoup de plaisir a découvrir ce mélange de frites, de fromage, et de sauce « gravy ».

Toronto n’est vraiment pas le pays du « manger sain ». La poutine, c’est délicieux, c’est plein de goût mais c’est tout prévu pour boucher les artères.

Mais tout séjour a une fin. Et après 10 jours collée aux basques de papa/maman, il m’a fallu dire en revoir. C’était dur de quitter ma meilleure amie, dur de quitter ma sœur, ça l’était tout autant pour quitter mes parents.

C’est drôle: la séparation de la famille s’est déroulée selon le même schéma. Le dernier bisous sur le pallier. Un gros vide dès que j’ai fermé la porte. Et des colocs qui viennent me réconforter en me disant que tout va bien aller… Tout ça me parait bien loin à présent… La vie a repris son cours comme on dit, et la routine ses droits.

La routine torontoise arrive d’ailleurs à son terme: après 10 mois passés à avoir une vie plus qu’enrichissante, il est temps pour moi de reprendre la route. Dans un premier temps pour Montréal. Mon PVT arrive a expiration et avant sa fin, je veux avoir toutes les cartes en main pour « poursuivre l’aventure ». Ça sonne comme un jeu de télé réalité mais c’est en fait le jeu du Visa. Moins drôle, moins lucratif, mais tout aussi éprouvant.

J’ai toujours la possibilité d’enchaîner sur un nouveau Visa, le « Visa Jeunes Professionnels » mais ce dernier (grosse blague) est déjà épuisé pour la première session (http://www.canadainternational.gc.ca/france/experience_canada_experience/index.aspx?lang=fra). Une deuxième « tranche » de quotas devrait ouvrir mi-décembre. On verra si la chance me sourit.

Mon futur a découvrir dans le prochain épisode donc…

Publicités

6 réflexions sur “Les enfants seront les parents…

Une remarque? Une question? Un encouragement? Poster un commentaire ici:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s